Côte d’ivoire-Mali : le salaire de l’ingratitude

Jeudi 17 Janvier 2013 - 01:00


Dramane Ouattara et son homologue malien
Dramane Ouattara et son homologue malien
Il n’est jamais bon d’agresser la main qui donne. Une telle attitude est souvent  l’expression d’une faille psychique qui finit par se révéler. Ce qui se passe actuellement au Mali est explicite à cet égard. Depuis pratiquement la mort d’Houphouët, ce pays n’a fait que poser des actes nocifs à l’égard de la Côte, un pays qui abrite près de 4 millions de ses ressortissants sur son sol, lui évitant en franche fraternité, les petites disettes sahéliennes. Comme le Burkina, ce pays s’est donné comme axe de réflexion et d’action, la participation à l’agression-occupation de la Côte d’Ivoire en y déversant dozos et autres analphabètes. Pour narguer les ivoiriens qui déjà protestaient contre l’instrumentalisation des dozos, l’ex-président Alpha Konaré avait organisé une cérémonie pour les magnifier. Tous les hommes politiques de ce pays ont semble-t-il en commun une haine-jalousie à l’égard de notre patrie.  Avant, pendant et après le 11 avril, ils étaient heureux de la boucherie de l’armée française sur la lagune Ebrié. Dans nos rencontres à l’extérieur, nous avons vu très peu de maliens progressistes condamner l’agressivité française sur notre sol. Aminata Traoré est l’exception qui ne peut malheureusement faire oublier l’ingratitude de ce pays « frère ». Mali, Burkina, Sénégal et Guinée,  voici les pays dont les patriotes ivoiriens devront définitivement se méfier. La France a toujours eu besoin de leur concours pour assujettir l’indomptable Sud de la Côte d’ivoire. Des faits historiques l’attestent. Il n’est donc pas étonnant que cette même France vienne au secours de ses larbins sahéliens. Secours qu’elle a en toute logique refusé au sudiste Gbagbo en 2002 : on ne peut en toute régularité faire la passe à son adversaire. Or le Sud est l’adversaire voire l’ennemi séculaire de l’indigente France dont la survie économique, ne peut se passer des pays comme les nôtres. Quand elle participe grossièrement à la prise de pouvoir de Dramane, elle est toujours dans sa logique évoquée. Aussi, sommes-nous franchement curieux relativement à ce qui a cours au Mali. Nous souhaitons que la déstabilisation s’accentue pour que ces ingrats comprennent définitivement qu’on ne peut tuer ou participer au meurtre de son « frère » et chercher la quiétude psychique et physique. Votre idiotie vous a mis hors du débat de l’émancipation effective de l’Afrique pour laquelle nous œuvrions, il est temps de récolter les fruits de l’imbécilité. Les islamistes font exactement ce que vous avez fait ou souhaitiez silencieusement faire aux ivoiriens sous l’aile et la dictée de la France. Vous avez soutenu Dramane parce qu’il était sahélien comme vous, et surtout parce qu’il était musulman. Vos concitoyens du nord vous invitent à célébrer et sabrer dans le sable l’inconséquence. Nous vous souhaitons bonne fête et préparons en toute conscience votre expulsion massive de la nouvelle Côte d’ivoire. Comme instrument de la France, nous avons l’impérieux devoir de vous éloigner de notre espace, il y va de notre sécurité. Nous serons intransigeants et combattrons ceux des nôtres qui, au nom d’une fraternité africaine aux contours flous, tenterons de vous intégrer dans notre espace national. Trop de morts nous séparent désormais, et nous sommes convaincus que vous en êtes suffisamment conscients pour attendre de nous autre chose que l’indifférence. Comme les burkinabés, vous êtes au cœur du génocide de Duekoué et Nahibly. Alors fuyez la Côte d’ivoire. Et pour ce qui vous arrive, ne comptez pas sur nous pour hurler avec les loups que vous servez docilement. Vous êtes dans la symphonie de l’imbécilité depuis belle lurette, alors dansez maintenant. Sachez seulement que vous êtes au cœur d’une déstabilisation qui fondamentalement sera ruineuse pour vous. La France comme d’habitude, mettra en péril vos vies pour atteindre son ennemi séculaire qu’est l’Algerie, et qu’elle vise à travers l’occupation et la militarisation hystérique de votre pays. Vous avez participé à faire le lit de la chienlit en Afrique de l’ouest, alors, en « braves guerriers » man-dingues, affrontez les dingues en face : il y a symbiose. « A la » guerre comme « à la » guerre, « Allah » fera le tri indiqué. Et une fois l’ivraie neutralisée et les mentalités assainies, la proximité avec les dignes fils d’Afrique pourra peut-être se faire.

Dr Oyissé, Suisse




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !