Crimes Ouattara-Soro. Listes des 134 fusillés, égorgés et disparus de Toulepleu

Jeudi 8 Août 2013 - 07:34


Image d'archives : Une illustration des tueries de Duékoué impunies par le régime
Image d'archives : Une illustration des tueries de Duékoué impunies par le régime
Tandis qu’Alassane Dramane Ouattara procède à des mises en «  liberté provisoire  » en trompe-l’œil de quelques uns de ses centaines de prisonniers politiques pour tenter de redorer un blason bien terni, ses chefs de guerre et Soro Kigbafori Guillaume, auteurs des pires crimes de masse, jouissent d’une totale impunité et roulent sur l’or aux frais du contribuable ivoirien.
Voici un autre tableau sanglant de leurs carnages commis depuis le 19 septembre 2002 pour porter Alassane Dramane Ouattara au pouvoir en Côte d’Ivoire par un coup d’Etat contre le régime constitutionnellement établi du président Laurent Gbagbo. Dokpé Gaspard, 80 ans  : fusillé. Tadé Charlène, 6 mois  : tuée. Zoh Lydie, 20 ans  : égorgée et éventrée, etc.
Comme des chiens enragés, ces hommes - déserteurs des armées ivoiriennes, mercenaires burkinabés, libériens, sénégalais, maliens, sierra-léonais au nombre desquels figure Sam Bockari, le «  Pol Pot  » de Sierra-Léone - ont commis, à partir du 29 novembre 2002, un véritable carnage à Toulepleu et dans la quasi-totalité des villages du département (Bohibly, Déahi, Diahibli, Denan, Péhé, Tahibly, Poyably, Klaon, Guiélé, Séizably, Guéya, Nézo, Tiobly, etc.).
Les premières listes non exhaustives établies après enquête et publiées sous le titre «  Génocide du peuple Wè  » par le quotidien ivoirien Notre voie, le mercredi 12 mars 2003, font état de cent trente-quatre (134) civils fusillés, égorgés, torturés à mort et disparus, sans compter les centaines de blessés.
Les propos tenus par René Tadé Zakpa, vice-président du Conseil général de Toulepleu à cette époque, donnent la mesure de l’ampleur des crimes de masse commis par ce véritable  «  corps expéditionnaire multinational  » de rebelles au service de l’impérialisme international et de son laquais Alassane Dramane Ouattara  : «  Aujourd’hui, il y a plus de mille tués du côté des populations. Dans une région qui n’était pas assez peuplée. Et ce n’est qu’un bilan assez partiel. Puisque nous n’avons pas pu identifier tout le monde. Par exemple, à Séizahibly, il y a plus de cinquante morts. A Toulepleu-village, on a dénombré 60 morts. Récemment, lors de la dernière attaque de Sahibly, il y a eu 22 morts. Des villageois enlevés à Gueya, une vingtaine, ont été retrouvés morts à Tiobly. On les a parqués dans une maison et on a mis le feu à cette maison. A Nézo, une famille de 7 personnes a été décimée. A Bakpahi, 10 morts ont été enregistrés. (…) Les rebelles disent qu’on ne peut pas faire la guerre et laisser des gens sous prétexte qu’ils sont des civils.  » (Notre voie, 12 mars 2003, page 15).
Le pronunciamiento sanglant commencé le 19 septembre 2002 a été achevé le 11 avril 2011 par l’installation de Ouattara, dans le sang, à la tête de l’Etat ivoirien par l’armée française. Mais dans leurs nouveaux déguisements de Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci), les rebelles poursuivent, en toute impunité, leurs basses besognes.
Sous le titre Ouattara-Soro : 368 civils tués et 87 disparus à Duékoué et à Bangolo (20 /12/ 2002  au  26/02/2003, des listes de victimes ont été publiées par nos soins sur plusieurs sites internet, à partir du 25 juillet 2002. Le blog de Nicole Guihaumé (NICOLEG) a repris cette contribution dans le journal d’investigation et d’opinion en ligne Mediapart le même jour. Notre voie a, de nouveau, publié ces listes le 30 juillet 2013.
Ci-dessous les listes partielles des civils massacrés par les rebelles dans le département de Toulepleu entre le 29 novembre 2002 et leur publication par Notre voie, le 12 mars 2003.

Par Deuxer Céi Angela. L’œil du juste

Nota bene. Internationalistes d’Afrique et du monde, pour briser la conspiration du silence, diffusons partout ces listes des victimes de l’impérialisme et de ses valets en Côte d’Ivoire.





Listes des 134 fusillés, égorgés et disparus du département de  Toulepleu à partir du 29 novembre 2002

Département de Toulepleu

Villages de Bohibly et Bohobly
Vingt-quatre (24) tués
Vouhou Vincent. Fusillé
Djirou Fulbert. Fusillé
Mme Zahi Wahigninon. Fusillé
Mme Tchany Gueye. Fusillé
Mme Paniwehin Béatrice. Fusillée
Dokpé Gaspard, 80 ans. Fusillé
Mme Tadé Sedjou Rosalie. Fusillée
Tadé Charlène, 06 mois. Tuée
Zoh Lydie. Egorgée et éventrée
Diao Eudoxie. Fusillé
Alassane Princia, 02 ans. Tuée
Ouléon Lucie. Fusillée
Ouléon Nounan, 08 ans. Tuée
Ouléon Déglé Déglé, 05 ans. Tuée
Ouléon, 02 ans. Tuée
Zouo Pohé Cathérine. Fusillée
Djikéhou Nigninon. Fusillée
Guéhi Kouahi Siméon, 14 ans. Fusillé
Drissa Traoré. Fusillé
Ouédraogo Tchègbè. Fusillé
Arouna Vakaba. Fusillé
Mama Doumbia. Fusillée
Fatou Doumbia, 05 ans. Tuée
Tiédé Rodolphe, 3 mois. Tué
Six (06) disparus
Malick Doumbia, 02 ans. Disparu
Djikéhou Djiwloa Delphine. Disparue
Djikehou sakpa, 07 ans. Disparu
Karim Traoré, 10 ans. Disparu
 Kian Degnan Assemoa, 4 ans. Disparu
Tadé Fabienne, 08 ans. Disparu

Département de Toulepleu
Villages de Diahi, Diahibly, Denan, Péhé et Tahibly
Dix (10) tués
Blé Tiéourou Jean-Alfred, 70 ans. Fusillé
Guiro Gabriel. Fusillé
Mondé Lucien. Mort sous la torture
Zonhoulou. Fusillé
Guéï Henri, 80 ans. Fusillé
Willa Dohoulou dit Africa. Fusillé
Wion Robert. Fusillé
Zéadé Gnandé Pierre. Fusillé
Koulaté Maya. Fusillé
Mme Kaléazé (une vieille). Morte sous la torture

Département de Toulepleu
Village de Bakoubly
Cinq (05) tués
Djéka André. Fusillé
Gouin Péhé Henri. Fusillé
Sahou Bato Gilbert. Fusillé
Pasteur Monhon Jérémie. Fusillé
Mme Gola, 87 ans. Fusillée

Département de Toulepleu
Village de Poyably
Sept (07) tués
Kwin Honoré. Mort sous la torture
Tia Tchapé Roberson. Fusillé
Mme Guiro. Fusillée
Veuve Manhan. Fusillée
Kpéhé Kuité Lucien. Egorgé
Enfant Toboty. Tué
Nanwlihi. Egorgé

Département de Toulepleu
Village de Klaon
Six (06) tués
Doho Bernard. Fusillé
Péhou Zéadé. Mort sous la torture
Tégnon Rigobert. Fusillé
Diallo Abdoulaye. Fusillé
Diallo Kéita. Fusillé
Diallo Alpha. Fusillé

Département de Toulepleu
Village de Guiélé
Vingt-deux (22) tués
Tola Gaston. Fusillé
Bahibo Emmanuel. Fusillé
Paha Mathurin. Fusillé
Kpoh Marie. Fusillée
Nigninon Colette épouse Paha. Fusillée
Koula Ninignon Solange. Fusillée
Enfant Koula (un bébé). Tué
Doh Henriette Gbognan. Fusillée
Soumaho Nigninon Antoinette. Fusillée
Ouloto Péhé. Fusillé
Moniéhi Odile. Fusillée
Kahou Suzanne. Fusillée
Glégninon (épouse Paha). Fusillée
Tohonigninon. Fusillé
Sahan (épouse Paha). Fusillée
Poyé Suzanne. Fusillée
Mme Dohou née Kouwégninon. Fusillée
Toulaud Mondjou Suzanne. Fusillée
Péhé Doho Thérèse. Fusillée
Poko Gnomblérou Benjamen. Fusillé
Poko Lucie. Fusillée
Poko Monhon Gabriel. Fusillé

Département de Toulepleu
Toulepleu-village
Trente (30) tués
Poko Ouahon Zéan. Fusillé
Enfant Monhon Dékantou. Tué
Enfant Zéan. Tué
Djoh Gnonsian André. Fusillé
Tohinté Laurent. Fusillé
Mamadou René. Fusillé
Kousségninon Thérèse. Fusillée
Kouigninon. Mort sous la torture
Djégninon. Fusillé.
Wodjiro Koui. Fusillé
Djodé Néhégninin Bernard. Fusillé
Némohi. Fusillé
Tiérou Djéhi. Fusillé
Mme Tiégnon née Kémoangnan. Fusillée
Koula Ouléon. Fusillé
Troh Djiro Jérémie, 83 ans. Fusillé
Balou Guéi Emile. Fusillé
Ouhoguiro Mariette. Fusillée
Kémongnan Madeleine. Fusillée
Ténin Ambroise. Fusillé
Kah Mathias. Mort sous la torture
Tagninon. Fusillé
Tchéoulou Suzanne. Fusillée
Djiwé. Fusillé
Téhé Doho. Fusillé
Sakogninon, 76. Egorgé
Oulobo Kpéhé. Fusillé
Téhé Emmanuel. Egorgé
Sahi Benoît. Fusillé
Ouléon Joséphine. Fusillée

Département de Toulepleu
Village de Séizably
Cinq (05) tués
Zréhé. Fusillé
Poyé Jeanne. Morte sous la torture
Né Guilahou. Fusillé
Guéi Monhéssia Cécile. Fusillée
Kadjowé. Fusillé
Dix-neuf (19) disparus
Enfant Kadjowé. Disparu
Tougninon Cathérine. Disparue
Guéi Panigninon. Disparue
Bola Eric. Disparu
Bola Stéphanie. Disparue
Téhi Henri. Disparu
Téhi Henriette. Disparue
Téhi Mondju. Disparu
Téhi Prisca. Disparue
Téhi Abel. Disparu
Sanié Kevin. Disparu
Kousségninon Jeanette. Disparue
Oulibly Agnès. Disparue
Kouamandé B. Donatien. Disparu
Kouamandé O.Bérénice. Disparue
Kouamandé B. Wilfried. Disparu
Kouamandé Pouégnan C. Disparu
Djikégba Fidèle. Disparu
Jeannette (épouse G. Paul). Disparue
………………………………………………………
Par Deuxer Céi Angela. L’œil du juste
Nota bene. Internationalistes d’Afrique et du monde, pour briser la conspiration du silence, diffusons partout ces listes des victimes de l’impérialisme et de ses valets en Côte d’Ivoire.







Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !