Découverte des fosses communes à Duékoué:Des proches du témoin assassiné chargent l’ONUCI

Rescapé, mais surtout témoin clé du massacre de Nahibly, Alex Saint-Joël Gnonsian, a été exécuté, dans la nuit du 30 au 31 décembre 2013, par des éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci). Après publication par Le Nouveau Courrier, hier, de cette information, ces proches chargent.

Samedi 4 Janvier 2014 - 05:12


Image d'archives:Le camp de refugiés de Nahibly
Image d'archives:Le camp de refugiés de Nahibly
«Lorsque les hommes de Konda (Koné Daouda, ex-commandant des Frci de Duékoué) tentaient de dissimuler les traces des victimes qu’ils ont exécutées sur le site de Nahibly, avec l’appui des dozos et des militants Rdr, au moment où l’Onuci, avec Bert Koenders, certaines organisations de défense des droits de l’homme, et l’ambassadeur des Etats-Unis en Côte d’Ivoire de l’époque, Carter III, mettaient la pression pour que la lumière soit faite, nous avons déconseillé à certains de nos proches de témoigner. Des journalistes étrangers sont venus avec l’Onuci nous rassurer que nous ne risquons rien. Des démarches ont été menées à plusieurs reprises à notre endroit mais nous sommes restés méfiants eu égard à l’impunité dont jouissent nos bourreaux depuis les différentes crises qui ébranlent notre région», a indiqué d’entrée de jeu, sous le couvert de l’anonymat, un des encadreurs des victimes de Nahibly avant d’établir le contact entre Le Nouveau Courrier et un proche de Alex Saint-Joël Gnonsian, assassiné après avoir révélé les traces des cruautés perpétrées par les hommes du lieutenant Konda. «Il nous avait rassuré que l’Onuci, en même temps qu’elle veillera sur les sites où se trouvent les fosses communes, prendra des mesures sécuritaires pour le mettre à l’abri de la foudre des Frci et des dozos. C’est d’ailleurs cela qui l’a motivé à s’engager dans l’éclatement de la vérité pour que cessent les atrocités sur de nombreux jeunes Wê qui sont pris pour cible parce qu’assimilés à des miliciens pro-Gbagbo ou à des coupeurs de route», révèle le parent de Gnonsian. Son témoignage avait permis la découverte de 10 puits contenant des corps des réfugiés du camp de Nahibly, exécutés sommairement, au quartier Toguéhi, à Duékoué. Selon le proche du témoin, après la découverte des fosses communes sur lesquelles veillent désormais des éléments des casques bleus de l’Onuci, le contact avec le principal témoin n’a duré qu’une dizaine de jours. Les responsables militaires de l’Opération des Nations-Unies, à Duékoué, dont la présence auprès des diplomates et des organisations de défense des droits de l’homme rassurait quant à une éventuelle disposition sécuritaire, poursuit notre source, se sont rebiffés. Alex Gnonsian ne bénéficiait plus d’attention de la part de ceux qui lui avaient fait la promesse de l’assister sur le plan sécuritaire. Alors que, clairement identifié par des éléments Frci aux projets lugubres à son encontre, poursuivent ses proches, ses mouvements étaient suivis de très près et il ne faisait que recevoir, d’après ce qu’il a confié à ses proches, des menaces de mort. Ce qui l’a d’ailleurs amené à vivre caché jusqu’au 30 décembre, date à laquelle il a été pris par les Frci sous le fallacieux prétexte qu’il gardait des armes par devers lui. Les heures qui ont suivies ont été fatales pour lui. Les parents de Saint-Joël Gnonsian réclament une autopsie avant une quelconque inhumation.  Dans le souci de recueillir sa version, L e Nouveau Courrie r a tenté d’entrer en contact avec l’Onuci, par l’intermédiaire de son porte-parole Kaddidia Ledron, dans l’après-midi du jeudi 2 janvier. Malgré plusieurs tentatives pour l’avoir au bout du fil, l’appel de la rédaction n’a pu obtenir un écho favorable.

Par Saint-Claver Oula      

Source: Notre Voie N° 965 Du Vendredi 03 Janvier 2014




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !