Côte d'Ivoire: La liberté à quel prix ?

Samedi 26 Juillet 2014 - 10:23


Image d'archives: Une séance de prière à la Place de la République Abidjan-Plateau
Image d'archives: Une séance de prière à la Place de la République Abidjan-Plateau
Tous voulons le changement. Tous voulons qu'il nous tombe du ciel, prêts à s'enthousiasmer lors de son avènement. Comme Israël en esclavage en Égypte, impuissants et désespérés, de Dieu le miracle nous attendons, qu'il frappe Pharaon de plaies et de l'oppresseur nous délivre. Pareille attente ne serait-elle pas légitime, quand nous lisons dans la Bible que Dieu est "le même hier, aujourd'hui et éternellement"? N'est- ce pas d'autant plus légitime que la parole scripturale nous apprend que tous nous sommes enfants de Dieu, sans distinction aucune?
Se fondant sur pareil fait historique et sur notre foi, nos regards vers le ciel sont tournés ou détournés pour nous plonger dans un sommeil dogmatique bras et pieds croisés, en attendant le grand jour de la LIBÉRATION pour, dans une transe jubilatoire, célébrer notre victoire. Dans l'attente de notre miracle, dans l'abîme de notre décadence d'opprimés davantage nous plongeons. Dévorés nous sommes, pendant que "Alléluia!!!" nous crions et chantons. Et si nous étions des idiots ayant travesti le sens de la PAROLE en dépit de sa clarté ? Et si nous étions des couards voulant occulter leur couardise dans une interprétation intentionnellement subjective et fausse de la PAROLE, face à l'interpellation, de l'aurore au crépuscule, de nos consciences par cette tragédie d'êtres déshumanisés que nous sommes, parce que privés de notre essence nommée LIBERTÉ. Or sans liberté existence n'est que décadence. Ainsi décadents nous sommes et nos regards, vers la Transcendance tournés, seconde après seconde, miracle attendent, faisant fi de la sage maxime: "Aide toi et le ciel t'aidera".
Oui liberté nous voulons ! Mais libération nous attendons comme son acte d'enfantement. Pourquoi refuser les douleurs de l'enfantement? Pourquoi reculer devant la sacrée douleur qui la joie de la création annonce et vers des lendemains meilleurs nous conduira? Le chemin de notre ciel traverse notre désert, disait le sage. Pourquoi contourner ce désert? Le choix du contournement ne sera que celui du fourvoiement perpétuant l' ère de nos illusions.
Sommes nous devenus des mollusques pour dans cette résistance molle demeurer? Sommes nous devenus des invertébrés pour dans cette résistance pleurnicheuse s'illusionner ?
Sans abnégation et détermination point de négation de la négation de notre LIBERTÉ. La liberté n'est pas la manne qui descend du ciel.

BOBIA
Chef de Cabinet du président du NPR (Nouveau Parti pour le Rassemblement)




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !