Discours de Pascal Affi N'Guessan à la Cérémonie d'intallation de Ago Marthe, Vice-présidente chargée de la coordination des actions pour la libération du Président Laurent GBAGBO

Lundi 22 Septembre 2014 - 08:46


Image d'archives
Image d'archives

Installation de la Vice-présidente chargée de la coordination des actions pour la libération du Président Laurent GBAGBO

 

 

 

 

 

 

20 SEPTEMBRE 2014

 

  • Excellence, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Représentants des missions diplomatiques,

  • Mesdames et Messieurs les Ministres ;

  • Mesdames et Messieurs les leaders et Présidents des partis politiques ;

  • Mesdames et Messieurs les Responsables syndicaux et des Organisations non gouvernementales ;

  • Honorables Chefs traditionnels et religieux ;

  • Camarades membres de la Direction du FPI ;

  • Camarades militants ;

  • Amis et Parents du président Laurent Gbagbo ;

  • Honorables invités ;

  • Mesdames et Messieurs 

C’est avec beaucoup d’émotion que nous saluons votre présence nombreuse et distinguée à cette cérémonie que le FPI souhaite historique, par l’ambition qui la porte et par les résultats qu’il en attend : la consécration d’une volonté et d’une aspiration à travers l’installation solennelle d’une personnalité chargée de la Coordination des Actions pour la Libération du Président Laurent Gbagbo.

Depuis la déportation à LA HAYE du Président Laurent GBAGBO, le 29 novembre 2011, la Côte d’Ivoire vit dans la tristesse et dans la morosité. Les Ivoiriens, malmenés par la mauvaise gouvernance politique, économique et sociale du pays, écrasés par la pauvreté, l’oppression et les iniquités, ont le regard tourné vers LA HAYE, scrutent chaque jour l’horizon, dans l’espoir d’apercevoir ‘’SEPLOU’’, le messager de la liberté et de la dignité ; le chevalier de l’espérance.

A travers le Président Laurent Gbagbo, nous exprimons notre solidarité et notre affection à tous nos compatriotes injustement détenus depuis tant d’années à travers les prisons du pays et à l’étranger. Je pense particulièrement à Simone Ehivet Gbagbo notre 2ème Vice-présidente, détenue sans jugement depuis trois ans à Odienné et à qui la direction du FPI a été empêchée de rendre visite. Le FPI prend acte de la décision du gouvernement ivoirien de ne pas donner suite au mandat délivré contre elle par la CPI. Mais le FPI demande au Chef de l’Etat d’aller plus loin, de libérer la Côte d’Ivoire en procédant ici et maintenant à la libération pure et simple de Simone EHIVET Gbagbo et de tous les prisonniers politiques : au nom de la justice, des Droits de l’Homme, de la paix et de la réconciliation nationale. J’ai une pensée toute particulière pour Charles Blé GOUDE, symbole de la jeunesse africaine digne et espoir de l’Afrique.

Tant que la détention injuste du Président GBAGBO et de Charles Blé Goudé n’aura pas trouvé de fin, notre douleur sera sans remède et sans fin, notre détermination ne faiblira pas et notre mobilisation sera à la dimension de la place qu’ils occupent dans nos cœurs et dans nos consciences.

Comment pourrait-il en être autrement lorsque l’actualité politique elle-même nous démontre de façon éclairante et aveuglante que sur l’échiquier politique ivoirien, il y a Laurent GBAGBO et les autres, il y a le jour et la nuit. Le jour éclaire le monde et fait progresser l’humanité. La nuit, règnent les princes des ténèbres, de l’obscurantisme et de l’inculture politique, les génies du rattrapage ethnique, de la cannibalisation des Institutions de la République et de la vampirisation de l’Etat.

Le règne de la nuit, messieurs Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara ont décidé de l’imposer à la Côte d’Ivoire et aux Ivoiriens. Le spectacle affligeant qu’ils nous ont offert il y a quelques jours à Daoukro nous interpelle en même temps qu’il nous indique le chemin de l’espérance : la lutte ; la lutte pour préserver les acquis de la lutte, la lutte pour défendre la démocratie, ce don précieux de Laurent Gbagbo à la Côte d’Ivoire.

Comment dans ces conditions ne pas se tourner vers Laurent Gbagbo ?

Oui ! Le dossier de Laurent Gbagbo, c’est le dossier de toute la Côte d’Ivoire et de tous les Ivoiriens. C’est le dossier de ce pays pour lequel il a consacré toute sa jeunesse et toute son énergie pour construire une pensée alternative à la pensée unique. Il s’est battu, connaissant la prison et l’exil, les brimades et les privations, pour libérer la société ivoirienne du parti unique, et pour opérer la première alternance démocratique en Côte d’Ivoire. Laurent GBAGBO est le père de la démocratie en Côte d’Ivoire.

 

Mais, au-delà de la Côte d’Ivoire, le dossier de Laurent GBAGBO est aussi le dossier de tous les démocrates d’Afrique et du monde, de tous les « damnés de la terre » pour lesquels il est le symbole vivant du courage politique dans le combat démocratique pour la liberté et l’indépendance des peuples.

 

Cette dimension de l’homme est, pour le Front Populaire Ivoirien et ses militants, la source principale de leur assurance que Laurent GBAGBO doit être libéré et sera libéré. Car on n’emprisonne pas un symbole. Emprisonner un symbole, c’est enfermer tout un pays, c’est faire violence à la conscience de tout un peuple. On ne peut pas aimer la Côte d’Ivoire, vouloir la servir et accepter que Laurent Gbagbo soit en déportation et en prison. On ne peut pas vouloir la démocratie, la souveraineté des peuples en Côte d’Ivoire, en Afrique et ne pas œuvrer pour la libération de celui qui incarne ces valeurs.

 

C’est pourquoi depuis le 11 avril 2011, date de l’arrestation de Laurent Gbagbo, la vie s’est arrêtée pour beaucoup de ses compatriotes ainsi que pour de nombreux combattants de la liberté en Afrique et dans le monde. Ils font désormais, de la libération de Gbagbo leur propre raison de vivre. Chaque jour, partout où ils se trouvent en Côte d’Ivoire, en Afrique, en Europe, et jusque sous les portes de la prison de La Haye, ils travaillent à travers des actions de toutes natures pour dénoncer l’injustice, pour briser la loi du silence, pour dire à Laurent Gbagbo qu’il n’est pas seul, que les peuples pour lesquels il s’est battu sont à ses côtés.

 

Ce combat s’impose naturellement au Front Populaire Ivoirien, le parti crée par Laurent Gbagbo. Oui, pour nous, et comme je l’ai indiqué le 07 septembre 2013, la lutte pour la libération de Laurent Gbagbo est un impératif catégorique et un devoir politique. C’est pourquoi elle a besoin d’être organisée, structurée, rationalisée. Le temps est venu de dire comment nous entendons prendre en main et assurer le leadership de cette lutte. C’est le sens de la présente cérémonie.

 

Une cérémonie pour dire que nous n’oublions pas même si nous pardonnons ; que nous ne pouvons pas oublier. Pas par ressentissent, par rancœur, par esprit de vengeance ou de revanche, mais par amour, par loyauté, fidélité et dignité, c’est-à-dire par humanité.


Le rassemblement de ce jour et cette mobilisation exceptionnelle témoignent que la Côte d’Ivoire est toujours malade. Nous sommes rassemblés autour de ce qui nous unit : notre deuil. Mais nous sommes rassemblés aussi autour de ce qui divise la Côte d’Ivoire : notre deuil.

 

La Côte d’Ivoire n’est pas guérie, car elle n’est pas réconciliée.

 

Une cérémonie d’installation est à la fois l’aboutissement d’un processus et le début d’une mission. Elle marque la fin de toutes les procédures prévues pour pourvoir un poste et le lancement des activités de la personne installée.

 

Dans nos villages, dans les entreprises voire dans les associations, une cérémonie d’installation signifie que la personne présentée est issue d’un choix qui peut ne pas être celui de tout le monde mais qui devra désormais s’imposer à tous. Elle vise trois objectifs principaux :

1 – Mobiliser les membres de la communauté autour d’une valeur, d’un projet ou d’un programme ;

2 – Prendre solennellement et collectivement l’engagement de demeurer unis et de conjuguer les efforts pour atteindre les objectifs fixés par la communauté ;

3 – Prendre le monde à témoin sur sa volonté de respecter ses propres engagements.

 

Au-delà donc de la personne de notre camarade, AMON AGO Marthe, c’est tout le parti, tout le Front Populaire Ivoirien, qui est aujourd’hui mobilisé et qui prend solennellement l’engagement de coordonner les initiatives et actions pour la libération du Président Laurent Gbagbo.

Qu’est ce que cela veut dire ?

 

Cela veut dire d’abord prendre toute la mesure du dossier. Laurent Gbagbo est une personnalité politique de dimension mondiale. Il est poursuivi dans une affaire qui implique l’organisation des Nations-Unies et les grandes puissances du monde. La défense de sa cause a largement dépassé le cadre national pour mobiliser à travers le monde toutes les personnes attachées aux idéaux de liberté, de justice et de dignité.

 

Les enjeux de sa libération sont à la hauteur de ce qu’il représente pour nous, ses camarades, mais aussi pour ses adversaires. Au-delà des chefs d’accusation brandis par le procureur de la CPI, sont en jeu des questions cruciales pour l’Afrique et pour le Nouvel Ordre Mondial : les souverainetés africaines face au Nouvel Ordre Mondial ; le droit international, les processus électoraux et la démocratie en Afrique ; la justice internationale et la problématique de la lutte contre l’impunité dans le monde ; etc.

 

Nous devons savoir ensuite que nous ne sommes pas les seuls, au FPI à vouloir la libération du Président Laurent Gbagbo.

 

Laurent GBAGBO est dans le cœur de toutes les femmes et de tous les hommes qui aiment ce pays : jeunes et vieux, habitants des villes comme des campagnes, riches et pauvres. Tous veulent le revoir.

 

Laurent GBAGBO n’appartient pas à la seule Côte d’Ivoire. En Afrique il reste le symbole de la dignité de tout un continent et il compte des amis à travers le monde.

 

Tous nous voulons le revoir libre et présent parmi nous. Nous sommes pressés et notre impatience est légitime car sa détention est une injustice. Mais, précisément parce que nous sommes pressés, nous devons nous donner une méthode.

Nous avons aujourd’hui notre volonté et notre détermination mais la volonté et la détermination à elles seules ne suffisent pas. Il faut la persévérance. Nous avons nos convictions et le droit avec nous. Mais les convictions seules ne suffisent pas, il faut la stratégie.

 

Lorsqu’on est nombreux à jouer sur un même terrain il faut pouvoir connaitre les trajectoires possibles de ses partenaires pour éviter de se percuter en poursuivant le même but. Notre but, militants du FPI à l’intérieur comme en exil, en Afrique comme en Europe ou en Amérique, c’est la libération du Président Laurent Gbagbo. La voie qui nous est opposée est tout aussi connue, c’est la voie de la justice. Mais la CPI nous montre elle-même, en confirmant des charges non confirmées, que le dossier Laurent Gbagbo est avant tout un dossier politique.

 

Mais ce n’est pas parce qu’il s’agit d’un dossier politique qu’il ne faut pas l’aborder avec méthode. La politique, a dit le Président Laurent Gbagbo est un métier. Le FPI a du métier en politique. Faisons en la preuve pour libérer le père fondateur de notre parti par la voie et les moyens politiques.

 

Voilà pourquoi nous avons créé cette vice-présidence chargée de la coordination des actions pour la libération du Président Laurent Gbagbo. Elle traduit et consolide une volonté politique, celle de faire de la libération du Président Laurent Gbagbo, une priorité absolue du parti. Elle marque notre détermination à ne pas baisser les bras face à l’adversité et à la surdité judiciaire qui nous sont opposés.

 

Voilà pourquoi dans les prochaines semaines, nous comptons organiser un colloque international pour évaluer toutes les actions qui ont été menées jusqu’à ce jour à tous les niveaux (diplomatique, politique, juridique, de mobilisation et de communication) afin de dégager une stratégie consensuelle de lutte et d’établir une feuille de route pour la libération du Président Laurent GBAGBO.

 

Le FPI veut le concours de tout le monde, la contribution de toutes les bonnes volontés à l’intérieur comme à l’extérieur du parti, à l’intérieur comme à l’extérieur de la Côte d’Ivoire. Cette Vice-présidence a pour mission de coordonner les initiatives et les actions pour rendre notre contribution lisible et efficace.

 

Camarades militants,

Camarades militantes,

Mesdames Messieurs ;

 

Tel est le sens de cette cérémonie ; tels sont les objectifs de la Vice-présidence chargée de la coordination des actions pour la libération du Président Laurent Gbagbo.

 

A présent, je me tourne vers toi, camarade Ago Marthe. Il n'est point besoin d'insister sur l'importance et les enjeux de ta mission. A partir d'aujourd'hui tu seras la figure de proue de notre lutte pour la libération du Président Laurent Gbagbo. Selon la légende, la figure de proue est placée en avant du bateau pour guider le capitaine et l'équipage face à certaines épreuves. C'est un poste de veille et d’orientation stratégique.

 

Coordonner, c’est recevoir et écouter les uns et les autres ; accueillir, harmoniser, soutenir et impulser différentes initiatives et proposer au président du parti et aux militants les actions pertinentes devant concourir à la réalisation de la mission. Mais coordonner c’est aussi pouvoir dire "non" à certaines initiatives si elles devraient contrarier notre objectif. Coordonner, c’est rassembler, motiver, amplifier.

 

Coordonner exige ouverture d’esprit et hauteur de vue, sens de la conciliation et du compromis, entregent et diplomatie, mais aussi rigueur, fermeté, patience et persévérance.

 

Nous savons que tu as les qualités humaines, la personnalité, les compétences intellectuelles, les conctions et l'expérience politique nécessaire pour réussir cette mission. C'est pourquoi tu as été choisie. Juriste, tu seras un pont entre le parti et la défense du Président Laurent Gbagbo. Député, ancienne première Vice-présidente de l'Assemblée Nationale de Côte d'Ivoire, tu sauras parler aux uns et aux autres, à l'intérieur comme à l'extérieur du parti ; à l'intérieur et à l'extérieur de la Côte d'Ivoire pour convaincre et pour gagner.

 

C'est en toute confiance que je te remets, au nom du parti, ta lettre de mission.

Que Dieu Tout-puissant te donne la force, la sagesse et le discernement nécessaires à la réussite de ta mission, de notre mission. Qu’il veille sur le Président Laurent Gbagbo et qu’il bénisse la Côte d’Ivoire notre cher pays!

Je vous remercie.

Pascal AFFI N’Guessan

Président du FPI






1.Posté par alain asseke le 22/09/2014 15:44 (depuis mobile)
si ce discours vient du coeur de affi je dois avouer que ça marquera l'histoire etque le president du fpi aura finalement compris que la politique c'estaussi mourir avec ses convictions et eviter les compromis qui aboutissent aux Compromissions.on peutlui faire confiance.je conserve cedocument et j'espere qu'un jour elle se retrouvera dans les narrations de la lutte pour la dignite et la liberte de l'afrique faite par ses plus dignes enfants.dieu benisse,affi ,amon agoh et tous les patriotes qui battent le pave pour la liberation d'un homme exceptionnel: laurent gbagbo.

Nouveau commentaire :

Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !