Déclaration N°022-JL2014 de JSF relative au Statut de la Cour Africaine de justice et des droits de l’homme

Lundi 7 Juillet 2014 - 11:21


Déclaration N°022-JL2014 de JSF relative au Statut de la Cour Africaine de justice et des droits de l’homme

Dans un courrier émis le 16 Octobre 2013 à l’intention du Président de la Commission de l’Union Africaine, Jeunesses Sans Frontières abordait la problématique des relations des dirigeants Africains à l’égard de la justice Internationale, mais aussi de la justice tout court et des principes démocratiques.

Rappel des faits :

Au cours du sommet extraordinaire tenu les 11 et 12 Octobre 2013, l’Union Africaine a exprimé son hostilité aux poursuites visant les dirigeants en exercice, avec en toile de fond les poursuites de la Cour Pénale Internationale (CPI) visant le Président et le Vice-président Kenyan.
Choqués par le fossé entre l’ordre du jour de ce sommet et les préoccupations existentielles des populations Africaines, indignés par cette posture qui consacre une promotion à l’impunité et un recul de la démocratie, Jeunesses Sans Frontières a interpellé collectivement et individuellement les dirigeants Africains.
Ainsi, avons-nous demandé avec insistance à l’Union Africaine de :
-       Renoncer à la démarche de suspension des poursuites visant les chefs d’Etats et de Gouvernement ;
-       Œuvrer pour plus de démocratie, veiller à la protection et la promotion des droits de l’homme en Afrique ;
-       Se donner les moyens pour mettre en place dans les plus brefs délais une Cour Pénale Africaine ;
Aujourd’hui, suite au sommet des 26 et 27 juin de l’Union Africaine tenu à Malabo (Guinée Equatoriale), Nous, associations et mouvements réunis au sein de la Confédération Jeunesses Sans Frontières, nous sentons plus que jamais interpellés. En effet au cours de ce sommet, les chefs d’État et de gouvernement réunis ont voté en faveur d’une modification du Statut de la Cour Africaine de justice et des droits de l’homme accordant aux dirigeants et à d’autres hauts fonctionnaires en poste l’immunité contre les poursuites devant cette juridiction. Cette immunité les mettrait ainsi à l’abri de toutes accusations même celles de génocide, de crimes de guerre, et de crimes contre l'humanité.
Jeunesses Sans Frontières dénonce cette démarche des dirigeants Africains, visant à se barricader derrière une cour taillée sur mesure, pour ne pas avoir à répondre des crimes qu’ils commettent ou pourraient commettre contre leurs populations. Cette multiplication de décision et résolution tendant à organiser l’impunité des dirigeants est malsaine, donc déplorable et inacceptable.
Dans une Afrique où le jeu démocratique est généralement corrompu ; Sur ce continent où certaines luttes de pouvoir débouchent encore sur des massacres massifs ; Dans un contexte où nombre de victimes demeurent privées de recours ; cette décision constitue un recul grave dans la promotion des droits de l’homme et dans la lutte contre l’impunité. C’est fort de cette évidence que Jeunesses Sans Frontières réitère son appel à l’Union Africaine. Cette organisation gagnerait à se ressaisir en protégeant les victimes, au lieu de se discréditer davantage en voulant soustraire les dirigeants de la justice. En dépit des fonctions et attributions, tous demeurent justiciables. Et l’Afrique qui dit-on empreinte les sentiers de l’émergence ne peut se permettre de piétiner ce principe.
Pour finir, Jeunesses Sans Frontières demeure convaincu que les dirigeants qui respectent les droits de l’homme et les principes démocratiques, ne sauraient en aucun cas être inquiétés par la justice Internationale. Partant de ce fait, nous invitons tous les acteurs et observateurs à sortir des faux débats de souveraineté et à prendre de la hauteur pour faire face aux vrais problèmes de gouvernance et de leadership qui gangrènent nos sociétés Africaines.

Fait à Abidjan, le 05 Juillet 2014

Par Jeunesses Sans Frontières
Par le Présidium
Le Président
DIAKITE Tawakkal




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !