Crise Ivoirienne : Les damnés de leur terre ( Par Leslie Varenne)

CIVOX.NET
Vendredi 1 Septembre 2017 - 19:54


La guerre de 2011 en Côte d’Ivoire n’est toujours pas soldée. Outre les problèmes politiques et sécuritaires auxquels ce pays est confronté, de nombreux Ivoiriens sont encore exilés aux quatre coins du monde ; des milliers se trouvent toujours dans des camps de réfugiés au Ghana, au Togo et au Libéria. Ces enfants, ces femmes, ces hommes, oubliés de tous, tentent de survivre en attendant un éventuel retour… Après six longues années, certains ont fini par perdre l’espoir de pouvoir, un jour, rentrer chez eux et ont pris les routes dangereuses des migrants - désert nigérien, prisons libyennes et pour certains, la traversée de la Méditerranée, les plus chanceux sont arrivés en Italie. D’autres, les plus nombreux ont trouvé refuge au Maroc, en Algérie ou encore en Mauritanie. Ceux qui restent dans les camps essayent de s’organiser pour résister, améliorer, autant que faire se peut, leur condition de survie et se prémunir des vautours pour qui « réfugié » signifie aussi : « business ». Au mois d’août 2017, l’IVERIS a été à la rencontre des réfugiés ivoiriens au Ghana dans le camp d’Egyeikrom.

 

« Ils auront honte »

Cette petite phrase inscrite sur une des tentes du camp d'Egyeikrom dans lesquelles certaines familles dorment encore, depuis plus de six ans, s’adresse à beaucoup de monde ; « ILS » sont nombreux.

 

 


 

 

Le gouvernement ivoirien

En premier lieu, cette formule concerne l’Etat ivoirien qui n’a rien mis en place pour permettre aux réfugiés de rentrer chez eux. Environ 70% des 1800 personnes vivant dans ce camp sont originaires de l’Ouest ivoirien, une région de planteurs où des ressortissants des Etats voisins ont profité de la guerre pour accaparer les terres des autochtones. Le gouvernement n’a montré aucune volonté politique pour résoudre ce problème afin de permettre aux expulsés de retrouver enfin leur maison et leur travail. Mieux, depuis quelques mois, le Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR) enregistre de nouvelles demandes, quarante-cinq familles de l’Ouest sont arrivées à Egyeikrom, inquiètes de la situation sécuritaire et des soubresauts violents que pourrait connaître à nouveau la Côte d’Ivoire. Ces populations ont payé le plus lourd tribut de la guerre de 2011. Mais quelle que soit l’origine des réfugiés ou les raisons de leur présence ici, tous sont empêchés de rentrer en raison de l’insécurité qui perdure. Mamadou Bamba, un des porte-parole de l’association du camp, expose la situation : « Les réfugiés urbains qui sont connus peuvent négocier leur retour en toute sécurité avec le pouvoir d’Abidjan, certains ont été emprisonnés à leur retour mais les journaux s’inquiètent de leur sort (1). Ceux appartenant à une autre couche sociale, les anonymes, ne sont pas protégés du tout, s’ils sont tués, personne n’en fait état. Vous retournez dans votre quartier où vous êtes connu comme un supporter de Laurent Gbagbo et on vous envoie les microbes, les dozos ou les FACI (2). Un gars rentré au pays s’est fait découpé le bras à la machette par les microbes. C’est la raison pour laquelle, ici, il n’y a pas eu plus de 50 retours volontaires au pays en six ans (3). »

 

Tous les partis politiques ivoiriens confondus…

Si le sort des prisonniers politiques est une revendication à l’agenda de plusieurs partis, celui des réfugiés est totalement absent des débats, y compris pendant la campagne électorale pour l’élection présidentielle de 2015. Ces compatriotes exilés dans les camps sont les grands oubliés de la société ivoirienne.

 

 

Depuis deux ans, un programme de construction de maisons en dur a commencé, les matériaux sont fournis par le HCR, mais ce sont les habitants qui bâtissent.

 

Les ONG

Le fonctionnement d’un camp de réfugiés, géré par le HCR en collaboration avec le Ghana Refugee  Board, est assez surréaliste, toutes les activités sont sous-traitées à des ONG. Le HCR reçoit l’argent des pays donateurs et reverse les fonds à des associations afin qu’elles s’acquittent de certaines missions.

 

Caritas Ghana

Le marché de l’aide alimentaire a été attribué à Caritas Ghana. De 2011 jusqu’en septembre 2015, cette association caritative fournissait 12 kilos de riz par mois et par réfugié ainsi que de l’huile, un kilo de haricot et un morceau de savon. Mais le riz distribué par Caritas était de très mauvaise qualité et l’huile était carrément impropre à la consommation. L’ONG refourguait aux réfugiés de vieux stocks de riz invendables sur le marché et empochait la différence de prix au passage. Le camp d’Egyeikrom est réputé pour la capacité de ses résidents à dénoncer toutes les bassesses et à résister à toutes formes de pression d’où qu’elles viennent. En septembre 2011, ils ont profité d’une visite des ambassadeurs d’Australie, du Canada et de la Grande Bretagne venus s’enquérir de ce que devenaient les fonds des donateurs, pour s’insurger et montrer ce qu’ils recevaient comme nourriture. Après le passage des diplomates, les réfugiés ont pu manger le riz du Programme Alimentaire Mondial (PAM). Depuis septembre 2015, le problème ne se pose plus puisque le HCR ne fournit plus d’aide alimentaire aux réfugiés ivoiriens. Les donateurs ne contribuent plus au prétexte que la Côte d’Ivoire est désormais un pays en paix.  

 

De l’Assemblée de dieu aux adventistes du 7ème jour…

En prévision de cet arrêt de l’aide alimentaire, dès 2012, le HCR a initié des programmes de formations pour que les réfugiés se prennent en charge et s’insèrent dans la société ghanéenne. Le Haut-Commissariat a sous-traité le programme à une association religieuse, Assemblies of God Relief and Development Services (AGREDS). Ces formations en pâtisserie et informatique étaient fantomatiques et inefficaces, le programme a littéralement échoué. Le HCR a donc attribué le marché à un autre groupe : les Adventist Development and Relief Agency (ADRA). Cette nouvelle ONG s’est orientée vers l’agriculture et l’élevage. 4000 poulets ont fait leur apparition dans le camp, deux semaines plus tard, toute la volaille était morte. Pour faire des bénéfices sur les prestations, les Adventistes du 7ème jour leur avaient donné de la nourriture destinée aux cochons. Cette fois, le HCR a décidé de ne plus sous-traiter le marché, une responsable de projet est arrivée, les résidents espèrent… Certains hommes, les plus jeunes dont des étudiants qui ont été obligés d’arrêter leurs études, ont trouvé du travail sur un chantier de BTP chinois dans la ville voisine de Cape Coast…

 

L’école primaire en reconstruction

 

Le Christian Council of Ghana

L’école primaire est administrée, elle, par le Christian Concil of Ghana (CCG). De nombreux enfants vivent ici, depuis 2011 il y a eu entre 300 et 400 naissances. Lors de la construction de l’édifice, le CCG a oublié d’y intégrer des toilettes, les petits doivent donc se soulager en brousse, ce qui n’est pas sans danger.

En 2011, au vu de l’afflux de réfugiés ivoiriens - plus de 80 000 urbains et 20 000 dans les camps - le gouvernement ghanéen s’est vu dans l’obligation d’ouvrir de nouvelles structures pour les accueillir. Ils ont alors défriché la forêt pour ériger Egyeikrom avec pour conséquence une cohabitation délicate avec des serpents, des scorpions et autres bestioles. Le CCG a reçu des fonds de l’ambassade du Danemark pour prendre en charge la cantine scolaire qui devrait ouvrir à la rentrée car depuis l’arrêt de l’aide alimentaire, de nombreux enfants ne mangent plus à leur faim. Les résidents espèrent…

 

Le CFRI

Et comme si la peine des réfugiés n’était pas assez grande, comme si les dysfonctionnements du camp et les difficultés de survie n’étaient pas assez importants, comme s’ils n’étaient pas pris selon leur propre expression « comme une vache à lait » par les diverses ONG, les réfugiés doivent aussi se prémunir contre ceux qui sont sensés les aider. Jusqu’en 2015, une seule association d’aide existait, l’ARID présidée par le professeur Richard Kadjo, une personnalité unanimement appréciée. En septembre 2015, Emmanuel Léon Monnet, ancien ministre de l’énergie et des mines sous Laurent Gbagbo, exilé à Accra, créait une organisation concurrente, le Conseil Fédéral des Réfugiés Ivoiriens (CFRI) avec pour but de représenter et d’être le seul porte-parole de tous les réfugiés. Les résidents du camp d’Egyeikrom n’ont pas accepté cette tutelle imposée « on ne comprenait pas pourquoi quelqu’un qui vit dans une maison climatisée à Accra devait parler en notre nom. On ne veut pas que notre existence, nos camps, notre exil soient contrôlés, nous avons fait des élections et le représentant du CFRI a perdu. Nous sommes en train de créer notre propre structure. Il y a eu trop de problème, pas assez de transparence, nous n’avons jamais vu la couleur des fonds récoltés auprès de la diaspora. » expliquent les réfugiés avec lesquels l'IVERIS s'est entretenu. Si l’association de l’ancien ministre des mines ne s’est encore pas illustrée par son activité caritative [4], elle a en revanche contribué à semer la zizanie à l’intérieur des camps où les pro et les anti CFRI se regardent désormais en chiens de faïence. Le Ghana Refugee Board a donné raison aux résidents d’Egyeikrom en licenciant son directeur, M. Kenneth, qui avait imposé aux réfugiés la tutelle du CFRI. Il a été remplacé par un homme remarquable, M. Padi, qui palie autant qu’il le peut à tous les dysfonctionnements des camps, mais la bonne volonté du Ghana n’y suffit pas (5)…

 

Intérieur d’une tente dans laquelle une famille vit depuis plus de six ans. Sous l’effet de la chaleur, le plastique de ces tentes dégage des émanations toxiques. Les conditions de vie difficiles entrainent de nombreux problèmes de santé ; une clinique existe dans le camp, mais elle ne dispose d’aucun plateau technique ni de médicaments.

 

 

Les enfants rêvent d’un retour dans un pays devenu mythique, un pays qu’ils n’ont pas connu. Certains ne sont jamais sortis de ce camp, « ils n’ont jamais vu le goudron ».

 

Ce qui pourrait ressembler à un village africain animé avec 1800 habitants est étonnement désert, sans âme, la vie est en apnée, mise entre parenthèses. Les habitants se contentent d’essayer de survivre en rêvant au retour. Faute de moyens, un transport mortuaire coûte 450 000 francs CFA, les morts ne peuvent être ramenés au pays, ils sont enterrés anonymement dans la brousse ghanéenne.

 

 
 

[1] Les réfugiés urbains sont ceux qui ont les moyens financiers de vivre dans des maisons particulières dans les villes.

[2 Les Dozos sont des chasseurs traditionnels utilisés parfois par le pouvoir comme milice. FACI est la nouvelle appelation de l'armée ivoirienne. Microbe est le nom donné à des enfants délinquants et  qui sontutilisés parfois par leurs chefs plus agés à des fins politiques.

[3] En 2011, 2500 réfugiés vivaient dans ce camp, ils sont encore 1800 aujourd'hui.

[4] http://cfrighana.canalblog.com/ Le site Internet du CFRI ne montre plus aucune activité depuis 2015 et selon ce site seuls deux dons de 40 euros chacun ont été effectués auprès de famille de réfugiés. A travers son texte fondateur intitulé « La pensée directrice », cette association semble privilégier la morale à l’action caritative http://cfrighana.canalblog.com/pages/pensee-directrice/32507551.html .

[5] De par son histoire, le Ghana est une terre d’accueil de tous les opposants africains et de toute la misère du continent. Vingt-cinq nationalités trouvent encore refuge dans ce pays, Ivoiriens, Libyens, Centrafricains etc.  

Tags:

ghana; afrique , afrique de l'ouest; , côte d'ivoire

 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact




 

Les Filles de Saïoua au Palais de Congrès de Montreuil (France) le samedi 16 décembre 2017