Convoqué par la justice: Pourquoi Akoun est dans le viseur du régime

Laurent Akoun dérange - t -il à ce point le régime Ouattara qui veut l’intimider. Sa convocation devant le tribunal au Plateau ce mercredi le laisse croire en tout cas.

Mardi 19 Août 2014 - 08:45


Laurent Akoun
Laurent Akoun
Le régime d’Alassane Ouattara continue sa politique de persécu- tion de l’opposition significative. En effet, le vice-président du Front populaire ivoirien (Fpi), Laurent Akoun, a été convoqué le mercredi 20 août prochain par le juge d’instruction du 10ème cabinet au palais de justice au Plateau pour être entendu. Laurent Akoun que Le Nouveau Courrier a joint hier dimanche pour savoir ce que le régime Ouattara lui reproche a indiqué ne rien savoir. Son avocat n’a également aucune information sur les motivations de cette convocation qu’il a reçue en début de semaine dernière. «Je n’ai pas plus d’informations parce que c’est juste une convocation que j’ai reçue. On nous a invités à nous présenter au 10ème cabinet d’instruction le mercredi 20 août», a expliqué hier Me Félix Bobré. Qu’est-ce que le pouvoir reproche à Laurent Akoun pour le convoquer au tribunal du Plateau ? Cette convocation est d’autant plus suspecte que dans sa volonté de réduire le Fpi au silence, le régime avait arrêté Laurent Akoun le 26 août 2012 à Adzopé alors qu’il était en tournée de remobilisation dans la région et venait de finir un meeting à Akoupé. N’ayant pas de motifs réels pour justifier son arrestation, le pouvoir l’a ensuite condamné le 31 août à 6 mois de prison ferme et à un an de privation de ses droits civiques et politiques sous le prétexte fallacieux de trouble à l’ordre public. Laurent Akoun est sorti de la Maca le 28 février 2013. Il a  intégralement purgé se peine. D’où vient-il qu’il soit à nouveau convoqué ? Logiquement, il ne devrait actuellement plus faire l’objet d’aucune procédure judiciaire dans le cadre de la même affaire. «Théoriquement, oui», répond Me Bobré à cette préoccupation. En tout cas, Laurent Akoun qui est vu comme un dur au Fpi est manifestement dans le viseur du régime. Car son intransigeance dérange les plans du camp Ouattara. C’est certainement pour intimider le Fpi dans son combat pour la restauration de la démocratie, qui est en lambeaux depuis l’installation d’Alassane Ouattara au pouvoir. Cette convocation suspecte intervient après les conclusions de la médiation qui ont été entérinées par le Comité centrale extraordinaire du jeudi der- nier. Des conclusions qui sont en passe de remettre en cause l’actuel format de la Commission électorale indépendante (CEI) sur mesure que le régime à mis en place. Surtout que la majorité des participants au Comité central ont exigé le retrait du Fpi de cette CEI, réclamant qu’elle soit équilibrée. C’est cette même stratégie d’intimidation et de fébrilité que le pouvoir a utilisé en convoquant Affi N’Guessan, Lorougnon, Akoun et Richard Kodjo le 8 mai dernier pour être entendu par la brigade de recherche au moment où le Fpi était intransigeant sur le boycott du recensement de la population. Mais cela ne saurait intimider le Fpi et particulièrement Akoun qui a repris la lutte et reste déterminé pour la libération de ses camarades dont en premier le président Laurent Gbagbo depuis sa sortie de prison il y a un an.

Anderson Diédri

Le Nouveau Courrier  N°1091 Du Lundi 18 Août 2014




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !