Déclaration N°005-AV2016 de JSF relative aux troubles en milieu scolaire et universitaire

Mardi 19 Avril 2016 - 14:25


Ces derniers jours, les secteurs de l’éducation nationale et l’enseignement supérieur sont en proie à des troubles divers. Une grève de 72 heures déclenchée par les enseignants a touché les établissements préscolaires, primaires, et secondaires. Pendant ce temps, des violences secouaient l’université Félix Houphouët BOIGNY.  Des violences allant crescendo jusqu’à rappeler les tristes épisodes de la répression policière des années 90. De part et d’autre, des revendications syndicales pour l’amélioration des conditions de vie et de travail sont à la base de ces évènements.

Depuis plusieurs mois déjà, Jeunesses Sans Frontières observe avec amertume la récurrence des troubles affectant les secteurs de l’éducation et de la formation en Côte d’Ivoire. Cela est d’autant plus préoccupant que les fonctions primordiales assignées à ces secteurs devraient en appeler à une attention accrue de tous. Toute nation devrait en effet veiller sur l’éducation et la formation de ses populations comme un œuf. Et de surcroit pour une nation comme la Côte d’Ivoire qui aspire à l’émergence, il est fondamental de promouvoir des systèmes d’éducation et de formation de qualité.  Car de ceux-ci naîtront les acteurs de la société de demain.

Partant de là :

    Considérant que les troubles à répétition perturbant l’école témoignent de l’incapacité des autorités à trouver des solutions durables aux problèmes qui persistent ;
    Vu la justesse des revendications des enseignants et des étudiants ;
    Considérant que les temples du savoir ne devraient plus jamais redevenir des champs de bataille ;
    Vu l’opacité qui entoure la gestion des évènements survenus sur à l’université ;

Jeunesses Sans Frontières :

    Condamne les descentes policières visant les cités universitaires et demande leurs arrêts immédiats. Ces actes aussi répréhensibles que contre-productifs ;
    Exige que toute la lumière soit faite sur les accusations graves portées contre les forces de l’ordre durant ces évènements, ainsi que sur le cas des étudiants arrêtés ;
    Dénonce l’absence de dialogue entre le gouvernement et les partenaires sociaux ; en occurrence les syndicats d’enseignants et d’étudiants. Mieux vaut pourtant prévenir que guérir ;
    Invite tous les acteurs du système socio-éducatif au calme et à l’apaisement. Empruntons la voie de la sagesse  pour épargner d’autres incidents dommageables à l’école et aux ivoiriens.

Fait à Abidjan, le 16 avril 2015

Par Jeunesses Sans Frontières

Pour le Bureau Exécutif

Le Président

KOUDOU S. Désiré




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !