Côte d'Ivoire/ Palabre autour de la loi sur l’apatridie : Le Rhdp avoue ses crimes

Mercredi 21 Août 2013 - 06:54


Côte d'Ivoire/ Palabre autour de la loi sur l’apatridie : Le Rhdp avoue ses crimes
« Le FPI n’est pas dans cette salle et on n’avance pas. On nous dit que c’est le FPI qui est le mal des Ivoiriens et qu’il fallait qu’on le boute hors de la République. Or nous venons de constater que le mal, c’est nous-mêmes ». Ce monumental aveu est de l’honorable Konaté Zié, député RDR à l'Assemblée monocolore de Ouattara. Sa confession fait suite au débat fratricide autour de la loi sur l’apatridie. Une sortie qui en dit long sur le malaise qui ronge la famille Rhdp. Récemment, à son conclave de Yamoussoukro, le plus vieux parti a dit constater avec "amertume le manque de clarté et de lisibilité dans l’exécution des clauses de l’alliance". Grief qui tourne autour de la question du partage du butin de la guerre contre la Côte d’Ivoire. Un autre commentaire édifiant, celui du député Alphonse Soro, également élu Rdr. « Le spectacle, il est bel et bien visible. Une fracture se dessine où, d’un côté, le sentiment est donné d’être protecteur de la mère patrie, plus regardant sur les questions de nationalité ; pendant que d’autres sont présentés comme plus gentils et aptes à donner à tout va la nationalité au premier venu». Ce bout de phrase du frère zélé du président de l’Assemblée nationale conforte la thèse de l’inévitable implosion. « Y a-t-il des apatrides en Côte d’Ivoire et si oui, combien sont-ils ? Et quelle est l’incidence de la ratification de ces conventions sur l’apatridie sur le code de la nationalité ? » s’est interrogé l’honorable Ouassénan Koné. Dans l’ensemble les députés Pdci qui ont opposé un niet le lundi 19 dernier s’étonne de ce que l’on veuille légiférer sur une loi devant bénéficier à des personnes qui ne sont même pas encore identifiés, ou tout au moins qui n’existent pas. L’honorable Yasmina Ouégnin, s’est voulue formelle. Elle et ses camarades élus du parti vert et blanc ne feront pas le lit du bradage de la nationalité ivoirienne. En clair, cette loi, est imposée comme l’urgence du moment juste pour donner des papiers ivoiriens à des gens qui ont déjà une nationalité, parce que le RDR veut en faire un bétail électoral besoin pour les élections à venir. Bien d’observateurs de la vie politique ivoirienne avaient pourtant prévenu du caractère ‘’confligène’’ de la série de projets de lois sur le foncier et la nationalité. La fatalité veut que les appels à la retenue - ces dispositions légales proposées sont loin d’être les urgences du moment - soit bafoués par les ‘‘houphouétistes’’ de la ‘‘case verte’’. La guéguerre au sein de la coalition Rhdp prend là une allure de mea-culpa sur les arrangements morgues entre le Pdci et le Rdr. Tout l’intérêt de cette phrase du député Konaté Zié réside en effet dans le fait que le parlementaire repenti indique à la coalition de rebelles la voie à suivre. Reconnaître les péchés qu’ils ont commis contre la mère patrie et leurs concitoyens. Et demander, en toute humilité, pardon et réparation pour les victimes que sont Laurent Gbagbo, les cadres du Fpi, les loyaux serviteurs de l’Etat et autres injustement embastillés dans les goulags de la Ouattarandie. Au lieu de prolonger la puérile bataille de la bonne moralité, les deux alliés gagneront à prêter une attention particulière à cette voix qui semble venir de leur subconscient. N’est-ce pas une voix divine ? Il est encore temps pour un repentir sincère.

APPOLINAIRE BLE
 

 




Publié le mercredi 21 aout 2013  |  Aujourd’hui




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !