Côte d'Ivoire: LE ‘’PARDON’’ DE SORO GUILLAUME Un baiser mortel ( Par Soko Gbalehi)

CIVOX.NET
Vendredi 28 Juillet 2017 - 15:04


TOUT le peuple de Côte d’Ivoire, tout le peuple africain et toute l’humanité attend avec patience et impatience, le moment de la juste vérité, celle de la vérité de faits réels.                                                                                                                  Nous attendons tous avec intérêts  et curiosité,  le moment où la justice internationale s’intéressera enfin, au cas  du fameux Soro Guillaume, acteur principal de la rébellion ivoirienne et coauteur  de la destruction de la nation ivoirienne.                                                                                                                         ‘’Nous avons pris les armes pour installer la démocratie’’. Disait-il après l’arrestation du président Gbagbo. Quel toupet ?  Quelle arrogance ? Quelle vanité. Mais en vérité, ce que Soro a plutôt réussi à installer, c’est : la’’ alasanne-soro-bédiécratie’’.  C’est ce que j’ai aussi appelé depuis l’origine de la crise : la’’rébelliennellose’’ ou la maladie des rébellions armées.                                                                                      Il y a une seule chose que Soro Guillaume doit faire pour soulager sa propre conscience, c’est d’aller au tribunal de l’HAYE pour se faire prisonnier et dire la vérité. Il doit avoir le courage de dénoncer les coresponsables de cette forfaiture. Soro a tué des milliers de personnes gratuitement pour un fauteuil ministériel et le butin de guerre. C’EST NUL COMME VISION POLITIQUE : LA MAIN  SUR LA GACHETTE pour prendre le pouvoir. C’est lâche, non courageux et non intellectuel.                                   Soro ne sera jamais pardonné par le vrai peuple ivoirien, dont les enfants croupissent dans les prisons et tapissent dans les cimetières. J’espère qu’il ne sera pas reçu par Gbagbo qui n’est qu’un détenu. La démarche rationnelle à suivre, c’est de s’auto inviter à la CPI et dire ce qui est la vérité vraie. Le président Laurent Gbagbo a demandé pardon à Soro guillaume presqu’une décennie durant, pour l’arrêter  de commettre l’irréparable, dont il est question aujourd’hui.  Au lieu de gouverner, Gbagbo est devenu un’’ touriste’’. A son carnet de voyage pour demander pardon à Soro, on peut citer officiellement : Le Ghana, plusieurs fois, le Togo, plusieurs fois, le l’Afrique du Sud plusieurs fois, le Burkina et encore et toujours la France.                                                                                                                                                    Ce que les voyages ont coûté à la Côte d’ivoire est inestimable : financièrement, économiquement, politiquement, moralement, culturellement, juridiquement, socialement etdiplomatiquement.                                                           Ces périodes infructueuses de voyage ont rabaissé le pays, jusqu’à le conduire dans l’abime, par la formation forcée d’un gouvernement avec des rebelles.  C’était le comble de l’humiliation. Des Pardons, de l’argent, des fauteuils ministériels n’ont pas suffit.  Soro le zélé, ‘’le nouveau dieu politique’’, dont la kalachnikov crache le feu de la peur,  ne voulait rien avoir d’autre que la tête de Gbagbo. Quel diable ce Soro. A casser des banques pour voler des milliards pour s’enrichir frauduleusement et financer des rébellions, à voler les milliards des produits industriels,  A parcourir la côte d’ivoire pour tuer et piller les ivoiriens. Quel était l’objectif de ton projet.  Il faut Soro que  sache que rien, ni personne ne peut tromper les ivoiriens aujourd’hui et ce n’est pas Soro, le bourreau des ivoiriens qui va le réussir. Avec les richesses des casses des banques, des détournements, des pillages  ton temps est venu de rendre des comptes et d’aller voir ton nouveau voisin de cellule : Gbagbo Laurent. N’oublies pas s’il te plait de venir avec les autres: Alassane Dramane Ouattara et Konan Bédié.  SORO peut-il définir le sens de son pardon ? Peut-il expliquer les raisons de ce pardon ?  Le temps de la distraction du peuple dans le mépris est terminé.

                  SOKO GBALEHI   PRESIDENT DU PDR pdravenir@yahoo.fr




 

 





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact




20 ANS DE MUSIQUE ES FILLES DE SAIOUA