Déclaration de la Coordination du FPI en exil à propos de la répression du meeting d'Adzopé

Mercredi 30 Mars 2016 - 21:47


Image de la repression du meeting du 26 mars 2016 à Adzopé
Image de la repression du meeting du 26 mars 2016 à Adzopé
DECLARATION DE LA COORDINATION FPI EN EXIL A PROPOS DE LA REPRESSION DU MEETING D’ADZOPE


Le samedi 26 Mars 2016, le Front Populaire Ivoirien (FPI) devait tenir un meeting à Adzopé en vue d’informer et de mobiliser les militants relativement au procès du Président Laurent Gbagbo et du Ministre Charles Blé Goudé ;
Ce meeting était la première étape d’une tournée dans les villes et localités de la ceinture d’Abidjan après la tournée organisée avec succès du 19 au 25 Février 2016 dans 17 localités du District d’Abidjan ;
Les autorités compétentes ont été régulièrement informées de la tenue du meeting et ne l’ont pas interdit ;
Ainsi donc le samedi 26 mars, alors que le Camarade Aboudramane Sangaré, Président par intérim du Parti, faisait son entrée sur l’espace du meeting, la police s’est mise à disperser les militants y rassemblés à coup de gaz lacrymogènes avec l’appui des militants du RDR armés de gourdins et de cailloux ;
La Coordination FPI en exil condamne fermement cette énième répression des meetings du Parti qui a pourtant toujours veillé à ce que toutes ses manifestations se tiennent avec responsabilité et sans violence.
La Coordination FPI en exil dénonce un complot dont l’objectif inavoué est d’empêcher la mobilisation des Ivoiriens en vue de la libération du Président Gbagbo Laurent et du Ministre Charles Blé Goudé qui se profile à l’horizon. En effet, depuis le début du procès, les premiers débats publics, et surtout l'audition des cinq premiers témoins n'ont pu rapporter la moindre preuve de l'existence d'un plan commun à la charge des accusés.
La Coordination FPI en exil rappelle au gouvernement que les défis sécuritaires sont actuellement nombreux en Côte d’Ivoire où l’insécurité se généralise, notamment avec les attaques terroristes de Grand-Bassam et la gravité des affrontements intercommunautaires de Bouna qui ont fait plus de 100 morts et de nombreux déplacés internes ainsi que des réfugiés au Burkina Faso et au Ghana ; tout cela à moins de deux semaines d’intervalle.
C’est pourquoi, la Coordination FPI en exil met en garde le gouvernement sur les risques que la répression des activités de l’opposition fait peser sur la paix sociale très fragile en ce moment.
La Coordination FPI en exil félicite le Président Aboudramane Sangaré et la Direction du parti pour l’initiative de ces tournées en dépit du contexte de répression et les encourage à rester debout jusqu’à la victoire finale. Elle se réjouit de la détermination de la Direction du Parti à poursuivre ses meetings conformément au calendrier établi.
La Coordination FPI en exil salue les militants pour leur mobilisation constante. Elle leur rappelle que la situation actuelle est semblable à celle de 1990. Malgré la répression du régime Houphouët, la détermination des militants a fini par s’imposer à la dictature en arrachant le retour au multipartisme le 30 avril 1990 et la liberté démocratique.
La Coordination FPI en exil félicite les Ministres Léon Emmanuel Monnet et Clotilde Ohouochi pour l’appel à la mobilisation lancé au peuple Akye depuis leurs lieux respectifs d’exil.
« Aussi brutale et violente soit-elle, la répression ne pourra faire taire la voix de la justice et de la liberté » dixit l’écrivain espagnol Javier Moro.

LA LUTTE CONTINUE !

Fait à Accra, le 28 Mars 2016
Pour la Coordination FPI en exil
Le Président
Le Ministre  https://www.facebook.com/emile.kohou.kwahi




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !