Dans la confusion et la panique, l'AFP se mélange les pédales

Mercredi 5 Août 2015 - 12:30


Cette agence de presse attribue à Affi N'guessan : " Abidjan - A deux mois de la présidentielle en Côte d’Ivoire, les "frondeurs" du Front populaire ivoirien (FPI), le parti de Laurent Gbagbo, se sont opposés samedi à Abidjan à la candidature du président sortant Alassane Ouattara, la jugeant anticonstitutionnelle,
 

Réuni en "comité central", le FPI "oppose un refus catégorique à la candidature d’Alassane Ouattara", qui au "regard des textes de loi pose d’énormes problèmes", souligne un communiqué transmis à l’AFP.
 

Les "frondeurs" du FPI, dont certains responsables sont en prison, "considèrent l’acte de candidature d’Alassane Ouattara comme une provocation de trop (...) et une forfaiture inacceptable".
 

Le parti de l’ex-président Laurent Gbagbo "tiendrait les membres du Conseil constitutionnel actuel coupables de haute trahison et responsables devant l’Histoire de tout ce qui adviendrait dans ce pays suite à une validation manifestement anticonstitutionnelle de la candidature d’Alassane Ouattara".
 

Une ancienne ministre de M. Gbagbo avait réclamé, à la mi-juin, un report de la présidentielle, dénonçant de "mauvaises" conditions de préparation, et s’était prononcée pour une révision constitutionnelle.
 

Voté en 2000, l’article 35 de la Loi fondamentale, qui stipule qu’un candidat à la présidentielle "doit être ivoirien d’origine, né de père et de mère eux-mêmes ivoiriens d’origine", est abondamment commenté ces derniers
 

mois en Côte d’Ivoire..."
 

 
 

A l'en-tête de son article, l'AFP affiche la photo d'Affi N'guessan (Abidjan.net). En fait, prise dans le piège d'une versatilité assumée, cette agence de presse qui a manifestement démontré son arrimage au quai d'Orsay et à l'Elysée, ne sait plus comment et quoi écrire sur la crise post-électorale en Côte d'Ivoire. Comme la raison peut être partagée, l'AFP qualifie enfin Affi N'guessan de frondeur. Intéressée, elle s'est toujours refusée à faire des investigations aux fins d'exposer les faits, rien que les faits. Sa façon habile d'escamoter la vérité crée épisodiquement des césures quand une lueur de réconciliation tend à poindre à l'horizon. On peut en tirer, qu'au lieu d'informer son auditoire pour contribuer à le former, elle a pris plutôt le parti d'intoxiquer pour le déformer.
 

La réalité est que le combat d'un peuple finit toujours inéluctablement à porter. Et le moment venu, nous osons cette fois-là espérer que l'AFP se rachète, en revenant à son rôle originel. Celui d'nformer sans prendre parti.
 

Enfin, si la tendance pour l'AFP est de rectifier le tir, on peut saluer cette attitude.
 

 
 

Claude Koudou





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !