Côte d'Ivoire/ A quand la révolution?

Vendredi 6 Juillet 2012 - 06:33


Côte d'Ivoire/ A quand la révolution?
Nombreux la souhaitent et la veulent. Plusieurs l’attendent. Mais elle tardent à venir, cette révolution. Faudra-il attendre un mois, un trimestre, un semestre, une année, deux années, trois années, une décennie ou plus, pour qu’advienne cette révolution dont rêvent tous les vaincus du 11 avril 2011 et tous les déçus du nouveau régime? Le fruit de la révolution est-il mûr? Le peuple est-il mûr pour le cueillir? La révolution sera-t-elle possible?
Pour arracher le multipartisme et les libertés démocratiques au début des années 90 au vieux régime d’Houphouët Boigby, les forces du changement ont fait preuve de courage et de détermination. Elles ont bravé la répression et toutes les violences du vieux régime dictatorial. Elles ont ainsi gagné la première révolution.
En 2000, les forces du changement, par leur courage et leur détermination, ont pu se manifester pour imposer au Général Guéi Robert, le choix démocratique des ivoiriens issu des urnes. Aux mains nues, des milliers d’ivoiriens ont pu affronter les Kalachnikovs des soldats du Général balayeur («Je suis venu balayer la maison», avait-il dit.), et avec le concours l’armée républicaine, lui imposer le retour à Kabacouman, dans son village. Les force du changements ont pu ainsi gagner la deuxième révolution. 
En novembre 2004, par leur courage et leur détermination des ivoiriens aux mains nues ont pu mettre en déroute la Force française Licorne qui s’approchait du périmètre de sécurité de la résidence du président Gbagbo à Cocody.
En avril 2011, en pleine guerre d’Abidjan, des milliers de jeunes patriotes aux mains nues ont formé un bouclier humain autour de la résidence du président Gbagbo, faisant ainsi preuve de courage et de détermination. Plusieurs ont malheureusement péri dans cette situation.
En relevant ces quatre exemples, il est question de montrer que les forces du changement possèdent deux atouts, leur courage et leur détermination, capables de faire gagner une lutte révolutionnaire populaire. Mais possèdent-elles encore ces atouts, alors que tout semble indiquer que nous assistons à leur résignation suicidaire, en dépit de la situation politique, économique et sociale chaotique du pays?
Les crises politique, économique et sociale ont été généralement à l’origine des grandes révolutions. La propagande des gouvernants actuels, tentant de faire croire que tout va pour le mieux en Côte d’Ivoire, dans le meilleur des mondes possibles, ne saurait occulter la réalité. Celle-ci est désastreuse, dramatique. Cette réalité peut être brièvement ainsi décrite: Violations gravissimes des droits de l’homme, atteintes aux libertés démocratiques, expropriations arbitraires, répressions et persécutions des opposants politiques, chômage massif, cherté de la vie, paupérisation généralisée (PPTE), l’exil forcé d’opposants politiques et de soldats de l’armée régulière. Une telle réalité est constitutive des ingrédients qui conduisent aux révolutions. D’où la justification de la question: A quand la révolution?
Le peuple compte t-il sur une armée qui viendra le délivrer de ses bourreaux? Doit-il scruter indéfiniment l’horizon pour voir venir cette armée de libération? Les forces du changement ignorent-elles qu’elles sont cette armée? Les forces du changement doivent s’attendre à se libérer et non à être libérées. Car elles sont ce cyclone capable de faire s’effondrer l’édifice dictatorial et liberticide fondé aux lendemains du 11 avril 2011.
Et si tous les discours faisant état de l’existence d’une armée libératrice répondaient à une stratégie bien conçue de maintenir les forces du changement dans la passivité, dans la léthargie, dans une posture attentiste?
Et si les partisans du changement, qui annoncent fréquemment l’existence d’une armée libératrice étaient, à leur insu, complices de cette stratégie antirévolutionnaire?
Plus on dira aux assoiffés de révolution qu’elle leur sera servie dans un verre en or par des libérateurs, plus ils demeureront dans la passivité, croisant les bras pour les attendre. Par toutes ces annonces de libération de la Côte d’Ivoire par une armée dont on ignore véritablement l’origine, la composition et force de frappe, l’on a mis le peuple dans une disposition psychologique d’attente, de passivité, pour que sa liberté lui soit servie sur un plateau d’or. Dès lors la durée de l’attente de cette révolution dépend de ceux qui sont supposés la servir, la faire à la place du peuple. Ils pourront donc décider que cela se fasse dans 2 ans, 3 ans, 10 ans , 30 ans etc… Dans ces conditions, le peuple cesse d’être maître de son destin. Or un peuple digne est un peuple qui est maître de son destin, qui se libère et non qui attend d’être libéré.
A quand la révolution? Cette question renvoie également à la problématique du leader. Il y a des révoltions qui ont besoin de leader charismatique pour conduire le peuple à l’action capable de produire le changement salutaire escompté. La fin du parti unique en 1990 a été possible par une opposition dirigée par un Laurent Gbagbo charismatique, courageux et déterminé. Comme dans l’armée, la révolution populaire a souvent besoin d’un « général du peuple » pour le conduire dans le combat de libération. Un tel général manque en ce moment aux forces du changement. La révolution pourra donc être possible avec l’avènement d’un tel leader. Nul ne sait la date de cet avènement. Ou faudra-t-il attendre un incident malheureux capable de produire une réaction et une action révolutionnaires. Dans ces deux cas (leader charismatique, incident malheureux) tout reste incertain.
A quand la révolution? Le fruit de la révolution est mûr. Le peuple pour le cueillir est également mûr (par son courage et sa capacité de détermination).
La révolution aura donc lieu le jour où le peuple ne pourra plus supporter sa faim, sa soif de liberté, son oppression, pourvu qu’il n‘ait opté pour une résignation éternelle. Ce jour là, il n’attendra plus une quelconque libération venant d’une armée quelconque, mais ce fera maître de son destin en marchant à pas de géant pour la conquête de sa liberté.
 
Christophe Nèguê.




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !