Côte d'Ivoire: Jusqu'où iront les assaillants ?

Près de 25 attaques depuis le mois d'avril 2012. C'est, pour l'instant, le nombre des assauts des assaillants contre les positions des forces armées ivoiriennes.

Jeudi 25 Octobre 2012 - 07:45


Côte d'Ivoire: Jusqu'où iront les assaillants ?
Près de 25 attaques depuis le mois d'avril 2012. C'est, pour l'instant, le nombre des assauts des assaillants contre les positions des forces armées ivoiriennes. Un chiffre qui pourrait s’accroître si des dispositions ne sont pas prises pour circonscrire le mal. En effet, tout porte à croire que les assaillants mijotent quelque chose de plus grave.
Parce que leur mode opératoire ressemble trait pour trait à ce qui a précédé la rébellion armée de septembre 2002. Avant cette rébellion, plusieurs faits apparemment banals ont été enregistrés. Il s'agissait de la fuite de soldats considérés comme des déserteurs et dont la plupart étaient impliqués dans le coup d’État de décembre 1999 qui a renversé le président Bédié, leader du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), au pouvoir depuis 1993, date du décès du premier président ivoirien, Félix Houphouët Boigny.
Ces soldats s'étaient réfugiés au Burkina Faso où, avec des complicités au sein de l'armée, ils menaient des actions en Côte d'Ivoire dans le but de s'approvisionner en matériels pouvant leur permettre de passer à l'action en temps opportun. Il s'agit, entre autres, des vols de véhicules, surtout de type pick-up, et de tentative d'attaque contre des casernes des ex-Forces de défense et de sécurité (FDS). Quand le coup d’État de septembre 2002 échoue et qu'il se mue en rébellion, plusieurs de ces véhicules ont réapparu entre les mains des rebelles.
C'est ainsi que l'opinion, qui avait du mal à comprendre à l'époque cette série de vols de voitures, découvre la vérité. Aujourd’hui, les temps et les circonstances ont changé, mais le tableau sur lequel se joue la scène demeure le même. La plupart des acteurs de l'ex-rébellion sont proches du pouvoir. Et ceux qu'ils ont été défaits sur le front militaire pendant la crise post-électorale semblent déterminés à prendre leur revanche.
Ils tentent de faire subir au pouvoir en place ce qu'ils ont vécu pendant qu'ils étaient au pouvoir. Depuis avril 2012 donc, selon les différents rapports des Ong internationales des droits de l'homme et de l'Onu, les militaires déserteurs ont monté un commando qui harcèle le régime en place. Si au début, l'on pensait qu'il menait des actions de sabotage contre le pouvoir, aujourd'hui, la tournure que prennent ces attaques doit interpeller plus d'un.
Comme en 2000, plusieurs soldats de l'armée ivoirienne sont en exil, pour la plupart au Ghana. Comme en 2000 également, il ne se passe pas de mois sans que des crépitements d'armes automatiques ne viennent troubler la quiétude des Ivoiriens. Contrairement aux rebelles qui volaient les voitures, les assaillants, eux, collectent des armes. Ce qui est encore plus grave. A Akouédo par exemple, l'un des plus grands camps militaires d'Abidjan, ce commando, selon des sources dignes de foi, a réussi à dérober un bon stock de treillis et d'armes à feu.
On l'a vu réapparaître en treillis à Yopougon, lors de l'attaque de la centrale thermique d'Azito, ce qui a surpris les forces de l'ordre de service. Le commando a récidivé par la suite à Dabou, Port-Bouët, Bonoua, Samo, Bongouanou avec le même objectif : s'approvisionner en armes. L'histoire étant un témoignage, il y a fort à parier que ce commando est en train de constituer une force et qu'il a besoin d'armes pour mener une action à grande échelle.
S'il est peut-être vrai que ces assaillants ne bénéficient pas des mêmes circonstances que les soldats déserteurs de l'époque, il ne faut pas minimiser le fait qu'ils maîtrisent le terrain puisqu'ils frappent pour disparaître ensuite, et qu'ils ont en leur possession plusieurs armes. Deux atouts que les autorités actuelles ne doivent pas négliger au risque de se faire surprendre. Comme Gbagbo en 2002. A bon entendeur...

Par Yacouba Doumbia
Source: L’Inter




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !