Côte -d'Ivoire: Attentat terroriste à Grand-Bassam et prise du pouvoir par Ouattara en 2011

Jeudi 24 Mars 2016 - 00:28


Le dimanche 13 mars 2016, nous apprenions que la ville de Grand-Bassam, une station balnéaire avait été attaquée par un groupe d’individus lourdement armés, dit-on. Sans une enquête préalable, nos autorités ont attribué cette attaque à des terroristes internationaux. Selon les sources officielles, il y a eu 19 morts, surtout des personnes qui étaient à la plage pour prendre de l’air frais en cette période de chaleur caniculaire.
    Toute la Côte-d’Ivoire est sous le choc, surtout qu’elle peine à sortir d’une crise postélectorale énigmatique. Devant toutes ces victimes, nous ne pouvons qu’avoir de la compassion et prier pour le repos de leurs âmes. Loin de nous l’idée de vouloir banaliser cette agression barbare d’un autre âge. Seulement, des doutes persistent et nous continuons de nous interroger. Comment comprendre que des Djihadistes attaquent et attendent que des forces dites spéciales arrivent 45 minutes plus tard pour les tuer. Dans un conte de fée cela est possible. Mais en ce 21e siècle, il faut éviter d’insulter l’intelligence des personnes sensées. Ouattara et son laboratoire à fabriquer des événements tragiques pour s’attirer la sympathie de la communauté internationale doivent savoir une chose. A l’heure de la révolution de l’information, cette simulation d’attentat terroriste sera dévoilée  et  les auteurs seront sévèrement punis par le peuple. Depuis l’avènement de Ouattara sur la scène politique ivoirienne, la Côte d’Ivoire n’est pas en paix. Les ivoiriens sont pris en otage par cette nouvelle race de politiciens (RDR) qui ne règne que par la violence. Aujourd’hui, c’est un attentat inventé de toute pièce pour détourner l’attention des ivoiriens sur le procès de La HAYE. Voyant le président Laurent GBAGBO glaner des points, Ouattara tremble.
    A supposer que cet attentat soit véritablement l’œuvre des Djihadistes. Pour 19 morts, je respecte la mémoire de ces derniers, regardez les ballets diplomatiques, les compassions de la communauté internationale. Et pourtant, en Côte d’Ivoire, les partisans de Ouattara ont été pire que les terroristes. En 2002, le pays a été attaqué par eux. Il y a plusieurs morts. En 2011, la France de Nicolas Sarkozy et Ouattara ont bombardé et tué les ivoiriens. Après le transfèrement de Gbagbo à LA HAYE, les Dozo et les FRCI de Ouattara ont attaqué un camp de refugiés à Nahibly dans la périphérie de la ville de Duékoué. De nombreux morts. Personne n’a levé le petit doigt pour condamner ces actes odieux. S’il y a une comparaison à faire, la prise de pouvoir par Ouattara a été pire que l’acte posé par les supposés terroristes. Nous demandons à la soi-disant communauté internationale, si elle n’est pas le complice de Ouattara, d’ouvrir les yeux. Le forfait de Grand-Bassam  accomplit à la perfection, M. Ouattara invite M. Nicolas Sarkozy, son acolyte de sales besognes et commanditaire certainement de ce fameux coup de poker, à venir partager le dividende.    
    L’adage le dit, le criminel retourne toujours sur le lieu du crime. Sans qu’on lui demande quoique ce soit, Sarkozy se met à table  :  «  on a bombardé la Côte d’Ivoire parce que M. Gbagbo a des idées souverainistes. Et puis il fallait que j’installe mon ami Ouattara au pouvoir pour qu’ensemble nous pillions les ressources de ce pays. La  France a certes  commis des erreurs, mais que voulez-vous  ? C’est la raison du plus fort.  » En substance, voilà ce que Nicolas Sarkozy, cet homme sans foi ni loi, est venu dire pour narguer une fois de plus les ivoiriens.
    Comme vous le constatez, Ouattara et son ami particulier Nicolas Sarkozy tapent le tam-tam et dansent en même temps. Cela dans l’indifférence totale des ivoiriens qui attendent que les deux danseurs soient épuisés avant de dire leur dernier mot. Vous savez l’esprit des tués hantent toujours les tueurs. C’est ce qui explique cette agitation de ces deux individus qui s’entendent comme larrons en foire. Quand on n’a rien à se reprocher, on se tait. Pour corroborer cela,  un auteur disait  :  «  l’intérieur du coupable gronde toujours  ».  C’est pour cette raison nos deux complices ne peuvent plus tenir sur leur siège. Le procès de La HAYE fait ses effets. Pour l’heure, ils sont aux commandes. C’est leur temps qu’ils fassent ce qu’ils veulent de la Côte d’Ivoire. Mais il y a temps pour tout. Rappelons-nou notre cours d’histoire à l’école primaire sur les quatre grands empires de la boucle du Niger, à savoir Ghana, Sosso, Mali et Songhaï. Ils se sont succédé et ont disparu. Chacun a fait son temps.
    L’attaque dite terroriste de Grand-Bassam nous laisse perplexe. L’enquête orientée trouvera des boucs émissaires. Et ce sera probablement des proches de Gbagbo. Vous verrez Le ministre Hamed Bakayoko faire son numéro pour montrer qu’il maîtrise la situation. On présentera des individus qu’on aura contactés auparavant pour se faire passer comme étant dans le réseau des terroristes. L’attaque terroriste de Grand-Bassam et la prise du pouvoir par Alassane Ouattara en 2011 sont deux faits majeurs. L’un mis dans l’autre, le dernier cas cité a été plus spectaculaire et plus meurtrier. L’avenir nous situera.
                                                                                                      

       G. OURA Kouakou
                                                                                                             
ourandrin@yahoo.fr
        


 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !