Côte d'Ivoire, ce beau pays rendu ingouvernable par Alassane Dramane Ouattara. Quand le chef mutin est emprisonné par son propre engrenage, que disent les ONG des droits de l'homme et les censeurs de la démocratie ? Par Claude Koudou

CIVOX.NET
Vendredi 26 Mai 2017 - 15:56


 

" Je frapperai ce pouvoir moribond et il tombera." Monsieur Ouattara parlait ainsi du pouvoir de Henri Konan Bédié. "Je rendrai ce pays ingouvernable ; on ne veut pas que je sois candidat parce que je suis musulman ; nous n'attendrons pas cinq ans ;..." C'est là le rappel de quelques uns des propos tenus par Alassane Dramane Ouattara depuis plusieurs années. Ayant des problèmes avec le respect des lois, Alassane Dramane Ouattara ne voulait déjà pas respecter la Constitution du pays dès le décès du premier président de la République de la Côte d'Ivoire, le président Félix Houphouët-Boigny.

 

Nous avons aujourd’hui tous les ingrédients qui démontrent incontestablement que l’imposture et la versatilité caractérisent cet homme qui a rarement posé des actes dignes d’un homme d’Etat. La fraude, la gabegie, la corruption, la violence politique et la barbouzerie sont des mots pour lesquels Alassane Dramane Ouattara a une admiration appuyée. Mais également, arrestations arbitraires, enlèvements, tortures, assassinats, justice des vainqueurs et paupérisation du peuple sont l’illustration d’un mode de gouvernance que monsieur Ouattara a baptisé « rattrapage ethnique ». En fait, la crise qui sévit en Côte d’Ivoire, au-delà de son caractère structurel a mis le pays dans un état de décomposition grave au point de le conduire  à une faillite inquiétante.

 

Pour les besoins de communication, des chiffres de croissance enviables nous sont assenés alors que le pays poursuit une descente aux enfers. « Emergence » : c’est le terme pour faire de la propagande de l’homme qui, depuis près d’un quart de siècle a bradé les acquis du pays : acquis du vivre ensemble puisqu’il répugne à la réconciliation nationale alors que ce pays est aussi le fruit d’un brassage de diverses sortes, acquis démocratique par une cascade de fraude aux différentes consultations électorales et acquis économiques parce que le pays est bradé en coupe réglée, … Pris d’émotion, nombre d’Ivoiriens et des populations allogènes ont applaudi les discours populistes d’un homme qui, en réalité ne cherchait qu’à accéder au pouvoir au profit d’un clan d’affairistes. A l’aube d’un deuxième mandat, la déliquescence programmée réveille d’une illusion ceux qui ont été pris de sympathie pour le président du RDR parce qu’emportés par l’émotion au lieu de se déterminer par rapport à la raison.

Mutinerie à répétition et révolte des « ex-combattants démobilisés », c’est la facture que Monsieur Ouattara paie cash pour la faiblesse qu’il a de la tricherie. Comme si transformer le pays en risée ne suffisait pas, « … 188.5 milliards de francs cfa remboursés au gouvernement ivoirien dans le cadre de l'initiative ppte ont atterri sur le compte suisse du gendre d'Alassane Ouattara en février 2014 après avoir transité par un circuit opaque … ». D’autres sommes sont également en cause selon un rapport confidentiel de la DGSE. C’est une démonstration supplémentaire que Monsieur Alassane Dramane Ouattara est complètement discrédité. Il ne peut plus rester à la tête de ce pays. Les Ivoiriens ont besoin de se réconcilier pour retrouver la paix. Il ne sert donc à rien de prolonger artificiellement cette situation de crise avec ce pouvoir qui, en réalité ne sait plus où donner de la tête. Au vu des différents éléments déclinés plus haut, les démocrates doivent se donner la main pour aider à cela. Ce n’est qu’une question de bon sens.

 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact




20 ANS DE MUSIQUE ES FILLES DE SAIOUA