Cour pénale internationale : Rencontre cruciale Gbagbo-Miaka

Sylvain Miaka Ouretto s’est envolé, dans la soirée du vendredi 14 juin 2013, pour Paris d’où il devrait rejoindre La Haye (Pays-Bas). Une rencontre avec l’ancien Chef d’Etat Laurent Gbagbo en détention au centre pénitentiaire de Scheveningen est prévue à l’agenda du président intérimaire du Front populaire ivoirien.

Lundi 17 Juin 2013 - 07:49


Cour pénale internationale : Rencontre cruciale Gbagbo-Miaka

Miaka Ouretto n’est pas allé accompagné mais « seul », nous a signifié un membre de la direction du Fpi, précisant que tout est « coordonné » depuis Paris. Ce début de semaine, l’ancien président du Conseil général de Soubré devrait être reçu par un Laurent Gbagbo qu’il a rencontré- à deux reprises, au moins- depuis son transfèrement à la Cour pénale internationale (Cpi). Quoique les langues peinent à se délier au Front populaire ivoirien (Fpi), le contexte de cette nouvelle entrevue renseigne éloquemment sur les possibles mobiles de la rencontre.

Le lundi 3 juin dernier, les juges de la Chambre préliminaire 1 ont ajourné l’audience de confirmation des charges et demandé au procureur d’apporter des éléments de preuve complémentaires à ses accusations contre Laurent Gbagbo ou d’enquêter à nouveau, tout simplement. Adversaires de l’ancien chef d’Etat ont, tantôt, salué l’indépendance de la Cour, tantôt, blâmé les juges de ne pas avoir confirmé, tout de suite, les charges de crimes contre l’humanité qui visent le suspect. Les soutiens de Laurent Gbagbo, pour leur part, ont cru déceler une victoire de la Défense sur l’Accusation et, par-dessus tout, une preuve que l’ancien chef d’Etat serait injustement détenu à la Cpi. Avec Miaka Ouretto, Laurent Gbagbo devrait évoquer son avenir immédiat- une demande de mise en liberté provisoire n’est pas exclue par son avocat français, Emmanuel Altit qui a affirmé à Jeune Afrique que rien ne justifiait le maintien en détention de son client- et la politique intérieure à la Côte d’Ivoire. Il est un secret de polichinelle que l’ancien président suit, depuis la prison de Scheveningen, l’actualité liée à son pays.

La reprise du dialogue pouvoir-Fpi a été récemment annoncée et il n’est pas exclu que Laurent Gbagbo partage sa vision des choses au président par intérim du Fpi. Miaka Ouretto, dans une interview parue début janvier chez le confrère Notre Voie, avait estimé le président Alassane Ouattara à même de faire libérer « son frère » d’ancien chef d’Etat : « … c’est (lui) qui a écrit aux responsables de la Cpi pour leur livrer le président Laurent Gbagbo. Et tout le monde sait comment il a été transféré. Le même chef d’Etat peut écrire pour demander, au nom de la réconciliation, que son frère lui soit ramené. Il peut le faire ». Les sujets de discussion entre Laurent Gbagbo et Miaka Ouretto ne manquent assurément pas.

 

Kisselminan COULIBALY

Source: Soir Info

 





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !