Côte d'Ivoire, le silence ambigu

Jeudi 4 Juin 2015 - 08:31


L’absence ou la quasi-rareté des mouvements de protestations populaires (marches, sit-in, grèves, boycottes…), depuis l’avènement d’Alassane Ouattara, est-il le signe que la Côte d’Ivoire est résolument tournée vers la prospérité, la paix et la réconciliation et que désormais, les ivoiriens n’ont plus de soucis à se faire ?

Certes les publicitaires du régime d’Abidjan vous diront que tous les voyants sont  tous au vert en Côte d’Ivoire ; ils vous parleront de croissance à deux chiffres ; vous énuméreront les chantiers inaugurés ça et là par leur mentor ; de son rêve fou de réconcilier les ivoiriens rien qu’en noyant la rancœur nationale dans une pluie de milliards et enfin… nulle ne sait par quelle magie, de rendre ce pays émergent, du stade où il se trouve, en seulement quelques cinq petites années.
Mais les faits constatés dans la gestion pratique et quotidienne des affaires de l’Etat nous ramènent à une tout autre réalité. Ce ne sont pas les méthodes dictatoriales qui manquent dans ce pays. Citons pêle-mêle : les arrestations arbitraires d’opposants politiques ou de simples citoyens, les enlèvements, les séquestrations, les prisonniers politiques détenus depuis plusieurs années sans jugement, la justice à double vitesse dans laquelle les bourreaux se moquent éperdument de leurs victimes, la destruction des bidonvilles et des petits commerces sans mesures d’accompagnement, l’expropriation des terres dans l’ouest du pays, des milliers d’exilés forcés à rester hors du pays, le rattrapage ethnique ou la nouvelle forme de népotisme au sommet de l’Etat, les petits complots contre les partis d’opposition… Ce ne sont pas non plus les mesures impopulaires qui font défaut : l’augmentation drastique du prix de l’électricité, les suspensions ou les ponctions sur les salaires des fonctionnaires, la promotion de la médiocrité et de la mauvaise gouvernance, des concours aux résultats à forte consonance nordique…

Comme chacun d’entre nous peut le constater, ce ne sont donc pas les raisons de s’indigner, de s’insurger ou de crier son ras-le-bol en manifestant à grand bruit sur la place publique qui manquent. La Côte d’ivoire est donc loin d’être un havre de paix pour les ivoiriens. Pourtant ces derniers semblent garder le silence face à toutes ces dérives et pratiques moyenâgeuses dont se rend coupable le pouvoir en place. Mais pourquoi donc ?

Certains pensent qu’il s’agit d’une  sorte de résignation. Pour les défenseurs de cette thèse, les ivoiriens, tellement traumatisés par les affres et les horreurs de la récente crise post-électorale, préféreraient aujourd’hui subir plutôt que réagir, de peur de devoir revivre nouvelle crise. Dans cette logique, Alassane Ouattara et consorts peuvent se permettre toutes les déviations sans crainte de se voir contredits ou livrés à la vindicte populaire. Le seul écho favorable aux errements du régime d’Abidjan serait donc le silence des ivoiriens.

Pour d’autres, ce silence serait la réaction normale d’un peuple face à une dictature qui ne dit pas son nom. Vu sous cet angle, l’absence remarquée de mouvements d’indignations populaires - auxquels nous étions d’ailleurs habitués sous le régime précédent – est le résultat des actions d’un régime qui s’échine à interdire, à réprimer et à confisquer toute forme de liberté d’expression, qu’elle soit individuelle ou collective.

Même si ces deux thèses recèlent chacune une part de vérité, force est de reconnaître que le silence troublant des ivoiriens n’est pas celui que l’on semble croire. Non, les ivoiriens ne sont pas silencieux à ce point. Un proverbe ivoirien dit : si tu marches sur l’escargot, bien qu’il n’ait pas la force de se défendre, il te lancera néanmoins son « tchrrrr !!! » habituel, synonyme de grave injure dans nombreuses de nos sociétés traditionnelles. Qui n’a jamais entendu, au détour d’une causerie, dans un bus, au bureau, dans un taxi, une gare, une école, un marché, dans nos salons… des ivoiriens se plaindre haut et fort du triste sort qui est devenu le leur sous la gouvernance d’Alassane Ouattara ? Certes l’on pourrait s’attendre à des manifestations d’envergure, de la part de ces ivoiriens, non seulement pour clamer leur désarroi, mais aussi pour exprimer leur désir de se libérer de cette souffrance collective. Mais ils n’en font - pour le moment - rien. Cela ne signifie pas pour autant qu’ils soient résignés ou qu’ils aient peur d’une quelconque dictature émergente.

A notre sens, le plus important ici, ce n’est pas de savoir pourquoi, mais ce que signifie ce supposé silence. Qu’est ce qu’il signifie en réalité ? Telle devrait être la question à poser dans une Côte d’Ivoire qui n’est certes plus que l’ombre d’elle même.
Le silence peut avoir plusieurs significations. Dans le cas de la Côte d’Ivoire, ce n’est ni plus ni moins qu’un silence avant une tempête, un silence avant une grande bataille. C’est surtout l’image du guerrier qui, la veille d’une bataille se recueille dans le silence pour méditer patiemment sur sa mission. Car si l’instinct de survie l’avait contraint – un moment donné – à garder le silence face au danger qui le menaçait, il est inconcevable qu’il continue de garder cette posture au point d’en devenir l’esclave. La meilleure solution, n’est-il pas – pour lui - de chercher à vaincre ce danger plutôt qu’à continuer à vivre sous sa menace ? Le peuple burkinabé a enseigné au monde entier qu’après 27 ans de silence, il avait suffisamment acquis de forces pour se lancer dans la bataille et vaincre une dictature sanguinaire qu’il ne tolérait plus.

Le danger pour les ivoiriens, c’est que ceux à qui semble profiter ce silence ambigu, on fait de la Côte d’Ivoire le butin de guerre des puissances coloniales ; ces gens ont boycotté et fait échouer le processus de réconciliation si vital pour ce pays. Aujourd’hui, ces mêmes personnes, ne cachent pas leur désir de s’accaparer le pouvoir, même si pour cela, ils envisagent de piétiner la constitution de l’Etat de Côte d’Ivoire, pour finalement opérer un passage en force. Sans modestie aucune et sans se soucier de l’avis du peuple, ils crient déjà haut fort qu’ils remporteront les élections de 2015. La vérité, c’est que ces gens, s’ils réussissent malgré tout à se maintenir au pouvoir, ils ne feront que perpétuer la souffrance et l’angoisse des ivoiriens dont ils ne se soucient que très peu. Voilà le danger et voilà le véritable sens du silence des ivoiriens sur lequel beaucoup se méprennent souvent. Non, les ivoiriens n’ont pas choisi l’abdication, bien au contraire. Ils ménagent leurs forces avant la bataille, la grande bataille contre le terrible danger qui continue de les narguer.


Marc Micael

marcmicael@gmail.com
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !