Côte d'Ivoire: Kobenan Kouassi Adjoumani, le nouveau Procureur de la République

Mardi 15 Octobre 2013 - 07:36


Kobenan Kouassi Adjoumani
Kobenan Kouassi Adjoumani
Le nouveau procureur de la République et le censeur de la Côte-d’Ivoire s’appelle désormais M. Kobenan kouassi ADJOUMANI. Et pourtant dans le gouvernement du premier ministre Daniel Kablan Duncan, il occupe le poste du ministre de la production animale et des ressources halieutiques. Non content du titre qu’il occupe grâce à leur rébellion contre le pays depuis 2002, il veut encore s’arroger d’autres titres pour faire plaisir à M. Alassane Ouattara qui s’apprête à le mettre au garage pour incompétence notoire.
        Sinon, comment comprendre que M. Adjoumani se réclamant du PDCI-RDA peut-il se mettre dans la peau d’un ministre RDR pour adresser des lettres de menace à d’honnêtes citoyens  ? Il ose s’attaquer à M. Pascal Affi N’guessan, président du Front Populaire Ivoirien (FPI) parce que ce dernier fait son travail d’opposant. Lorsqu’en son temps M. Bédié était au pouvoir et M. Alassane Ouattara, opposant, proférait des menaces à l’encontre du pouvoir, où était Adjoumani qui savait redresser les torts  ? Alassane Ouattara, dans la préparation de sa rébellion contre la Côte-d’Ivoire, menaçait Bédié en ces termes  :  «  Je cueillerai ce fruit mûr au moment opportun  ». Qu’a-t-on fait à ce monsieur  ?
        Nous ne comprenons pas que, Affi N’guessan sorti de la prison de Ouattara pas par la volonté de son geôlier, mais par la pression de tout le monde, remobilise ses troupes pour les échéances de 2015, cela puisse gêner et perturber le sieur Adjoumani. Lorsqu’on est courageux et intrépide, on affronte le danger. Que M. Adjoumani mette aux arrêts M. Affi et qu’il le jette en prison. Il saura par la suite ce qui a rougi les dents de l’écureuil. La dictature, c’est «  ferme ta gueule  », et la démocratie, c’est «  cause toujours  ». Alors, s’il pense que nous sommes dans une démocratie qu’il laisse Pascal Affi N’guessan s’exprimer librement. Beaucoup d’ivoiriens souffrent de la démocratie par la bombe. ADOkaflè signifie en langue malinké porte l’habit pour essayage. En fait, nous avons essayé ADO et nous nous sommes rendu compte que ce produit n’est pas bon. Le moment est venu donc de nous libérer. Quand Laurent Gbagbo était au pouvoir, Adjoumani et consorts ont fait pires que ce qu’ils reprochent aux autres. Pourquoi se plaint-il  ? Or donc, tenir les discours belliqueux n’est pas fait pour arranger les choses  ? Quelles concessions Laurent Gbagbo n’a-t-il pas fait, au nom de la paix, lorsque vous l’avez attaqué injustement  ? A votre tour, vous parler de réconciliation. Mais de quelle réconciliation voulez-vous, lorsque vous ne créez pas les conditions de celle-ci  ? Votre Kofi Annan, à la peau noire, au masque blanc, venu vous sauver du naufrage, a vu les dégâts que vous avez causés. Confus, il a tenu ce discours  : «  Toutes et tous ont la responsabilité de participer à la construction d’une Côte-d’Ivoire qui fait preuve de cohésion et qui n’exclut personne  » Votre jeu favori n’est-il pas d’exclure, de vilipender et de jeter les pro-Gbagbo en prison  ? Qu’on vous observe les bras croisés  ? C’est trop facile M. Adjoumani.
        Les bonnes choses ont toujours une fin. La position que tu occupes aujourd’hui ne sera pas la même demain. Et puis, comme le dit ce slogan  :  «  Le sida n’arrive pas qu’autres.  » Ce qui est arrivé à Affi et autres membres du FPI peut aussi arriver à Adjoumani. En plus, la prison n’est pas faite pour les animaux, mais plutôt pour les hommes.  Seulement, une personne sensée ne souhaite pas aller en prison. Ce sont les vicissitudes de la vie qui peut y amener quelqu’un. Pour sa propre gouverne, nous voulons dire à Adjoumani que le vent a changé de direction. Pour cela, nous lui demandons de calmer ses ardeurs. Le peu de bien qu’il a amassé, qu’il aille le dépenser tranquillement. Les lignes bougent autour de lui, mais il refuse de voir. Malheureusement, il n’y a pas plus aveugle que celui qui refuse de voir. Le tout puissant Ouattara refusait de discuter avec le FPI. Aujourd’hui, que se passe-t-il  ? Les prisonniers politiques sont libérés et Affi N’guessan parle, parle et parlera. Rien ne peut lui arriver.
        Les routes, les ponts et les infrastructures que Ouattara est en train de réaliser ne nous impressionnent guère. Tout était déjà programmé. Gbagbo aurait pu les réaliser si vous n’aviez pas manigancé le coup contre lui. Comment se fait-il que sous votre ère il y a une forte croissance et que la pauvreté sévisse plus  ?
        M. Adjoumani, ici repose la patience décédée des démocrates pour cause d’abus à leur égard. Quand on n’a rien à dire, on se tait. Sachant la suite du programme politique de la communauté internationale, les tout-puissants ministres de Ouattara se sont tus. Ce ne sont pas tes menaces qui feront changer le cours des choses. Ce que Dieu a prévu, personne ne peut empêcher.

G.OURA kouakou
ourandrin@yahoo.fr  

Libre opinion




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !