Côte d'Ivoiure: Pourquoi les exilés ne peuvent rentrer.

Vendredi 20 Décembre 2013 - 07:38


Image d'archives: un groupe de refugiés ivoiriens au Togo
Image d'archives: un groupe de refugiés ivoiriens au Togo
Depuis quelques temps, Alassane Ouattara multiplie les offensives visant à convaincre les exilés politiques et les réfugiés à rentrer en Côte d’ivoire. Que cache cette frénésie du régime  ?
                                                                                                                                                                                                                                             
La crise postélectorale qui a vu la France et l’Onu, aidés de certains états africains, avec la complicité des autres grandes puissances occidentales, faire la guerre au peuple de Côte d’Ivoire pour installer à le tête de ce pays Alassane Ouattara le 11avril 2011 aura fait bien plus que les 3000 morts brandis par les observateurs. Des charniers continuent d’être fréquemment découverts à travers le territoire national, prouvant ainsi que ce chiffre avancé par    certains observateurs est bien en deçà de la réalité. Un véritable massacre a été perpétré en Côte d’Ivoire. Et c’est ce qui a occasionné, la fuite vers des cieux plus cléments, de milliers d’Ivoiriens. Si la majeure partie de ces exilés se retrouve auLiberia et au  Ghana, il en existe un grand nombre disséminés à travers le continent: Togo, Bénin, Niger, Afrique du Sud, Maroc,  Algérie pour les principales autres destinations. L’occident accueille aussi un nombre assez important de cadres qui ont fui la «  justice  » du régime extrêmement agressif d’Abidjan. Bien sûr, il fallait s’attendre à une telle férocité de ceux qui hier encore étaient rebelles armés face au pouvoir de Laurent Gbagbo démocratiquement élu en 2000. Au grand dam d’un système impérialiste mondial qui n’a pas hésité à entretenir cette rébellion parce qu’il voyait d’un mauvais œil l’avènement à la magistrature suprême d’un Laurent Gbagbo connu pour ses prises de position nationalistes. Même s’il n’envisageait pas de façon ostentatoire couper le cordon ombilical qui liait son pays à l’ex-métropole et ses alliés, il n’en envisageait pas moins progressivement remettre en cause certains acquis traditionnels impérialistes qui paraissaient comme autant de pesanteurs au développement véritable de son pays. Du moins fallait-il, en était-il convaincu, mettre sur la table, le débat. 


DES MILLIERS DE RÉFUGIES


Résultat des courses, des milliers d’Ivoiriens partis grossir les cimetières, le nombre de prisonniers et la diaspora. Plus particulièrement à partir de l’ouest du pays, durement éprouvé par une répression dont la bestialité s’expliquait aisément, du fait de la richesse agricole de la région. Le cœur de la production de café, de cacao, de bois, d’hévéa et autres cultures d’exportations était ainsi frappé de plein fouet, provoquant un exode massif de populations. Rien qu’au Liberia, même si l’on en dénombre au Ghana et au Togo, l’on décompte  officiellement  plus de 58 mille réfugiés issus de cette région. Ce qu’on ne dit pas à l’opinion, c’est que dans l’autre sens, il a été organisé par les agresseurs, de longs convois d’occupation à partir du Burkina Faso et du Mali, des terres cultivables et aurifères de cette population. Des centaines de réfugiés ayant ainsi échappé au massacre de Nahibly, ont ainsi été accueillis au camp d’Egiyekrom à Elmina au Ghana. Au Ghana, ce sont trois grands camps de réfugiés qui accueillent les exilés  : Ampain qui compte officiellement près de 4000 (3673) personnes, Egiyekrom 1700 et Faetenta 1545. Qui accueillent en majorité des populations de l’ouest de la Côte d’Ivoire. On le voit, ces chiffres ne prennent guère en compte les réfugiés urbains. C'est-à-dire, ceux qui ne sont pas dans des camps et qui se sont eux-mêmes pris en charge dans différentes villes du pays que l’on évalue à environ à 9000 (neuf mille) âmes. Du moins, pour ceux qui ont bien voulu sortir de l’anonymat pour se faire identifier par le bureau des réfugiés du Ghana (The    Ghana  refugie board). En réalité, les récentes déclarations de Ouattara ressemblent plus à des déclarations politiques qu’à autre chose. Il a besoin de s’octroyer un peu de sérénité et de canaliser l’énergie d’une opposition à qui il n’arrive plus à faire peur en lui proposant de rentrer au gouvernement. Il a besoin de se rassurer lui-même en faisant en sorte que les exilés rentrent parce qu’il est convaincu qu’ils représentent pour son régime une quelconque menace. Il n’a en vérité, aucune intention de prôner la démocratie et la paix. Il a besoin de se rassurer et de rassurer ses mandants à l’extérieur. D’ailleurs, pendant que lui demande aux exilés de rentrer, son ministre Ahoussou    Kouadio Jeannot, lui, conditionne ce retour à l’entrée au gouvernement du Fpi. Un hiatus au sommet qui démontre bien du peu de sincérité de ces gens qui ont toujours pris des libertés avec la vérité.


POURQUOI DEMEURENT-ILS EN EXIL MALGRE LES APPELS DU POUVOIR
 
Au plan général


Depuis bientôt 3 ans, aucune mission officielle du gouvernement ivoirien n’a rencontré les ivoiriens en exil organisés en coordination et en association pour parler de la question du retour.    Cela veut dire qu’au delà du discours actuel de campagne    de Ouattara et de celui convenu avec ses mandants internationaux,    Ouattara n’est pas disposé à voir les ivoiriens en exil de retour. Les seules actions qui ont été menées, l’ont été auprès des autorités des pays d’accueil pour leur demander d’extrader un certain nombre d’entre eux, sur qui ont été émis des mandats d’arrêt.


Les populations de l’Ouest


Dans les camps de réfugiés, le Haut commissariat pour les réfugiés (HCR) organise périodiquement des départs volontaires et se charge de rapatrier les exilés désirant retourner au pays. Cette opération, il faut le dire, a très peu de succès. On l’a vu, il y a quelques mois au Libéria, Alassane Ouattara était lui-même allé demander aux réfugiés de rentrer. Les échos lui en ont été très défavorables. Les camps de réfugiés, il faut le dire, comptent à plus de 80%, des originaires de cette région géographique de la Côte d’Ivoire. Ce n’est guère par mimétisme ou par calcul politicien que tous ces gens se sont retrouvés dans ces camps. Il existe un sérieux problème à l’Ouest. Les autochtones ont été privés de leurs terres par des envahisseurs armés venus du Burkina Faso et du Mali, qui n’ont pas hésité à les massacrer pour s’en approprier. Le problème demeure. Les forêts sont toujours sous occupation et rien n’est fait pour que cette population privée de ses terres ne rentre en possession de ses biens. Comment rentrer dans ces conditions  ? Pour faire quoi et vivre de quoi  ? Le pouvoir Ouattara a-t-il mis fin à cette politique immonde de peuplement par les ressortissants burkinabé et maliens pour la plupart  ?


Les réfugiés urbains


Si l’on assiste à quelques rares velléités de retour, d’ailleurs hyper-médiatisées par le régime Ouattara, la majeure partie des exilés se sentent peu rassurés par les propos de l’homme fort d’Abidjan. Il est bien évident que le maître mot de la trame du retour, soit la sécurité. Quelles sont les garanties formelles que le pouvoir offre aux exilés pour leur retour au pays  ? Les assassinats suite à des dénonciations sont encore monnaie courante dans les quartiers. Il est  dès lors clair que dans une telle perspective, une simple déclaration politicienne ne saurait être rassurante. Ce n’est guère sur une déclaration ou un appel de Ouattara que les exilés ont quitté leur pays, c’est suite à des actions clairement identifiées qui sont  : meurtres, emprisonnements, persécutions, viols, brimades, asphyxie financière, et j’en passe. Ce n’est donc guère par une quelconque déclaration une hypothétique profession de foi de Ouattara que les exilés rentreront. Ils rentreront à partir d’actes concrets qui leur feront dire que ce pouvoir est décidé à aller   à la normalité. C’est simple, de quoi ont bénéficié ceux d’entre les exilés qui se sont résolus à rentrer  ? Pratiquement tous continuent de voir leurs avoirs bancaires gelés. Ils n’ont guère recommencé à exercer leur profession et sont contraints à une quasi clandestinité. C’est vrai, il y a une sorte de détermination du parti de Laurent Gbagbo à remuer le cocotier en bravant toutes les pesanteurs, mais la réalité n’en demeure pas moins palpable. Tous les cadres de l’ex-parti au pouvoir sont privés de leurs avoirs. Leurs domiciles ont été pillés et occupés et ils ne bénéficient d’aucun appui de l’Etat. Ils vivotent, malgré les apparences. Comment renouer avec la normalité dans ces conditions  ? Quotidiennement, ce sont des actes de perquisitions à n’en plus finir chez des citoyens anonymes, des enlèvements ou des meurtres impunis, comme celui de ce jeune journaliste, Desiré Oué assassiné à son domicile devant son épouse et ses enfants, juste parce qu’il aurait été taxé de pro-gbagbo. Il est accusé ,selon le refrain,d’être un milicien à cause de     son activisme pendant la campagne electorale dans le quartier d’Angré pour le compte de Gbagbo. A ce jour, aucune enquête n’a eté ouverte pour cet assassinat crapuleux. Comment peut-on demander aux journalistes de rentrer dans ces conditions  ?  Le journaliste Pol dokui , à l’humour caustique a lancé ceci à la délégation de l’Unjci  :  «  …Vous me demandez de rentrer …mais quel est l’avis de koné Zakaria le chef des dozos  ?  »
 Mais, supposons un seul instant que les réfugiés décident de rentrer. Quid des milliers de jeunes ex-combattants rebelles et des Chasseurs traditionnels (Dozos )en armes qui pullulent dans nos cités et qui sont autant d’éléments incontrôlables qui donnent du fil à retordre aux services officiels qui les regardent agir, impuissants  ? Pour l’exemple, il y a    Yobouet Sebime    Lewis  ce jeune réfugié qui a décidé de rentrer, qui est arrivé au pays et qui s’est retiré dans son village  Lopou  dans la région de Dabou. Le lendemain, il a reçu la visite d’hommes en armes qui l’ont exécuté et qui ont disparu dans la nature. Mais encore, il y a le problème des mandats d’arrêt lancés à l’encontre de nombre de personnes qui sont toujours en vigueur. Tous n’ayant même pas été rendus public.De sorte qu’une véritable épée de Damoclès pend sur la tête  de tous.    Quel acte a-t-il été posés pour lever officiellement ces mandats d’ arrêt pour envisager le retour sécurisé des    exilés  ?

  Les ex-FDS en exil


A ce jour, près de 750 prisonniers politiques sont maintenus dans les prisons et à la DST, torturés et pour la plupart, n’ont jamais vu un seul juge d’instruction. Pour la plupart, des militaires taxés d’être pro-Gbagbo. Comment peut-on demander aux militaires de rentrer alors qu’ils comptent encore beaucoup des leurs en prison  ? Pourquoi ne pas commencer par libérer ceux qui sont embastillés pour donner des gages de bonne foi  ? Au contraire la répression aveugle se fait plus persistante. Il y a quelques jours, après l’attaque du commissariat du 16e  arrondissement de Yopougon, une expédition punitive s’est abattue sur les habitants de cette commune.  La  presse  nationale rapporte des cas d’enlèvements et de tortures à la suite de cet évènement. Et c’est la population, comme toujours qui en fait les frais. Des actes de cette nature sont quotidiens en Côte d’Ivoire. Il suffit de jeter un coup d’œil sur les rapports des organisations internationales des Droits de l’Homme qui ont enfin décidé d’arrêter la politique de l’autruche et de mettre les pieds dans le plat. La Côte d’Ivoire occupe un rang peu honorable (c’est une litote) dans le classement des pays où l’on peu parler de Droits de l’Homme. Le régime d’Abidjan, selon un rapport des nations unies, n’hésite même pas à tenter d’éliminer des opposants en exil.


Quelle sorte de garantie peut donc offrir un tel régime à sa population  ? Pour les réfugiés et exilés de toute nature, les choses sont claires  : “Un refugié n’ a pas vocation à demeurer éternellement en exil mais nous attendons de Ouattara des actions concrètes, pas des déclarations. Ses actes nous ont fait partir du pays, il doit nous en faire revenir par des actes“.
En définitive et pour faire court, la libération des prisonniers avec a leur tête Laurent Gbagbo, la rétrocession des terres des populations de l’ouest, l’annulation formelle des mandats d’arrêts, le dégel des avoirs, la libération des logements pillés et encore occupés illégalement, paraissent les gestes élémentaires qui peuvent rassurer les exilés pour    envisager un retour quelque peu sécurisé. Les déclarations politiciennes seules ou les déclarations de bonne intention sont loin de convaincre.
 
ISIDORE S. ALLAH

Journaliste en exil
Ex-membre du service de communication du président Gbagbo




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !