Côte d'Ivoire: Publication de quelques extraits du livre programme de Charles Konan Banny dans le cadre de la présidentielle de 2015: << Pour un nouveau pacte de confiance dans une Côte d'Ivoire rassemblée.>>

Vendredi 7 Juillet 2017 - 16:08


Ce livre programme est toujours d'actualité car les revendication portées par l'ex-candidat , Charles Konan Banny n'ont jamais été prises en compte par le pouvoir en place, par exemple:

-La révision des listes électorales pour les extirper des centaines de doublons;

-La recomposition de la CEI, dont plus de 80 % des membres sont tous partisans du président Ouattara;

-Revoir le découpage électoral qui fausse le jeu démocratique;

-Le libre accès aux médias d'Etat pour tous les candidats;

-Le désarmement des milices ou des hommes en arme dans notre armée nationale ;

-La délivrance de la pièce identité nationale aux Ivoiriens et aux jeunes qui ont atteint l' age de voter;

-La libération de tous les prisonniers politiques et le retour des exilés;

Tant que ces conditions ne sont pas réunies avant 2020 , monsieur Charles Konan Banny s'interroge sur la tenue d'une élection libre, apaisée, transparente et démocratique le 23 octobre 2020?

Par ailleurs , Charles Konan Banny persiste et signe, il faut que le Pdci ait son candidat.

 

Première partie: " Diagnostic d'un pays déprimé".

 

La crise que la Cote d'Ivoire a traversée entre 1980 et 2010 a laissé des stigmates profonds. Pourtant, la gouvernance générale continue à être assurée par un pouvoir politique et exécutif monolithique et centralisé. Ce pouvoir a atteint ses limites. Il est dépassé par la complexité des exigences économiques et sociales de populations appauvries et confrontées à un environnement qui requiert des reformes structurelles. Il est alourdi par le foisonnement des collectivités territoriales sans moyens d'intervention. Il n'assure plus efficacement la continuité du service public sur l'étendue du territoire national. Tout cela est aggravé par le dysfonctionnement général des institutions . La situation de la Cote d'Ivoire est préoccupante Les indicateurs de développement humain communément  retenus l'attestent. L'espérance de vie est passée de 56 ans en 1986 à 46 ans en 2005; l'indice de développement humain ( IDH) , à 0,432 en 2012, place le pays au 168 eme rang sur 187 et au 171 ème sur 187 classés en 2014. Ces indicateurs sont associés aux marqueurs suivants:

-un état de pauvreté massive matérialisé par un chômage endémique, des inégalités entre couches sociales qui s'approfondissent et une inadéquation entre les ressources nationales accessibles et la démographie;

- la persistance des disparités régionales entre zones de savane et zones de foret, entre villes et campagnes, avec en plus un phénomène de concentration des richesses, des hommes et des activités dans le sud forestier;

- des phénomènes démographiques marqués par une croissance forte et soutenue, une urbanisation incontrôlée, des migrations internes et une immigration de forte ampleur, orientées dans le sens nord-sud;

- un climat des affaires peu incitateur;

- un déficit d'entretien , de renouvellement et de mise à niveau des infrastructures économiques et sociales;

- la dégradation des milieux naturels mise en exergue par la fonte du couvert forestier ( déforestation, savanisation) , l'érosion de la biodiversité végétale et animale, la baisse de la pluviométrie, la hausse de la température moyenne et l'augmentation du déficit hydrique.

Cet état dépressif de la Cote d'Ivoire est la conséquence des 20 maux suivants:

 
 

1) "Un pays de  non-droit".
 

Le rôle premier de l'État est de créer les conditions d'un libre exercice par les citoyens de leurs activités.  Mais les institutions , inféodées  au pouvoir exécutif et minées par la corruption , ne jouent plus efficacement leur rôle. Les lois et les règlements ne sont plus respectés. Les atteintes à l'intégrité du territoire se multiplient. L'incivisme est  généralisé. L'État de Côte d'Ivoire représente un danger pour les Ivoiriens.
 

2) " Une administration du territoire trop centralisée.
 

L'administration est hypertrophiée . Elle accapare tous les pouvoirs et tous les budgets. L'administration territoriale en souffre. Elle n'a pas les moyens d'accomplir ses missions d'administration et de développement.

De nombreux obstacles enclavent la mise en oeuvre d'une véritable politique de décentralisation : le non-respect des critères de création des collectivités;  des créations justifiées par des motifs plus politiques que techniques; l'insuffisance des transferts de compétences et des mesures d'accompagnement;  l'absence d'une fonction publique territoriale, avec pour conséquence une politisation du service public local; l'absence des formations des élus locaux ; l'impact limité des décisions nationales sur le développement local.
 

3) "Une justice inéquitable".
 

L'institution judiciaire effraie plus qu'elle ne rassure les Ivoiriens. De l'avis des justiciables,  l'appareil judiciaire est à la fois vétuste,  politisé et corrompu. Ils trouvent les procédures judiciaires longues, complexes et harassantes. Les prisons sont surpeuplées . Par conséquent,  elles ne jouent leur rôle de maisons de correction. Des citoyens y sont incarcérés sans jugement pour des durées indéterminées. La Côte d'Ivoire n'est pas un État de droit.

 

4) Une insécurité omniprésente.

 

...Malheureusement, l'insécurité atteint des sommets dans notre pays. On assiste à la multiplication des crimes odieux, dont des crimes rituels, qui connaissent une recrudescence à l'approche des élections. L'impunité dont semblent jouir les criminels, encourage cette insécurité qui affecte quotidiennement les Ivoiriens.....

 

Pour charles Konan Banny , tant que toutes ces questions ne sont pas élucidées , la Cote d'Ivoire restera à la traîne. Il faut rassembler les Ivoiriens autour de la République, seul bien commun à tous. Il faut apaiser les esprits pour aller vers une nouvelle société de confiance....

 

Service de communication. ( Liade G)





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact




 

Les Filles de Saïoua au Palais de Congrès de Montreuil (France) le samedi 16 décembre 2017