Côte d'Ivoire : Un pays rendu ingouvernable et le piège se referme sur Ouattara. Par Claude KOUDOU

CIVOX.NET
Vendredi 10 Février 2017 - 17:54


 

La démonstration que les lois de la nature sont immuables, s'avère patente. Le constat est là. Nous observons qu’après avoir mis la chienlit dans le pays, celui qui a désacralisé la vie humaine, en instillant différentes formes de violence (assassinats, tortures, taillades et meurtres par des « microbes », corruption à une échelle inégalée, gabegie, népotisme, favoritisme, contraintes à l'exil, enfreinte aux lois du pays, exclusions et cherté de la vie,..) ne tient pas le pays.
 

Quand tout le monde a compris que cet homme est là pour ses intérêts et ceux de son clan, et non pour le bien-être des Ivoiriens, le peuple doit se mobiliser dans un rassemblement pour prendre le pouvoir à cette dictature féroce.
 

La Côte d’Ivoire, c'est un brassage d'ethnies et d'intelligences. La diviser pour espérer que certaines populations jouissent exclusivement des richesses du pays, au nez et à la barbe des autres, est une illusion. Ouattara a toujours espéré prospérer dans le désordre. Ce qui explique qu'il ne respecte aucune institution du pays, même pas les règles élémentaires de la démocratie comme par exemple le droit de s’exprimer et de choisir librement. C'est également la raison pour laquelle il ne veut pas de la réconciliation nationale en Côte d'Ivoire.
 

Victime de ses propres déboires, Ouattara s'accroche à des "branches mortes". En réalité, le pouvoir qui n'a jamais véritablement échu à Ouattara, est encore moins entre ses mains aujourd'hui. Dès lors, ceux qui espèrent que ce monsieur tienne encore quelque chose, sont désespérément dans le déni. De bonne foi, certains Ivoiriens se sont laissés entraîner par un type de discours. Chacun a aujourd’hui fait ses propres expériences. Il serait donc irresponsable de faire la fine bouche. Aussi, pouvons-nous pouvons partager que dans le contexte actuel, seul l’esprit d’ouverture peut relever notre pays. Le sectarisme fait beaucoup trop de dégâts.
 

Dans cette phase éminemment intermédiaire, la nécessité s’impose que les élites conjuguent leurs intelligences. S’il est vrai que nous devons tous être vigilants, il n’en demeure pas moins que nous devons intégrer que le pays a besoin de toutes ses filles et de tous ses fils. Toute sorte de repli n’est donc pas la bienvenue dans ces moments où chacun doit se surpasser pour que les souffrances du peuple cessent dans un élan d’espérance. Tout le monde a finalement compris l'imposture. Consolidons par conséquent la dynamique de se donner la main pour mettre fin aux souffrances du peuple.





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact




 

20 ANS DE MUSIQUE ES FILLES DE SAIOUA