Déclaration du Front populaire ivoirien suite à l’agression et à l’enlèvement

Lundi 7 Septembre 2015 - 10:56


Aboudramane Sagaré, Vice président du FPI
Aboudramane Sagaré, Vice président du FPI

Déclaration du Front populaire ivoirien suite à l’agression et à l’enlèvement des prisonniers pro-Gbagbo de la MACA
 
 

 
 
 

A deux mois des élections présidentielles en Côte d’Ivoire, les Ivoiriens vivent une période indescriptible en termes de violations des droits de l’homme dans le pays. Les derniers évènements confirment, hélas, une telle dégradation, du fait même de forces de l’ordre en principe censées protéger les citoyens.
 
 

Dans la nuit du mardi 1er au mercredi 2 septembre 2015, entre 1h et 2h du matin, un commando de 15 policiers encagoulés s’est introduit à la MACA, lieu de détention de prisonniers politiques à Abidjan. Après avoir coupé l’électricité, ce commando dirigé par un certain ‘’Lieutenant Gueu’’ s’exprimant à peine en français, s’est introduit dans les cellules des ‘’assimilés’’ et a dévalisé les prisonniers. Sous la menace de pistolets automatiques et de kalachnikovs, ce commando arrivé à bord de trois voitures de police a emporté tous les objets de valeur et l’argent des détenus politiques. Le ‘’lieutenant Gueu’’, son Chef, a laissé un message en deux points aux détenus politiques selon leurs dires :
 
 

 
 
 

  • Au cas où Monsieur Alassane Ouattara devait perdre le pouvoir suite aux élections présidentielles de 2015, tous les détenus politiques ‘’pro-Gbagbo’’ seraient exécutés selon les ordres reçus de Monsieur Hamed Bakayoko, Ministre de l’Intérieur.

  • Il s’agissait d’un avertissement aux hommes politiques de l’opposition afin qu’ils n’organisent ni meeting ni marche dans le pays au cours de la période électorale.

 
 
 

Dans la matinée du jeudi 3 septembre 2015, le Procureur de la République, Monsieur Adou Christophe, a convoqués lesdits détenus à son Bureau. Le motif évoqué pour cette rencontre était de donner des ‘’conseils’’ aux détenus, aux dires de leur avocat.
 
 

Sans avoir pu rencontrer ni le Procureur, ni un quelconque juge, et sans que rien ne soit notifié à leur avocat présent, les détenus politiques ont été, une fois arrivés au Palais de Justice, réceptionnés par la FRAP, une Force Spéciale de Police dont le siège jouxte le domicile du Ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko. Ils ont été embarqués et transportés manu militari vers une destination inconnue. Les familles et les avocats sont, depuis, sans nouvelle des détenus.
 
 

 
 
 

Face à cette situation, le Front Populaire Ivoirien (FPI) :
 
 

  • Tient à dénoncer, une fois de plus, la violation constante de leurs droits dont sont victimes les détenus ‘pro-Gbagbo’’ dans les geôles du régime Ouattara ;

  • Dénonce également, avec grande vigueur, la violation continuelle des droits de l’Homme en Côte d’Ivoire, de la part de Forces supposées républicaines et devant s’adosser aux règles de droit dans l’accomplissement de leurs missions ;

  • En appelle à Alassane Ouattara, Chef de l’Etat, afin que soit mis fin aux agissements barbares dont se rendent coupables ses forces et milices envers les populations, à quelques semaines de l'élection présidentielle ;

  • Réitère son appel, depuis 2011, à un dialogue politique constructif afin que plus jamais la Côte d’Ivoire ne vive de situation de guerre, la paix durable exigeant que les Ivoiriens s’asseyent pour discuter, comme nous l’a appris le Président Laurent Gbagbo ;

  • Apporte, une fois de plus, tout son soutien aux détenus politiques et à leurs familles respectives.

 
 
 

Pour l’heure, le Front Populaire Ivoirien se tient aux côtés du peuple ivoirien et lui demande de se tenir prêts pour l'exécution des mots d’ordre à venir. Il importe en effet que des réactions appropriées soient apportées aux continuels agissements antirépublicains du régime Ouattara. Qu’il soit entendu que le FPI ne saurait tolérer plus longtemps, et le peuple avec lui, pareils dérives autocratiques qui violent tous les espoirs de paix durable en Côte d’Ivoire.
 
 

 
 
 

Fait à Abidjan, le samedi 5 septembre 2015
 
 

 
 
 

Pour le Front Populaire Ivoirien (FPI)
 
 

1er Secrétaire Général Adjoint,
 
 

Porte-parole par intérim
 
 

Koné Boubakar,
 
 

 





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !