Déclaration du CDR-CI , suite au décès de Madiara Ouattara

Mercredi 28 Mai 2014 - 07:39


Pour le CDR-CI, Le Porte-parole, Dr Claude KOUDOU
Pour le CDR-CI, Le Porte-parole, Dr Claude KOUDOU
Déclaration du CDR-CI (Conseil de la Diaspora pour la Restauration de la Démocratie et la Défense des droits de l’homme en Côte d’Ivoire), suite au décès de Madiara Ouattara


Le porte-parole du gouvernement ivoirien, Bruno Nabagné Koné, a confirmé la rumeur du décès de Mme Madiara Ouattara admise au centre des grands brûlés du Centre hospitalier universitaire de Cocody, suite à sa tentative d’immolation le 21 mai dernier.
Après la mort de Awa Maïga dans des conditions très confuses, une autre Ivoirienne, Madiara Ouattara disparaît après une immolation.
Notre compassion va naturellement aux familles de ces victimes  ; la dernière illustrant aux yeux du monde une désespérance qui est à son paroxysme sous le régime actuel ivoirien, qui ne fait que dans la barbarie.
Le régime en place à Abidjan, après son avènement dans la violence, continue de perpétuer la peur en cultivant la haine et l’exclusion, en divisant les Ivoiriens et en banalisant la mort. Après une légalité qu’on a tenté de lui donner, la philosophie de ce pouvoir d’imposer une légitimité au peuple ivoirien par la terreur a du mal à prospérer.
Ce pouvoir tue  ; ce pouvoir organise des enlèvements, des exécutions sommaires   et des arrestations arbitraires  ; ce pouvoir détient sans inculpation factuelle des centaines d’Ivoiriens quand il ne les torture pas jusqu’à ce que mort s’ensuive.
Ouattara est le père de la désacralisation de la vie humaine et de la banalisation de la mort. Cette inhumanité illustre simplement l’attitude d’un pouvoir plus qu’aux abois. Un pouvoir qui, après avoir tenté en vain de museler les journalistes et l’opposition politique, s’en prend maintenant à ses partisans qui veulent parler.
Face à ces dérives innommables, nous interpellons la Communauté nationale et internationale sur la gravité d’une telle situation. Il est urgent que la Communauté internationale révise son traitement de faveur à l’endroit du pouvoir Ouattara. Car la question de la démocratie et des droits de l’homme ne doit pas être une variable d’ajustement quand il s’agit de Ouattara.
A l’allure où vont les choses, il faut dire que Ouattara ne peut pas rester à la tête d’une Côte d’Ivoire dont il a décidé de martyriser le peuple. Une personne s’immole en Côte d’Ivoire. C’est un acte à la fois inadmissible et insupportable.
Ouattara n’est pas la solution pour les Ivoiriens. Il en est le bourreau. Il faut en tirer toutes les conséquences  !

Pour le CDR-CI, Le Porte-parole,


Dr Claude KOUDOU

MOSOURPA  (Marseille) ; GBAGBO FREE  ; Plateforme souveraine panafricaine (PSP)  ; CPAD-France ; CDDS (Conseil pour la Défense de la Démocratie et de la Souveraineté)  ; CRI-panafricain  ; CRD ; MIR ; COJEP  ; Parlement et AGORA  ; CFCIA  ; Go Africa  ; Mouvements des Artistes engagés ; CODESCI  ; Halte aux Génocides  ; 3000 Femmes.




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !