Devoir de Mémoire -Interview / De retour de Paris, Tiburce Koffi parle politique pour la dernière fois

“Pour moi, Gbagbo avait le droit d’échouer parce qu’il ne savait pas ce que signifie diriger un Etat (…) mais Ouattara former pour diriger, ne peut pas échouer”
De retour d’exil, l’écrivain-journaliste et homme de culture Tirbuce Koffi avait accordé une interview à L’Intelligent d’Abidjan le mardi 7 juin 2011, quasiment deux mois après l’arrestation de Laurent Gbagbo. Dans cette interview, il n’avait pas été tendre avec l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, et ne tarissait pas d’éloges à l’endroit d’Alassane Ouattara. Et comme les paroles s’envolent et que les écrits restent, la rédaction vous propose de la relire en intégralité, quitte à chaque lecteur de se faire sa propre idée des opinions de l’homme de culture, quatre ans auparavant.

Jeudi 16 Juillet 2015 - 11:59


Il nous est bien difficile aujourd’hui de présenter Tiburce Koffi. Il est tantôt journaliste, tantôt écrivain, tantôt dramaturge, tantôt musicien. cet homme s’est très tôt fait happer par les sirènes du monde politique dans lequel il n’a eu de cesse d’envoyer des volées de bois vert à Laurent Gbagbo et son régime. De retour d’exil, l’ « ADO boy » nous parle à cœur et à esprit ouverts de Laurent Gbagbo, d’Alassane Ouattara, de Charles Konan Banny, de ses amitiés, de ses désespoirs, de ses rêves, et aussi de son envie de quitter le monde de la politique pour se consacrer définitivement à la culture. Entretien avec ce passionné des Arts, de la Culture et de la vie.


Vous revenez de quatre mois d’exil à Paris, en raison de la crise postélectorale. Quelles sont les nouvelles que vous nous ramenez de France ?
 

C’est vraiment là une manière très africaine de me dire ‘‘bonne arrivée’’. Je vous réponds cependant et tout de suite que ce n’est pas l’actualité française qui intéresse les Ivoiriens. Mais je vois très bien aussi à quoi vous voulez en venir ; vous voulez savoir ce que je faisais ou ce que j’ai fait là-bas. Le but de mon séjour là-bas n’a été un mystère pour aucun Ivoirien. Comme nombre de mes compatriotes, je me suis vu contraint de quitter le pays, pour des raisons de sécurité. Des miliciens de Gbagbo voulaient nous tuer, mon ami Venance Konan et moi. Cela faisait longtemps que nous subissions les menaces de représailles de leur part. Ils ont commencé par les injures dans les journaux de leur bord, puis par des menaces sur sms et des coups de fil anonymes. Et puis, dès le second tour des élections, ils étaient devenus hystériques, réellement menaçants. On ne pouvait tout de même pas attendre qu’ils nous tuent d’abord pour voir s’ils allaient vraiment le faire !
 
On vous appelait les ‘‘Ado boys’’. Vous étiez donc au service de M. Ouattara?

Non, pas au service du président Ouattara, mais au service d’une cause qui était devenue pour nous, plus qu’une cause, une mission non négociable : œuvrer à mettre fin à l’agonie de notre pays, car le règne de Gbagbo et de ses refondateurs s’était avéré une véritable calamité pour la Côte d’Ivoire. Venance a commencé le combat contre le Fpi et la Fesci qui en était une sous-section déguisée, depuis les années 1990 où ce parti et ses étudiants s’étaient signalés par leurs premiers actes de violence. En ces temps-là, moi je soutenais plutôt le combat de ceux qui se faisaient appeler « les démocrates » car je suis un militant de gauche. C’est donc tout logiquement que je m’étais retrouvé au cabinet présidentiel, pour travailler aux côtés du président Gbagbo. L’amitié qui me liait à Laurent, l’idéologie, le socialisme, que nous partagions ou que je croyais partager avec lui justifiaient que je travaille avec lui et que je soutienne son action politique. Et c’est ce que j’ai tenté de faire. Mais à l’épreuve des faits, il s’est avéré qu’il y avait une incompatibilité profonde dans nos lectures de la conduite du pays. Alors, je l’ai quitté, officiellement ; aussi officiellement que j’ai eu à travailler avec lui, par souci de clarté. Et quand je le quittais, rien ne présageait que M. Alassane Ouattara serait président de la République de Côte d’Ivoire. Quand Venance avait commencé le combat contre le régime de Gbagbo dès l’année 2000, rien ne présageait non plus que M. Ouattara serait élu président de la République. Il est donc évident que nous n’étions au service de personne. Pour rappel, Venance et moi, nous nous sommes plutôt montrés critiques, très critiques même, à l’encontre de toute la classe politique ivoirienne.

Vous aviez cependant pris ouvertement fait et cause pour M. Ouattara dans cette crise…
 

Nous avions pris fait et cause pour lui, avant la crise post-électorale. Pour Venance, tout comme pour moi, des deux candidats en face pour le second tour, Ouattara avait le meilleur profil de dirigeant pour conduire les destinées de notre pays. D’ailleurs, le débat télévisé entre Gbagbo et lui avait déjà montré le fossé, tout le fossé qui séparait les deux candidats. Comme on le dit, ‘‘il n’y avait vraiment pas match’’. Bref, ne revenons plus sur cette affaire. Gbagbo est un affreux souvenir. Je suis revenu dans mon pays pour aider à la renaissance de cette Côte d’Ivoire que des plaisantins appelés refondateurs s’étaient employés à disqualifier. Je suis revenu pour participer au toilettage de la Côte d’Ivoire, car nous devons laver notre pays que ces gens-là ont sali. Je fonde l’espoir que ce sera une belle aventure, un grand rêve, car notre pays a besoin de se réconcilier avec les grands rêves en se nourrissant d’ambitions hautes et productives. Pour Venance tout comme pour moi, le président Ouattara peut incarner ce rêve. Nous avons eu à discuter de tout cela durant ces quatre mois que nous avons passés en France. Aider à l’émergence de notre pays: nous n’avons fait que rêver de cela, là-bas. Pour moi, Gbagbo avait le droit d’échouer parce qu’il ne savait pas ce que signifie diriger un Etat ; il n’a pas appris ces choses-là. La plupart de ses compagnons, ainsi que lui-même, n’avaient pas été éduqués et formés à diriger un Etat. Donc, ils avaient, à la limite, le droit d’échouer et ils ont usé, abondamment usé, de ce droit. Mais Alassane Ouattara, lui, n’a pas le droit d’échouer. Il a été formé pour diriger, conduire, et il a appris à le faire. Il sait ce que c’est que l’Etat, la gestion financière, les relations internationales ; il est instruit des donnes de la gouvernance moderne ; il est un héritier de Félix Houphouët-Boigny, son père spirituel. Non, il n’a pas le droit d’échouer et il ne peut même pas échouer, même si, par une bizarrerie inexplicable, il aurait l’envie d’échouer.
 
Qu’est-ce qui vous rend si confiant, si optimiste ?

Son parcours, l’espérance, toutes ces espérances qu’il a fini par cristalliser autour de lui ; enfin, le grand traumatisme que nous a causé le règne brouillon et agité de Gbagbo. Vous savez, les peuples qui ont vécu le traumatisme qui nous a été servi ne génèrent plus de dirigeants improductifs et dangereux comme ceux que nous venons de chasser du pouvoir. Tenez, j’ai lu à ce propos un papier très intéressant sur le site lebanco.net. Il a été signé de Yamoussou Hampaté Ba, une fille du vénérable Hampaté Ba. Dans ce papier qui s’intitule « Alassane Ouattara, échec interdit », elle a montré pourquoi Alassane ne peut pas échouer. Lisez ce texte. Je l’ai trouvé très instructif.


Vous et votre ami Venance, aviez combattu Ouattara à l’époque. Comment avez-vous fait pour être de son camp à présent ?

Comment Gbagbo et ses refondateurs, qui avaient soutenu hier Ouattara, ont-ils fait pour être aujourd’hui contre lui, au point de le haïr ? Comment Ahoua Nguetta a-t-il fait pour se retourner contre Bédié ? Pourquoi et comment cet homme et cette femme qui formaient pourtant un couple parfait, en sont-ils arrivés à divorcer ? Pourquoi et comment MM Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara qui étaient des amis, ont-ils pu se séparer sur la base de terribles querelles, puis sont arrivés à se remettre ensemble ? Comment en arrive-t-on à aimer aujourd’hui ce qu’on n’aimait pas avant ? Comment en arrive-t-on, de même, à détester ce qu’on avait aimé hier ? C’est la dialectique de la vie qui explique ces choses-là, Monsieur. L’amour et la haine, l’ombre et la lumière, la vie et la mort, le noir et le blanc, le grand et le petit, le laid et le beau, se côtoient souvent. La vie n’est pas linéaire, monsieur. Militant de gauche, j’avais combattu Alassane Ouattara, un homme de la droite capitaliste et libéral. Je l’avais fait par positionnement et réflexe idéologiques et non pas par animosité. Puis j’ai eu le temps de voir les prétendus socialistes au pouvoir. Un désastre ! Alors j’ai compris, et j’ai fait mon choix ; un choix fondé sur le bon sens : un libéral compétent et sérieux est plus utile à mon pays qu’un socialiste incompétent, brouillon et improductif. Voilà la raison de mon soutien à M. Ouattara. Et, à Paris, nous avons savouré cette victoire délicieuse, surtout qu’elle est intervenue la veille de mon anniversaire. Oui, c’était vraiment chic !!!


Dans l’establishment culturel ivoirien, il se murmure que vous êtes pressenti à la tête du palais de la culture. Qu’en est-il exactement ?


Vous me l’apprenez.


Faisons un peu de fiction ; si vous étiez le patron de la culture en Côte d’Ivoire, quel serait votre plan pour les arts et le spectacle ivoiriens ?

La culture ne se résume pas aux arts et spectacles qui n’en sont qu’un aspect. Mon plan pour la culture ? Pourquoi voulez-vous que je vous expose mon plan pour une mission qui ne m’a pas été confiée ? Il est évident que ce domaine-ci de la culture ne m’est pas étranger. Je suis déjà, depuis de nombreuses années, un administrateur culturel dans mon pays, parce que j’ai servi le ministère de la Culture à de hauts niveaux : directeur régional, directeur de la Bibliothèque nationale, conseiller technique du président de la République, Conseiller spécial du Premier ministre. Je suis aussi et surtout un acteur culturel parce qu’écrivain, chercheur, musicien, auteur dramatique, critique. Je ne suis donc pas embarrassé par votre question, car en la matière, je suis vraiment sur mon terrain et dans mon domaine. Mais je n’ai pas à vous exposer, comme ça, au hasard d’une interview dans un journal, un plan de redressement culturel de mon pays. Non, ce serait inélégant, car une telle démarche relève de la tâche de la personne à qui sera confiée la gestion de la culture ivoirienne (NDLR : le nouveau ministre de la Culture depuis le 31 mai dernier est Maurice Bandaman).
 

Ne pensez-vous pas que votre trop forte implication dans la vie politique a fait oublier que vous étiez d’abord un homme du monde de la culture ?
 

Durant toutes ces années consacrées au combat politique que j’ai mené, j’ai écrit des livres, animé une émission culturelle, écrit des articles sur les arts et la littérature, joué à des concerts de jazz sur invitation de mon ami Dez Gad le plus grand d’entre les guitaristes de ce pays, qui m’honore à chacun de ses concerts, par une invitation à ‘‘faire un bœuf’’ avec lui. J’ai obtenu le « Prix kaïlcédra du meilleur recueil de nouvelles », en 2006 ; en 2009, j’ai été consacré « Lauréat du Prix ivoire de la littérature africaine d’expression francophone » avec mon roman « Mémoire d’une tombe ». L’émission « Pleine page » que j’ai eu à animer durant près de deux ans compta au nombre des émissions de télé les plus suivies en Côte d’Ivoire ; et tous les Ivoiriens se rappellent encore cette émission. Les téléspectateurs la redemandent même encore aujourd’hui. Je ne crois donc pas avoir totalement abandonné le chemin de la culture et des arts. Mais votre question pose en réalité une autre, sérieuse celle-là: vous dites, en filigrane, qu’un homme de culture ne doit pas s’investir dans le combat politique. C’est comme si vous me disiez que la politique est interdite aux intellectuels. C’est comme si vous déniez à Albert Camus, Aimé Césaire, Bernard Zadi, Bernard Dadié, Jack Lang, Senghor, Edem Kodjo, Mémel Foté, Wolé Soyinka, Paul Akoto-Yao et autres grands hommes de culture, le droit de faire de la politique. La politique n’est tout de même pas le sanctuaire des ignorants, voyons !!! Je n’ai pas fait de la politique politicienne ; j’ai mis mes compétences intellectuelles au service de mon pays, dans la défense d’une cause noble : éclairer le peuple, combattre un régime mauvais, et ceci dans le but d’éviter à ce peuple de sombrer dans la tragédie qui le guettait. Relisez ou lisez mes articles et mes livres ; vous y verrez tout ce que nous venons de vivre là, et que j’ai essayé de conjurer durant des années. Si c’est cela faire de la politique, je vous réponds tout de suite que j’ai donc bien fait d’avoir fait ce que j’ai fait.


Permettez-moi de revenir un peu sur votre parcours surtout en politique. Quand on passe du parti de son maître Bernard Zadi Zaourou, c’est-à-dire l’USD (Union des socio-démocrates) qui a une sensibilité de gauche à un cabinet occulte de Charles Konan Banny du Pdci, est-ce qu’on est politiquement crédible ? N’est-ce pas la crainte de cette non crédibilité qui vous conduit à vous retrancher dans l’univers de la culture ?

La culture n’est pas un refuge pour moi, c’est ma vocation et ma formation. C’est ce que j’ai appris à faire et que je sais faire le mieux. J’ai démissionné de l’Usd depuis 1997, parce que je ne me reconnaissais plus dans l’agir politique de ce parti, et aussi par souci de conserver mon indépendance de penser et d’agir. Je crois plus à la responsabilité individuelle qu’à la responsabilité collective. J’ai été conseiller spécial du Premier ministre Charles Konan Banny qui, comme tout fonctionnaire international et grande figure politique, possède un cabinet privé qui l’aide à nourrir et éclairer ses réflexions. Ce n’est pas un cabinet occulte. Un cabinet occulte est un cabinet clandestin et louche; ce qui n’est pas le cas de celui de M. Banny. Je suis resté attaché à cet homme, non pas par servilisme intéressé, mais par des choix de raison : c’est un homme instruit, très instruit, brillant même. Sa compagnie est agréable, son langage politique est sage, avisé et clairvoyant. M. Banny est d’abord et avant tout un homme pacifique et aux idées saines pour son pays. Oui, il a le coffre d’un dirigeant. Et je ne vois pas pourquoi je me priverais de l’estime qu’un tel homme me porte, du fait de son appartenance politique. J’ai toujours évité la compagnie des gens médiocres, sans talent, sans aura. Ils me font perdre du temps. Prenez la peine de revisiter un peu mon parcours, Monsieur. J’ai toujours travaillé aux côtés de gens brillants : les Pr Barthélemy Kotchy et Bernard Zadi mon maître, Jimmy Hyacinthe, Charles Konan Banny, Frédéric Grah Mel, Laurent Akoun, Gaoussou Kamissoko, Ganin Bertin, entre autres. Mes amis s’appellent Venance Konan, Marcellin Yacé, Laurent Pokou, Elisabeth Goli, Jean-Marie Adiaffi, Clémentine Papouet, Fétigué Ouattara, Martine Dissé, Guy-Charles Wayoro, le Pr Koné Siddick, Gustave Guiraud, Roger Fulgence Kassy, Clémentine Caumaueth, Afri Lué, Fargass Assandé, Alex Kipré, Désiré Gadeau, Maurice Bandaman, entre autres aussi. Ce sont tous des gens compétents, voire brillants. Certains d’entre ces noms de références sont décédés, mais je continue de vivre avec le souvenir de leurs immenses talents. Ils font partie du décor intérieur de ma vie. Aujourd’hui, je me retrouve avec Alassane Ouattara. Un grand homme. Un homme brillant. Et je me sens à chaque fois heureux et honoré quand il lui arrive, malgré ses occupations sérieuses et multiples, de me donner un coup de fil pour s’enquérir de ma santé et de mes activités. Je travaille avec ceux qui ont de la considération pour moi, et qui excellent, Monsieur, et non avec les crétins et les gens passables. Et c’est pourquoi je ne me suis pas entendu avec les refondateurs. C’étaient des gens brouillons, aux goûts douteux, et sans finesse.


Mais cela n’entame-t-il pas votre crédibilité quand vous passez comme cela d’un camp à un autre ?

Non, je ne passe pas d’un camp à un autre. Je passe d’une expérience à une autre. C’est ce qu’un homme sérieux et normal doit faire. Et je prétends en être un. Je passe ainsi du journalisme à l’enseignement, de l’enseignement au théâtre, du théâtre au syndicalisme, du syndicalisme à la politique, de la politique à la musique, de la musique à la littérature, etc., et ceci dans un mouvement de rotation continue où j’essaie d’explorer divers domaines de la vie en exploitant au mieux tout ce que je possède comme talents et capacités d’agir sur le monde. Je refuse de mourir idiot. La vie est belle et merveilleuse, Monsieur. Je veux m’ouvrir au monde et à ses mystères. Je veux comprendre le sens de cette chose merveilleuse que Dieu m’a donnée, et qui s’appelle la vie. Je veux l’aimer, cette vie, en profiter au maximum, l’aimer et la posséder comme l’on aime et possède une femme belle, sensuelle et adorable. Et je fais ces choses-là avec passion. Encore une fois, je vous le dis : je bosse avec tous ceux qui peuvent enrichir ma vie en me permettant d’avancer ; et peu m’importe leur appartenance politique ou leur groupe ethnique. Alors vous me demandez si, en agissant ainsi, je suis politiquement crédible ? Votre question me fait sourire. Ecoutez Monsieur, je fais partie des journalistes et écrivains ivoiriens les plus lus, les plus aimés en Côte d’Ivoire et même au-delà de notre pays ; allez visiter un peu ma page Facebook et vous y verrez le nombre d’admirateurs que je draine aussi bien en Côte d’Ivoire qu’à l’extérieur. J’évite même souvent les lieux mondains à cause des salutations, mots d’encouragement et d’admiration que de nombreuses personnes m’adressent dès que je mets les pieds dehors. Je reçois, au bas mot, environ 50 e-mails par jour. A l’exception de deux ou trois courriels injurieux émanant de petits crétins fanatiques de Gbagbo, ce sont tous des e-mails d’admiration pour moi. Et vous, vous voulez insinuer que je ne suis pas crédible ! Vivez-vous réellement en Côte d’Ivoire ? Vous m’étonnez !


Pensez-vous vraiment qu’il est possible pour un homme de culture engagé comme vous, de fermer la parenthèse de la parole politique ?

J’avoue que ce sera difficile ; mais à moins d’autres contraintes, j’estime vraiment que la mission politique que je m’étais donnée est achevée. A présent, je voudrais renouer avec l’art et la culture. Le théâtre, la musique et les livres m’attendent. Le théâtre et la guitare surtout m’ont vraiment manqué durant ces années de combat politique. J’ai fait beaucoup d’infidélités à mes guitares, ces dernières années ; et je dois vous avouer qu’il y a eu, comme cela, des moments où elles me faisaient pitié, et je me sentais coupable de les avoir abandonnées. A présent, c’est fini, le combat est terminé. Je suis revenu, j’ai revu et revisité mes guitares, je les ai nettoyées avec tendresse, je leur ai demandé pardon, on s’est parlé et on s’est compris. On va reprendre nos amours suspendues. Je profite de votre interview pour dire que j’ai besoin d’un accordeur pour mon piano.
 
Voulez-vous nous dire que vous allez fermer les yeux sur les travers du régime actuel ?

Non, je n’ai pas dit ça. Mais soyons sérieux et logique : j’ai mené un combat contre un régime que j’ai jugé mauvais, et ce régime est tombé. Conséquemment, je dois apporter mon soutien au candidat auquel j’ai accordé ma voix, pour donner au moins un sens au combat que j’ai mené. Et cet homme se nomme Alassane Ouattara. Il a invité au travail tous ses compatriotes : les cadres, les paysans, les ouvriers, les intellectuels, etc., pour redresser le pays et lui redonner son prestige perdu à cause des refondateurs. Et nous allons le faire. Ma vocation n’est tout de même pas de contester et combattre indéfiniment tout dirigeant. Il y a un temps pour s’opposer, un temps pour participer à l’œuvre de construction. A 56 ans, je suis à un âge où on construit ; un âge où on dirige. Mon métier n’est pas de toujours critiquer, Monsieur. Je ne suis pas un opposant professionnel, voyons. C’est aussi simple que ça.


Vous soutiendrez donc ce régime, vaille que vaille, même s’il gère mal?

Pour quelles raisons le président Ouattara gérerait-il mal ? Quel plaisir pourrait-il éprouver à ne pas bien faire ce qu’il nous a promis de faire, alors qu’il a les capacités de le faire bien ? Je viens de vous dire qu’il est impossible d’être plus nul que Gbagbo et ses refondateurs. Tenez, récemment, l’une de mes filleules qui vit en Suisse m’a dit ceci, lors d’un séjour que je suis allé passer chez elle : « Tonton Tiburce, le président Alassane va réussir car, dans le fond, il n’en faut pas beaucoup pour faire mieux que Gbagbo». Et elle a raison. Il suffit au président Ouattara de construire un Chu, un seul, et il aura fait mieux que Gbagbo ; il lui suffit de construire le troisième pont, ou une université, un campus, ou bien de rendre Abidjan propre, et il aura fait mieux que Gbagbo. Il lui suffit de mettre fin au tapage nocturne, d’éduquer notre jeunesse à renouer avec les vertus du travail, de l’effort et du salaire mérité, et il aura fait mieux que Gbagbo. Or ce sont là des choses simples. Vous voyez, en réalité il n’est pas difficile de faire mieux que Gbagbo parce que Gbagbo n’a rien fait ou plutôt il a fait beaucoup de mal, beaucoup de mauvaises choses. J’ai été heureux de constater le travail de salubrité que le président Ouattara a entamé dès la chute de Gbagbo : la place de la « Sorbonne », les campus universitaires, naguère hauts lieux d’insalubrité, d’encanaillement, de drogue et de criminalité, ont été assainis en un temps record. Les Ivoiriens commencent à renouer avec le réflexe de la propreté. Bien sûr, il y a encore tant et tant de choses à faire. Mais les premiers signes sont bons ; et je me dois d’encourager ce qui est bon. Je vous le répète: Alassane Ouattara ne peut pas échouer. Nous sommes là pour l’empêcher d’échouer.

Réalisée par Jean-Paul Oro,

In L’Intelligent d’Abidjan N°2259
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !