Côte d'Ivoire: Les enseignants dans le collimateur d'Alassane Ouattara.

Jeudi 10 Janvier 2013 - 08:37


Côte d'Ivoire: Les enseignants dans le collimateur d'Alassane Ouattara.
Dans sa quête effrénée de l’argent frais pour satisfaire ses parrains au sein de la communauté internationale, Alassane Ouattara, en 1990, alors premier ministre, n’a pas été tendre avec les enseignants. En son temps, il a instauré le salaire à double vitesse, c'est-à-dire une diminution de salaire des nouveaux enseignants. Laurent Gbagbo, parvenu au pouvoir après la gestion calamiteuse de la junte militaire, en redresseur de torts, est arrivé à mettre les salaires au même niveau. Et cela sans le PPTE et apport extérieur.
Revenu au pouvoir avec l’aide de ceux que vous savez et régnant en despote attitré, Ouattara, fatigué des grèves intempestives qui troublent son sommeil et incapable d’honorer ses engagements vis-à-vis des enseignants, s’apprête à opérer un coup de force. Dans les coulisses, une révélation de taille a été faite par un jeune ivoirien vivant en Italie. Des enseignants burkinabés naturalisés ivoiriens seraient prêts à occuper les places des enseignants grévistes. Les salaires qu’on leur propose sont en deçà de ce que perçoivent leurs homologues ivoiriens. Evidemment, le gouvernement se frottera les mains de réaliser ce gain substantiel. Ce projet de diminution de salaire des enseignants a pris forme depuis longtemps. Et les autorités ivoiriennes cherchent un prétexte fallacieux pour appliquer les nouvelles grilles de salaire en leur possession. C’est pour cette raison qu’au niveau de la fonction publique on prêche du faux pour faire le vrai. Le ministre Gnamien Konan, celui-là même qui pense pouvoir changer ce monde tout seul, se perd dans ses explications : augmentation de salaire, réajustement de salaire. Tout cela est de la diversion pour frapper au moment où l’on s’y attend le moins. Souvenez-vous, a-t-on demandé  votre avis avant d’augmenter le prix du carburant et du gaz butane ?
Le quotidien ‘’Le Temps’’ dans sa parution du mardi 08 janvier 2013 faisait remarquer que la ministre de l’éducation nationale, Kandia Camara, excédée par les discussions des syndicats de l’enseignement, a fini par lancer à ces interlocuteurs ceci : « vous êtes d’ailleurs trop bien payés. Très bientôt nous allons procéder à une nouvelle grille salariale et vos salaires seront diminués. » fin de citation. Avec ce régime, il faut s’attendre à tout. N’eût été la grève effective en son temps du syndicat des enseignants du primaire, le MIDD,  Ouattara aurait augmenté le taux de rétention de la pension  de retraite. Ce qui signifiait une diminution de salaire. De façon récurrente, cette histoire de diminution de salaire est évoquée. Alors vigilance !
Les factures des bombes utilisées pour déloger le président Laurent Gbagbo sont très salées. Le temps presse. Les bailleurs de fonds veulent rentrer dans leurs fonds. Voilà la réalité. Alors vigilance ! La supercherie ne doit pas passer.

Gilbert KOIME
              gilbertkouame@yahoo.fr





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !