Cour pénale internationale/ Y a-t-il raison d’espérer la libération de Gbagbo?

Mercredi 11 Juillet 2012 - 06:14


Cour pénale internationale/ Y a-t-il raison d’espérer la libération de Gbagbo?
Il existe une sacralité des preuves en matière de procès pénal. La Cour pénale internationale vient encore de le confirmer. Une confirmation exprimée à travers le rejet par cette Cour de toutes les accusations superficielles de son ex-Procureur Ocampo contre Thomas Lubanga Dyilo. Elle les a rejetées, faute de preuves. Ces accusations superficielles concernent les cas de viols et d’esclavage sexuel mentionnés dans la requête du Procureur. La Chambre de première instance de la Cour pénale internationale (CPI), composée des juges Adrian Fulford, Elizabeth Odio Benito et René Blattmann, n’a donc retenu contre Thomas Lubanga Dyilo que des charges moins lourdes que celles de l‘Accusation. Le 14 mars 2012, Thomas Lubanga Dyilo avait été déclaré coupable de crimes de guerre. Ces crimes « consistant à avoir procédé à la conscription et à l’enrôlement d’enfants de moins de 15 ans et à les avoir fait participer activement à des hostilités du 1er septembre 2002 au 13 août 2003 en Ituri (République démocratique du Congo). », précise le communiqué de presse référencé ICC-CPI-20120710-PR824 de la CPI du 10 juillet 2012. Cette culpabilité a valu au prévenu une condamnation de 14 ans de prison. Une peine qui aurait été plus lourde si les juges Adrian Fulford et René Blattmann, avaient retenu les accusations farfelues d’Occampo. Leur décision, n’a cependant pas eu l’approbation de leur collègue Elizabeth Odio Benito.
Le cas Thomas Lubanga Dyilo montre bien que le procureur Ocampo est capable de tous les mensonges et de toutes les incongruités pour faire condamner les personnes qu’il accuse, pourvu que les juges se laissent entraîner dans son jeu. Mais ces juges viennent encore de montrer qu’ils font preuve de vigilance et de rigueur dans l’exercice de leur profession, et qu’ils ne peuvent suivre le procureur dans ses fourvoiements. Le cas de Thomas Lubanga pourraient interpeller les juges de la Chambre préliminaire III, en charge du dossier Gbagbo à ce stade de la procédure, sur la nécessité de doubler de vigilance dans l’examen des éléments de preuves apportés par l’ex-Procureur.
Le cas de Thomas Lubanga Dyilo laisse espérer que Gbagbo pourra sortir libre de la CPI à l’issue son audience de confirmation ou d’infirmation des charges. Cette chance sera réelle par la capacité qu’aura son avocat, Maître Emmanuel Altit, de déconstruire et de réfuter toutes les« preuves » du Procureur composées de 9060 pages et 409 vidéos. Ce travail de déconstruction et de réfutation pourra conduire les juges à déclarer l’insuffisance ou même l’inexistence des charges contre Gbagbo, toute chose qui aura pour conséquence la déclaration d’un non-lieu et sa libération.
S’il y a possibilité que Gbagbo soit libéré conformément au droit et aux exigences de justice, il demeure toutefois des craintes que les juges de la CPI soient instrumentalisés pour servir les intérêts impérialistes de la Communauté internationale. Car Gbagbo, bien sûr, n’est pas Thomas Lubanga, qui fut le président national de l‘Union des Patriotes Congolais (UPC). Du pouvoir, Gbagbo a été chassé par une guerre menée par « la communauté internationale », qui a débouché sur le coup d‘Etat du 11 avril 2011. La « Communauté Internationale » voudra-t-elle sa liberté, sachant qu’elle lui laisse possibilité de son retour, un jour, aux affaires? En cas de pression de cette « communauté internationale » sur les juges de la CPI, pourront-ils résister et faire preuve de courage, de liberté et d’indépendance? L’avenir nous instruira sur la question…
En attendant, les partisans de Gbagbo, notamment les gbagbophiles et les gbogboïsants, ainsi que plusieurs patriotes ivoiriens et panafricanistes s’activent pour se rendre à nouveau à La Haye le 13 août prochain. Ils y seront pour lui apporter leur soutien et exiger sa libération.
 
ZEKA TOGUI




Résistance patriotique | Pensées politiques | Droit/Justice | Historique





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !