Côte d'Ivoire: Cascades d'assassinats en terre Ivoirienne. Et si l'opposition était devenue complice d'Alassane Ouattara? (Joel Ettien)

CIVOX.NET
Lundi 4 Septembre 2017 - 12:53


A l'observation au quotidien de la gestion de M. Alassane Ouattara, c'est celui qui n'est pas ivoirien qui ne regrette pas de l'avoir comme président. Les cris et les soupires montent doucement au sommet et seuls le président Ouattara et ses sbires qui jouent à ne rien voir, rien entendre et continuent de faire croire que tout  va bien même très bien en Côte d'Ivoire. Voici quelques faits qui indignent mes doigts sur mon clavier dont, les clapés me rendent furieux.
Les microbes ont remplacé ou confondu le sergent Yao Koffi Esaï à leur mouton de la fête. Il a été égorgé purement et simplement, descendant de son service à Yopougon sable, le vendredi 1er septembre 2017. Des interpellations ont été faites et l'ordre a été donné de les libérer et Koffi est mort assassiné, un policier. Aucune enquête n'aboutira, car on sait comment ça se passe en Côte d'Ivoire. On laisse le temps tué les circonstances.
A Akoupé, à environ 100 km d'Abidjan, le vendredi 1 septembre, le fils de la comédienne Gbazé Thérèse, de "ma famille", le jeune plein de vie, Sompleny Willy, agent des eaux et forêts, a été lui aussi tué par les "coupeurs de route".
Ni le PDCI RDA, ni le FPI, aucun parti politique, ne lève de la voix pour crier le stop et l'opposition, qui se mue dans ce silence coupable, laisse entrevoir les failles d'une compromission qui les rattrapera tous au passage. Les ivoiriens, sont abandonnés à eux-mêmes.
Quant aux médias d'état, la RTI qui ne vit que par les ponctions du contribuable ivoirien, n'a plus le temps, parce que le RDR organise son congrès, il faut lui consacrer tout le temps d'antenne de peur de représailles. Les ivoiriens, vivent dans le noir et ils n'ont les informations que par les réseaux sociaux et combien sont-ils connectés par jour pour être au  même titre d'information?  L'information leur parvient trop tard et ils sont assoupis.
Le RDR considère que ces faits sont des faits divers et qu'il n'en a rien avoir, sa seule préoccupation, c'est comment rassurer M. Ouattara à accepter d'être leur président et finir par être leur candidat en 2020. Soit.
Mais la question mérite d'être posée sur la dangerosité fonctionnelle du président Ouattara à la tête de ce grand état qu'est la Côte d'Ivoire. Au moment où tous les africains, connaisseurs, novices, critiquent le franc cfa, M. Ouattara se plait devant son petit maître de Macron à enfoncer le clou, dans notre plaie, soutenant que le CFA est une monnaie qui tient ses consommateurs en équilibre. Où vit-il ce président? Voilà, un soi-disant économiste chevronné, qui ne s'est jamais remis à l'actualité dans son domaine et qui se perd dans sa sclérose, fait perdre toute l'Afrique de par sa cupidité. Quelle honte! On y reviendra.
M. Ouattara serait-il devenu, un danger pour ses compatriotes? A le voir, tout porte à croire à l'affirmative. Pourquoi, la présidence de la république de Côte d'Ivoire, n'attend pas qu'il rentre de ses vacances pour produire, un communiqué pour informer le bas peuple que le journal:" la lettre du continent" a publié de la diffamation sur le président de la république? Que sait M. Patrick Achy, des liens entre M. Ouattara et M. Antoine Glaser pour pondre ce communiqué? Situons le contexte.
Le bimensuel, la lettre du continent n° 759, a publié, dans son édition du 30 aout 2017, un article intitulé:" Ouattara fait exploser les fonds souverains", ce journal affirme que le président Ouattara bénéficie, dans la plus grande discrétion, d'un fonds de souveraineté de 342.6 milliards de frs cfa soit, 521 millions d'euros, en hausse de 20 milliards par rapport à l'année 2015.... Au lieu d'apporter un démenti, on nous fait croire, une future audience.
La présidence de la république  élève la plus vive protestation contre ces informations mensongères, gravement diffamatoires et qui portent atteinte à l'honneur et à la considération du président Ouattara.
Le président de la république a donné mandat aux avocats, Maîtres Jean-Pierre Mignard et Jean-Paul Benoit de mettre toutes les voies du droit et toutes actions utiles en vue de la sanction de tels agissements et de la réparation des préjudices subis de l'atteinte à son image, tant sur le plan national qu'international, un communiqué signé le 2 septembre 2017 par Patrick Achy. Donc, c'est faux ce que le journal a écrit?
Le président a-t-il été informé d'un tel communiqué, je ne le pense pas car, ce qui lie M. Ouattara à M. Antoine Glaser, le patron de ce journal français, est plus fort qu'une future tentation judiciaire, dont le président est fort perdant si ce n'est pour justifier encore des fonds qu'il veut offrir à ses deux amis avocats français. Si M. Ouattara, est encore au pouvoir, c'est bien grâce à M. Antoine Glaser, à qui, il téléphone chaque fois, quand il a le dos au mur. Pour rappel, quand la première mutinerie à Bouaké, s'est déclenchée, qui, M. Ouattara a appelé pour prendre conseil? C'est auprès de son ami de ce journal devenu, du coup, l'ennemi. Pourquoi, s'étonne-t-il que cet honnête journaliste, ami de tous les chefs d'état africains ait simplement rapporté, une information de nature à éclairer les citoyens ivoiriens? Si ce n'est de la pure diversion des vrais problèmes qui enfoncent la Côte d'Ivoire, je ne vois pas la justesse d'une telle tentative de traduire la lettre du continent au tribunal. M. Ouattara est devenu, un vrai danger pour le pays.
Pour mémoire, quand lui et ses amis avaient programmé la chute du président Gbagbo, ces assassinats récurrents obscurcirent le paysage ivoirien. On se souvient de l'assassinat de l'acteur H dont jusque là, aucune enquête n'a révélé ses auteurs. Celui qui crache là-haut doit s'attendre à recevoir les gouttes sur le nez. Celui qui règne par l'épée, périt par l'épée.
Comment les gendarmes, policiers et les autres corps habillés, sont dépossédés de leurs armes pour voir les FRCI les porter? Si ce n'est pas, un génocide planifié et programmé, quel nom donné à un telle déviation? Le peuple ne veut plus de Ouattara et si son parti politique le RDR persiste à le maintenir, ah, je vous aurais avertis, que M. Ouattara n'est pas loin, d'être un danger pour ses compatriotes. Il a une telle chance que le peuple ivoirien, est le seul au monde à qui on ment et qui croit. Le seul au monde qui n'est pas content et qui se tait. Le seul au monde qui est envahi par des imposteurs et qui subit. Le seul au monde, qui ne sait jamais dire non. Le seul au monde, qui ne voit jamais le chemin de sa liberté. Le seul au monde qui n'a plus de vrai leader et qui pleure sans cesse devant une opposition silencieuse et complice avec le pouvoir.
                                                                                                   Joël ETTIEN   




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact