Débat sur l’inéligibilité de Ouattara : Un nécessaire recadrage

Lundi 6 Juillet 2015 - 13:27


J’ai suivi avec attention le débat du Samedi  4 juillet 2015  d’ Afrique Medias  sur le sujet relatif à l’inéligibilité de Ouattara pour la présidentielle ivoirienne de 2015. Quelques éminents panelistes  du jour, juristes, se sont trompé, de bonne fois  sur le sujet . En quels termes se pose le problème ?
 
 L’angle du respect scrupuleux de la constitution
 
 Conformément à la constitution ivoirienne Alassane Ouattara n’ est pas éligible .un arrêt de la cours suprême de cote d ivoire en 2000 l’a déclaré ainsi pour doute sur sa nationalité   et pour s’être prévalu d’une autre nationalité. Cette constitution votée en 2000 par plus de 80% de la population est sans équivoque sur la question. Ouattara le sait .Et c’ est  du reste pour cela qu’ il a monté une rébellion pour balafrer la Cote d ivoire.. Dans le souci de  donner une chance à la paix dans le pays divisé ,plombé et sur proposition du médiateur Tabo M’beki, Gbagbo, en 2005 a pris une mesure exceptionnelle pour permettre à ouattara  et Bedié d’ être candidat bien que ne remplissant pas tous les deux les conditions .Ceci et c’est écrit, UNIQUEMENT pour les élections de 2005, organisée finalement en 2010. Depuis , la crise est finie   .Pour les élections de 2015 ,c’est la constitution ivoirienne qui s’ applique  et l’article 35 qui n’a toujours pas été modifiée est en place .Ouattara ne peut donc plus être candidat. Il appartient au RHDP, son groupement politique, de trouver un autre candidat. Ce n’est pas une question de réveiller de vieux démons,  mais plutôt  de respecter  les pertinentes  dispositions constitutionnelles qui s’imposent à tous et en premier à Ouattara, celui qui a juré de le respecter et de la défendre lors de son investiture en mai  2011.
 
Des conditions de  l’organisation des élections
 
 Nos panelistes nous disent de plutôt chercher a attaquer Ouattara sur son bilan ; faire le porte a porte pour convaincre les ivoiriens et battre Ouattara dans les urnes . Là aussi ,nos amis sont de bonne foi parce qu’ ils ne connaissent pas la machine  que Ouattara  a mis en place. Le processus  électoral est verrouillé à double tours par Ouattara en amont et en aval  et piégé de l’intérieur.
C’ est  le sieur Youssouf Bakayoko, l’homme de tous les malheurs en 2010 qui est solidement rivé à la Commission électorale indépendante CEI. Francis Wodié a été poussé dans le dos pour rendre sa démission de la tête du conseil constitutionnel pour être remplacé par Koné Mamadou  responsable  en second de la rébellion et militant du RDR parti de Ouattara. Des milliers de Cartes nationales d’ identité sont frauduleusement distribuées chaque jour aux étrangers pour se faire inscrire sur les listes électorale. La presse nationale en fait état régulièrement.
 En plus de quatre ans Ouattara n’a pas voulu réconcilier les ivoiriens. Nombreux sont ceux qui sont encore en prison dont Laurent Gbagbo, pour faits politiques ou sont, par milliers, contraints à l’exil au mépris de la constitution.
 Alors si ces questions ne sont pas réglées , aller à des élections dans ces conditions  c’est choisir d’accompagner Ouattara pour le légitimer à des élections non transparentes ,non consensuelles et non crédibles. Sans plus .
 Voici en quels  termes se pose la question électorale se pose  en Cote d ivoire

 
Arlete Zrodou
 
Consultante en communication Politique
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !