Côte d'Ivoire/ Législatives 2016 : Affi N'Guessan doit rendre les attributs du FPI au “gardien du temple”.

Les résultats des élections législatives sont tombés. Pascal Affi N’Guessan, Président du « Front Populaire Ivoirien (FPI) » a récolté une moisson très maigre : 3 députés sur 187 candidatures. A la dernière élection présidentielle, il n’avait qu’obtenu 9% des voix. Ce score peu honorable, mais flatteur, lui permettait encore avec l’aide du régime Ouattara, d’entretenir une certaine confusion à la tête du FPI, au plan international. Maintenant, on sait définitivement « qui est qui » en Côte d’Ivoire.

Jeudi 22 Décembre 2016 - 00:24


Pour rappel, d’importantes décisions étaient sorties du 3ème congrès extraordinaire de Mama en avril 2015. Laurent Gbagbo avait été élu président du FPI, le professeur Hubert Oulaye, en ce moment en prison, reconduit à la tête du Comité de contrôle et Pascal Affi N’Guessan, exclu du Front Populaire Ivoirien. L’intérim du célèbre prisonnier de Scheveningen, à la Haye, est assuré en ce moment, par le professeur Aboudramane Sangaré. Les militants du FPI et les Ivoiriens le savent. Sauf Ouattara et ses suiveurs, notamment Raphaël Lakpé, président du Conseil National de la Presse (CNP), qui feignent de l’ignorer

On se rappelle, Pascal Affi N’Guessan avait fait reporter par la justice Ivoirienne, contre toute attente, le congrès du FPI. Par cette même démarche injuste, auprès de la justice des vainqueurs, il avait également fait invalider la candidature de Laurent Gbagbo à la présidence de son propre parti. Pascal Affi N’Guessan voulait « avancer » sans Gbagbo, le laisser en prison et continuer à dealer tranquillement avec le régime en place en Côte d’Ivoire. Il avait même fait son « oraison funèbre ».

Le natif de Bongouanou, pensait qu’il avait un poids en dehors de Laurent Gbagbo et avait accompagné Ouattara à l’élection présidentielle de 2105. Pendant ce temps, le parti qu’il prétendait diriger la boycottait. Résultat, il est sorti très affaibli de cette parodie d’élection. Au lieu de tirer les leçons de son isolement qui commençait à se préciser et revenir humblement vers le « Gardien du Temple », il s’est engagé dans une voie sans issue en allant aux élections législatives.

Pascal Affi N’Guessan s’est malheureusement cassé le nez sur les murs très solides du « Temple ». Il est définitivement tombé avec tous ses rêves. Le petit strapontin parlementaire de Bongouanou, sa ville natale, ne pourra pas lui donner une aura nationale. Le président du « FPI » se voyait certainement déjà, chef de l’opposition et président d’un groupe parlementaire. Convaincu, que son choix politique est le meilleur, il avait commencé à narguer ses anciens camarades de parti. Lire la suite..

 

 

 

 

 





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact




 

Les Filles de Saïoua au Palais de Congrès de Montreuil (France) le samedi 16 décembre 2017