Déclaration du Mouvement de Solidarité Démocratique (MSD) suite à la manifestation réprimée à Abidjan le jeudi 20 octobre 2016

Samedi 22 Octobre 2016 - 00:28


Déclaration du Mouvement de Solidarité Démocratique (MSD) suite à la manifestation réprimée à Abidjan le jeudi 20 octobre 2016

 

Le chef de l’Etat ivoirien a décidé de donner une nouvelle Constitution à la Côte d’Ivoire. Il prévoit à cet effet un référendum le 30 octobre 2016. Mais vu que la loi fondamentale est l’âme d’un pays, l’opposition et la société civile dans son ensemble et des membres du bord du chef de l’Etat demandent le retrait du projet pour ouvrir des discussions. Devant le refus du chef de l’Etat à dialoguer, le « Front du Refus » - composé de l’opposition politique et des organisations de la société civile - a organisé hier une manifestation pour exprimer sa colère dans la rue.

 

Cette expression démocratique a été empêchée par la police et des hommes en armes. Des leaders de l’opposition notamment l’ancien président de l’Assemblée Nationale Mamadou Koulibaly ; les anciens ministres Boni Claverie, Sangaré Abou Drahamane, Anaky Kobenan Innocent, … et des députés Gnangbo Kacou et Kouadio Konan Bertin ont été malmenés et humiliés avant d’être arrêtés pendant des heures.

 

Le Mouvement de Solidarité Démocratique (MSD) condamne vigoureusement cette violence gratuite que le pouvoir déploie sur son opposition pour la museler.

 

Le MSD qui fait de la Côte d’Ivoire sa doctrine trouve inacceptable que le pouvoir puisse changer la Constitution du pays sans aucune concertation et sans avis contradictoire. Ainsi, le MSD apporte son soutien aux démocrates ivoiriens et non-ivoiriens qui entendent manifester dans la rue, pour exprimer leur refus devant la démarche de quelques personnes d’imposer au pays une nouvelle Constitution, taillée à leur mesure. Il faut également noter que ce projet de nouvelle Constitution a été élaboré en violation de la Constitution actuelle. Le MSD interpelle la Communauté nationale et internationale pour :

 

  • Que tous les manifestants interpellés soient remis en liberté sans condition ;

  • Que le pouvoir retire ce projet sans condition ;

Manifester étant un droit démocratique et constitutionnel, le pouvoir qui jette de l’huile sur le feu par des intimidations et des arrestations, assumera les conséquences de l’escalade qui est en train de se durcir, devant l’intention de faire passer un projet à la sauvette.

 

Le MSD saisit ce jour même l’Union Africaine, l’Union Européenne, l’ONU et les autres institutions censées intercéder auprès du pouvoir ivoirien pour l’amener à la raison. Le MSD estime que face à l’expression des droits démocratiques, le canon et le bâton ne sont pas la solution. La raison commande plutôt d’entendre le peuple souverain.

 

Fait à Paris, le 21 octobre 2016.

 

Pour le MSD (Mouvement de Solidarité Démocratique),

Jeanne Gnoyéré, Secrétaire Générale / msddiaspora@gmail.com





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !