Côte d’Ivoire : Abou Cissé dénonce des manouvres subversives du régime

Lundi 27 Janvier 2014 - 12:31


En Côte d’Ivoire, depuis la libération du président du front Populaire ivoirien et les différentes rencontres qu’il continue d’avoir avec les chancelleries, une peur panique s’est emparée du pouvoir. Le régime Ouattara n’est plus dans une posture royale. Pis, des manœuvres sont en cours pour mettre sur pieds un plan diabolique afin de conserver et/ou consolider son pouvoir. Ce qui se passe en Centrafrique risque de se reproduire ici en Côte d’Ivoire ? Aujourd’hui, le régime inonde l’administration d’hommes anciennement membre de la rébellion dans la douane tout comme dans l’armée ainsi que les servies civils, Ouattara déverse ses hommes. Mais ce n’est pas tout, dans les officines du pouvoir, on prépare les esprits à une violence contre tous ceux qui ne pensent pas de la même manière que les hommes proches du pouvoir. Je me suis laissé informer que le régime actuel est en train de préparer une 2ème guerre tribale rien que pour se maintenir au pouvoir. Une guerre qui risque d’occasionner plusieurs millions de morts. Je vous le dis, Ouattara est inquiet et cette inquiétude se traduit par les sorties hasardeuse du secrétaire général du RDR, le parti de Ouattara. C’est pourquoi, je voudrais dire à la gauche politique de s’armer de vigilance pour faire barrage à la forfaiture qui s’annonce dramatique. J’interpelle aussi la communauté internationale, l’ONU, la France, les Etats-Unis, afin qu’ils nous évitent cette guerre dont les première victimes seront les populations civiles ? C’est pourquoi je souhaite l’intervention de ces grandes Nations et organisations internationales. Il ne s’agit pas de regarder faire et courir pour éteindre le feu. La Côte d’Ivoire, on le sait, a trop souffert de la guerre. Il faut qu’elle se donne les moyens pacifiques pour parvenir à l réconciliation nationale. D’autre part, je plaide pour la libération de tous les détenus politiques. Comment peut-on aller aux élections générales si les partisans d’un camp sont emprisonnés alors que les partisans de l’autre camp sont libres ? Comment peut-on aller aux élections générales si les avoirs d’un camp sont bloqués alors que ceux de l’autre camp sont ouverts ? Comment enfin peut-on aller aux élections si le chef d’un camp se trouve emprisonné loin de son pays alors que celui de l’autre camp jouit de sa liberté ? Que toutes ces questions trouvent des éléments de réponse susceptible de réunir tout le monde. Sinon, il sera difficile d’aller à la paix surtout que le régime se prépare à la guerre.

El Hadj Abou Cissé




Tags : Abou Cissé

Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !