Côte d’Ivoire : Cherté de la vie, Bédié est-il complètement solidaire de cette politique de paupérisation à outrance du peuple ivoirien ou attend-il que le peuple descende dans la rue pour reprendre l’habit d’homme d’Etat qu’il a été ?

CIVOX.NET
Jeudi 28 Avril 2016 - 16:17



Depuis des années,  le peuple de Côte d’Ivoire vit des situations graves. Son vécu est synonyme de difficultés quotidiennes, en l’occurrence la cherté de la vie qui les paupérise de jour en jour surtout que le chômage a atteint un niveau alarmant. Pourtant, le chef de l’Etat et son équipe avec le Président Bédié vivent sur les deniers de ce même peuple. Le minimum serait que le pouvoir et ses alliés prennent des dispositions pour soulager le peuple qui ne sait plus où donner de la tête.
 
On vient de recevoir un cri de détresse d'une dame qui, jadis était de la classe des privilégiés : « quand j'étais petite, j'avais peur de l'obscurité, mais aujourd'hui j'ai peur de la lumière lorsque que j'ai reçu ma facture d’électricité. Les augmentations anarchiques des denrées de première nécessité suscitent ainsi un ras-le-bol. »

Lors qu'on reçoit de tels messages, on se demande si les dirigeants de la coalition ou alliance RHDP ne sont pas en train de pousser le peuple à bout. Cette situation risque donc de provoquer une explosion sociale. Puisque la situation devient de plus en plus délétère et inquiétante d’autant plus que cela assombrit davantage l'horizon politique de notre pays.

Comme on le dit « un malheur n'arrive pas seul ». En fait, une succession d’évènements depuis le début de l'année annonce des lendemains inquiétants quant à l’avenir de notre cher pays.

On nous promet l'émergence à l'orée 2020 ; mais nous craignons que cette promesse ne se transforme avant terme en cauchemar pour notre pays, et pour cause. Les successions des malheurs qui minent l'atmosphère politique, depuis les attaques de localité à différents endroits du territoire, en passant par l'attaque terroriste de Grand-Bassam, de la mort sur scène de l'icône de la rumba Papa Wemba, additionnée à cela, l’augmentation exorbitante de la facture de l'électricité, mettent en berne le moral de tout un peuple.


On nous rabâche tous les jours l’existence d’une croissance à deux chiffres alors qu'on ne ressent pas ce bien-être de l’économie dans le panier de la ménagère en Côte d'ivoire. 

La tension est très palpable. Cela se manifeste au travers des grèves à répétition notamment dans l’Education nationale et dans l’expression de nombreux autres corps de métiers.

Ce que vit le pays se présente comme un cancer généralisé. Ce qui est visible est que le régime est tellement dépassé par les évènements qu’il ne sait plus par quel bout commencer le règlement des problèmes ; encore faudrait-il que la volonté d’y faire face soit manifeste. Il faut plutôt voir là des signes avant-coureurs d'un régime en perte de vitesse. À entendre le cri de la population dans les galères diverses, c'est comme si le ciel s'écroulait sur elle. Mais apeurée sous cette dictature, elle n'ose même pas dire mot, d'où l'expression « Gbagbo akaffissa ». Ce qui veut dire, « c’était mieux sous Gbagbo » 

Toute cette atmosphère pose de nombreuses questions. Cette situation nous attriste en fait, nous militants du PDCI lorsque nous voyons que celui que nous voyions comme le garant de la sécurité du peuple, monsieur Aimé Henri Konan Bédié se fait complice de cette situation à laquelle le pays est en proie.

Le président du vieux parti qui semble ne pas voir ce qui est pratiquement dans ses yeux, et veut coûte que coûte maintenir ce peuple pacifique dans cette galère qui dure depuis 6 ans encore plus.


On doit craindre le pire pour toutes les communautés y compris les militants du régime qui se sentent aussi floués dans le partage du gain de leur lutte infondée et même injuste.


À ce sujet et toujours dans sa maladresse, le régime RDR et ses alliés du RHDP ont voulu dans un premier temps créer une banque exclusivement pour les militants du parti au pouvoir le RDR sans même penser aux partis alliés impliqués dans la gestion des affaires d'Etat.


Cependant quand les voix ont commencé à s’élever pour dénoncer cette façon discriminatoire et inique, unique dans son genre au monde, le RDR à travers ses propres médias fait un rétropédalage pour ne plus parler que de fonds mis à disposition pour n'aider que leurs militants. Ce qui n'est point différent du projet inique initial, contraire à notre loi fondamentale, qui interdit la suprématie d'une communauté sur les autres.


C'est du jamais vu nulle part au monde. Mais en Côte d’Ivoire, ces comportements sont légion ; le régime chasse à souhait certaines communautés de leurs plantations à pour installer d'autres ; la seule explication est la raisons d'Etat ; surtout quand on y trouve du trésor, alors cela se fait sans aucune autre forme de procès, sans les avis des propriétaires et sans un plan d'accompagnement. C'est une réalité triste de la vie de nos parents paysans. Pourtant le succès de ce pays reposait jadis sur l'agriculture et ce, grâce au travail de nos vaillants paysans.

Toutes ces pratiques sont aux antipodes d'Etat de droit.

Ivoiriennes, Ivoiriens, l'heure est grave, le moment est venu de prendre vos responsabilités avant qu'il ne soit trop tard. Car partout dans le monde, aucun peuple n'accepte de telles augmentations. En France, toute augmentation excessive fait l'objet de grève et le peuple descend dans la rue pour revendiquer ses droits ; mais cela est accepté dans un pays où le chômage est galopant et que l'indice du développement humain est sous le seuil de la pauvreté aggravée et qui est parmi les derniers sur le classement mondial.

Ivoirien(e)s prenez courage et donnez une fin de non recevoir à ce nième affront. Nous constatons par ailleurs que ce que Bouygues ne peut pas faire en France – parce que cela ne saurait être –, il le fait dans notre pays.


Il est donc temps de dire non à Bédié et Dramane Ouattara dans cette façon cavalière de gérer ce peuple pacifique.

Devant toutes les difficultés que vous vivez chaque jour, il vous appartient de manifester votre ras-le-bol en vous organisant pour occuper les rues.

Alors, peuple lèves-toi ! Ta survie en dépend ! Notre protestation nous débarrassera de la dictature pour faire place à la démocratie qui est le salut de tous les peuples dignes de ce nom. Suivez donc notre regard, pas loin de nous. 

Comment comprendre que l'ivoirien qui ne dispose pas de télévision paie par mois sur sa facture d'électricité une redevance télé ? 
Si ce n’est pas du racket d'Etat, comment appelle-t-on cette pratique ? Le régime saigne la population et les endette sur plusieurs générations.

On a été élus au PPTE. Ce régime continue pourtant de nous mettre sous le poids de dettes colossales. Comment pourrait-on en sortir ?
Tous les produits de première nécessité donc de grande consommation ne sont pas à la portée du citoyen lambda de notre pays. Il faut refuser cette facture et exiger des comptes au régime. 

Comité de crise Le PDCI RDA TOUJOURS version et vision FHB 
Vive le PDCI RDA pour que vive la Côte d'ivoire toujours debout.
Nestor Koffi président.




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !