Déclaration de la CNC suite à la repression des marches de la jeunesse

Mardi 22 Septembre 2015 - 07:33


DECLARATION DE LA CNC SUITE A LA REPRESSION DES MARCHES DE LA JEUNESSE
 
 La jeunesse de la Coalition Nationale pour le Changement réunie au sein de la CNJC, a appelé à des marches pacifiques éclatées, à compter du 10 septembre 2015, sur toute l’étendue du territoire national, pour protester contre le refus du Chef de l’Etat, de tout dialogue avec la CNC sur les conditions d’élections justes, transparentes et apaisées. La CNJC entendait  ainsi  dénoncer ce qu’elle considère comme une volonté manifeste du pouvoir d’opérer un passage en force sur la question de l’élection présidentielle d’octobre 2015. Sur les avis et conseils des instances dirigeantes de la CNC, les organisateurs de ces manifestations, avaient pris soin de se conformer à la loi en informant les autorités administratives des dates et des différents itinéraires.

Afin de prévenir d’éventuels dérapages,  les responsables de la CNC ont également saisi par courrier les responsables de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI)  pour aider à assurer un encadrement à ces manifestations. Malgré toutes ces précautions, et alors que rien ne le laissait présager, les populations, qui s’étaient massivement mobilisées pour ces manifestations démocratiques, ont été violemment réprimées et dispersées à Abidjan et dans les différentes villes de l’intérieur du pays.

    A Daloa, Toumodi et Gagnoa, les forces de l’ordre auraient  tenu des réunions avec les responsables de certaines communautés ethniques pour les inciter à appuyer la répression desdites  manifestations. Le bilan provisoire de cette répression, après deux jours de manifestations, est très lourd  :
Deux morts dont Djédjé Dolou Etienne, égorgé  à Logouata, village de la Sous-Préfecture de Bayota
Cinquante deux (52) blessés dont  une vingtaine de cas graves à Bonoua, Sikensi, Gagnoa et Abidjan
Une vingtaine d’arrestations dont celle de Samba David, Président de la Coalition des indignés de Côte D’Ivoire (CICI), membre de la Conférence des Présidents et des candidats déclarés de la CNC
Treize (13) maisons incendiées à Logouata

    La CNC s’incline devant la mémoire des disparus,  présente ses sincères condoléances aux familles éplorées et à tout le peuple ivoirien.
La CNC  exprime sa compassion à toutes les victimes de cette répression injustifiée, inacceptable et les assure qu’elle se tient à leurs côtés.
La CNC salue le courage et la détermination de  la jeunesse pour cette grande mobilisation.
La CNC condamne avec énergie l’utilisation disproportionnée de la force par les services de maintien de l’ordre lors de ces manifestations pacifiques.

Dans cette période préélectorale, la CNC observe avec regret et grande inquiétude que le régime en place tente d’embrigader certaines communautés  pour les instrumentaliser et les opposer à d’autres communautés.
 La CNC tient à interpeler le peuple de Côte d’Ivoire sur cette dérive extrêmement dangereuse pour la paix et la cohésion nationale déjà si fragiles et l’invite fermement à ne pas s’inscrire dans de telles voies par ailleurs  sans issue.
La CNC appelle l’attention de la Communauté internationale sur ces manœuvres  qui font peser de graves dangers sur l’ensemble du processus électoral que nous voulons tous exemplaire et apaisé et l’invite instamment à user de son influence pour éviter à notre pays, la Côte d’Ivoire, une nouvelle grave crise aux conséquences incalculables.
La CNC voudrait rappeler que  la violence et la force ne devraient aucunement être des principes de gouvernement. Seul l’Etat de droit doit prévaloir.
Pour cela, la CNC  veillera à ce que les droits du peuple ivoirien soient préservés,  protégés et les libertés fondamentales assurées  partout sur le territoire national.

   De tout ce qui précède, au nom de la paix et de l’esprit de dialogue, la CNC demande  :
La Libération sans condition de tous les détenus, en particulier de Samba David
L’ouverture sans délai par le Chef de l’Etat d’un dialogue inclusif en vue d’une élection présidentielle transparente et apaisée en rappelant les points qui doivent absolument faire l’objet d’un consensus préalable à savoir  :
La mise en place d’une Commission Electorale équilibrée et réellement indépendante  ;
L’adoption d’un Code Electoral consensuel  ;
L’établissement d’une liste électorale consensuelle et acceptée de tous, conforme au Code Electoral et au Code de la nationalité  ;
Le respect de la liberté d’opinion et d’expression, ainsi que l’accès équitable de tous les partis aux média d’Etat, surtout pendant la période précédant l’ouverture de la campagne;
Le désarmement effectif de toutes les milices, y compris les dozos, et l’encasernement des FRCI  ;  
Enfin, la CNC demande à la jeunesse de ne céder, ni à la provocation ni à la violence mais de rester mobilisés et vigilants.

Fait à Abidjan, le jeudi 17 septembre 2015
Pour la CNC
Le Président
Charles KONAN BANNY
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !