Compte-rendu de la cérémonie de présentation officielledu Mouvement de Solidarité Démocratique (MSD)

CIVOX.NET
Vendredi 22 Juillet 2016 - 13:53


Nestor Koffi, président de MSD
Nestor Koffi, président de MSD
 

Le samedi 16 juillet 2016, la présentation officielle du Mouvement de Solidarité Démocratique (MSD) s’est tenue à Paris à Partir de 15h. La cérémonie a eu lieu devant un auditoire constitué d’invités venant de l’Ile de France, de Genève et de Lyon. Il faut d’entrée de jeu remercier nos compatriotes venus en fortes délégations de la Suisse et de Lyon.
 

Annonçant avoir tiré des leçons de tentatives de rassemblement antérieures, le MSD a voulu faire dans l’originalité. C’est ainsi qu’il a commencé par s’interroger. Pourquoi le Mouvement de Solidarité Démocratique ? Il a fallu évidemment répondre à cette question.
 

C’est à la suite d’une journée de réflexions que la diaspora ivoirienne, a organisé en Suisse le 18 juin 2016, qu’est née l’idée de créer ce mouvement. Les motivations se déclinent comme suit :
 

  • Face à la crise sans précédent qui frappe notre pays, la Côte d'Ivoire ;

  •  
  • Devant l’impasse constatée, aggravant davantage les souffrances subies par le peuple ivoirien ;

  •  
  • Devant les difficultés à entrevoir une solution viable à la crise ;

  •  

Le MSD qui a adopté comme doctrine « la Côte d’Ivoire », se veut un mouvement de rassemblement transversal de toutes les Ivoiriennes et de tous les Ivoiriens qui ne se reconnaissent pas ou qui ne se reconnaissent plus dans la gouvernance actuelle.
 

La Côte d’Ivoire a connu une crise sur la base de ce que nous pouvons pudiquement appeler des malentendus. Evidemment quand la guerre éclate, comme les intérêts des acteurs sont divergents, les uns et les autres n’ont pas eu la même appréciation par rapport à la gradation des priorités et le sens de l’intérêt national.
 

Bientôt six ans après le déclenchement de la crise, les politiques, les élites et des acteurs de premier plan sur qui, le peuple compte pour prendre des dispositions afin que les souffrances s’arrêtent, offrent plutôt le spectacle d’un émiettement suicidaire.
 

Certes, le pouvoir dans sa logique de « diviser pour mieux régner » déploie de gros moyens pour fissurer les partis de l’opposition pour en fragiliser les leaders. Mais nous constatons dans le même temps que les leaders de l’opposition ne font pas preuve d’imagination et/ou d’inventivité pour contribuer à sortir le pays de cette mauvaise passe qui commence à durer longtemps.

                        2/3

Les participants ont dit placer leur espoir dans ce nouveau mouvement et l’encouragent à tirer toutes les leçons des expériences passées pour atteindre ses objectifs. Il s’agit – puisque la priorité est de libérer le pays aux fins d’arrêter les souffrances des populations – de rassembler au-delà des clivages partisans. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle – même s’il est prévu de présenter physiquement le mouvement aux différents acteurs pour travailler ensemble sur ce projet -, il est demandé aux Ivoiriennes et aux Ivoiriens de s’impliquer individuellement dans ce mouvement pour le bien de leur pays.
 

Les réflexions de Genève qui ont été capitalisées, au cours de la cérémonie, ont remarqué que les acteurs « traditionnels » du paysage politique ivoirien dispersent leurs forces sur des sujets parfois secondaires alors que le peuple attend qu’ils les délivrent de ce pouvoir autoritaire qui n’a que faire de leur vécu quotidien. Le MSD a clairement affiché que sa doctrine, c’est la « Côte d’Ivoire ».
 

La Diaspora, à l’image de ce qui est observé dans les pays – factuellement émergents – a estimé qu’elle doit prendre ses responsabilités. Pour réussir la dynamique de « rassemblement transversal de toutes les Ivoiriennes et de tous les Ivoiriens qui ne se reconnaissent pas ou qui ne se reconnaissent plus dans la gouvernance actuelle », le MSD compte rencontrer localement des acteurs dans notre pays, pour insister sur la nécessité de mettre en priorité la libération du pays. Le MSD retient qu’il est normal que des partis politiques existent. C’est même bien ainsi. Mais que valent ces structures si elles ne peuvent pas fonctionner comme il faut parce que le contexte est hostile ? C’est donc tout naturellement que le MSD pense que tous ceux qui sont pour la délivrance du peuple doivent d’abord, se donner la main pour atteindre prioritairement cet objectif. Et nous pouvons dire que pour le MSD, de nombreuses leçons ont été tirées de tout ce que les uns et les autres ont vécu et vivent encore. Aussi, ne fait-il aucun doute que la réconciliation nationale doit se faire avec tous les filles et tous les fils du pays.
 

Par ailleurs, ayant ensemble constaté qu’aucune force politique ne peut seule résoudre la crise qui frappe durement et durablement le pays, le MSD veut donc en appeler à la responsabilité pour que chacun et chacune, montre sa disponibilité, l’écoute, l’ouverture et dans le respect mutuel et l’humilité, nous réussissions ensemble l’écriture d’une histoire au bénéfice du peuple de Côte d’Ivoire.
 

L’ébauche du Conseil d’Administration qui a été présentée lors de la cérémonie est donnée ci-dessous. Il importe de préciser que dans un souci d’efficacité et en tenant compte qu’il faille promouvoir de nouveaux visages, les personnes cooptées le sont sur la base de compétences et d’expériences acquises mais également pour leur profil qui cadre avec l’esprit d’un tel mouvement. Des commissions techniques seront créées. Le MSD poursuit des discussions pour pourvoir aux différentes attributions.
 

                                                         3/3

Membres du Conseil d’Administration du MSD

Bureau Exécutif :

Président : Nestor KOFFI                                         (France)

1er Vice-Président : Sèèd ZEHE chargé de la Commission juridique (France)

2ème Vice-Président :                                                         (France)

3ème Vice-Président : Adams TOURE                                 (France)

4ème Vice-Président :

Secrétaire Générale :

Secrétaire Générale Adjointe : Jeanne Kouté GNOYERE   (France)

Trésorier Général : César OURAGA                                  (Suisse)

Trésorier Général Adjoint : Fernand TIENAN                    (France)

Secrétaire à l’Organisation : Lobognon Augustin GNEBA  (Suisse)

Secrétaire à la Mobilisation :

….

Le Président de MSD–CI                                       Côte d’Ivoire                           

Délégués Généraux (Représentants locaux) :        Pays        

Mathilde KOFFI                                    Suisse

Askène CISSE                                Ghana
 

Membres

Toto Jérôme BALOU BI                            France

Alain CAPPEAU                                France

Simplice ZADI        Chargé de mission              Maroc
 

Monsieur Nestor Koffi est donc le Président du MSD. Et d’autres attributions restent à pouvoir. Il est prévu la désignation de Délégués Généraux pour la France, l’Italie, le Royaume Uni, les USA, le Bénin, le Togo, le Burkina, le Sénégal, la Guinée, …

                                        

Le MSD compte sur chaque Ivoirienne et chaque Ivoirien pour faire un effort salutaire sur lui-même, et en appelle à tous pour mener la réflexion juste, afin que le spectre de la division ne nous fasse pas perdre irréversiblement le pays.
 

Le MSD est convaincu qu’après avoir examiné et analysé l’orientation des forces politiques et syndicales en présence depuis le début de la crise, la philosophie qu’il propose mérite d’être partagée dans le seul intérêt du peuple de Côte d’Ivoire. La cérémonie s’est terminée à 17h50 après avoir entonné l’hymne national. Un repas convivial a été partagé avant de se quitter – pour certains à 22h –, confiants et dans la bonne humeur.

Fait à Paris, le 20 juillet 2016.
                          Le Rapporteur, Lobognon Gneba Augustin                            msddiasporaciv@gmail.com





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !