Commémoration à Paris du Coup-d’État du 11 avril 2011: Cris d’accusations et d’indignation de la diaspora ivoirienne fortement mobilisée.

Dimanche 15 Avril 2012 - 08:57


Commémoration à Paris du Coup-d’État du 11 avril 2011: Cris d’accusations et d’indignation de la diaspora ivoirienne fortement mobilisée.

Ils étaient encore une fois dans les rues parisiennes, ces patriotes ivoiriens, inlassables, toujours mobilisés et déterminés. A l’appel du CPAD, Comité de Pilotage des Actions de la Diaspora, il était question de commémorer la tragédie du 11 avril 2011. Une date qui restera à jamais gravée dans la mémoire des ivoiriens. Le 11 avril 2011 est la date du coup d’État contre le président Laurent Gbagbo, démocratiquement élu. «C’est la France qui a fait le travail.», avait-il soutenu, à la face du monde, le 5 décembre dernier, lors de sa première audience à la Cour pénale internationale. Ses propos ont été confirmés sur RFI (radio France internationale) par M. Jean-Marc Simon, ex-ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, qui y était encore en fonction à la date des faits.
C’est Publiquement, dans la dignité et l’indignation collective, que les patriotes ivoiriens ont tenu à commémorer ce 11 avril 2011. Ils sont venus de la Belgique, d’Hollande, d’Italie, d’Allemagne, de suisse, du Royaume-Uni, etc.., pour faire cette commémoration.
Partis de la place de la Nation en direction de la place de la Bastille, ils ont fait entendre leurs cris de douleurs, leur amertume. Il ont dénoncé l’impérialisme français comme étant la cause des malheurs de leur peuple. Ils ont scandé «Libérez Gbagbo, arrêtez Sarko! Libérez Gbagbo! Libérez Simone!» Ce fut également pour les manifestants un moment de rendre hommage au président Laurent Gbagbo.
Le parcours des manifestants a été marqué par des interventions à l’endroit des manifestants et des français. Abel Naki, responsable du Cri- panafricain, a pu ainsi s’adresser particulièrement aux français en soutenant que «La colonisation n’est pas encore fini, et nous sommes dans une forme de colonisation avec le Président actuel de la France. Notre président a été injustement amené à la Cour pénale internationale. Aujourd’hui, jour anniversaire de cet évènement douloureux; nous avons choisi de marcher dans les rues de Paris, afin de dénoncer le coup d’État qu’a opéré le gouvernement français avec l’armée française, armée d’occupation coloniale en Côte d’Ivoire.»











 


Commémoration à Paris du Coup-d’État du 11 avril 2011: Cris d’accusations et d’indignation de la diaspora ivoirienne fortement mobilisée.

Selon Madé Gueu, membre de la délégation du Royaume-Uni, «Nous fils, filles de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique, nous sommes ici en France, temple de l’impérialisme, pour leur signifier notre mécontentement. L’Afrique a aujourd’hui 60 ans d’indépendance. La colonisation ne peut plus continuer(…) Le mal se trouve dans l’impérialisme que la France veut imposer. Nous ne voulons plus accepter la domination de la France(..)La France doit arrêter de spolier l’Afrique, la France doit arrêter de spolier la Côte d’Ivoire. La France doit libérer le président Gbagbo, parce que c’est lui que le peuple de Côte d’Ivoire a choisi.»
Maître Séri Zokou, responsable du CPAD, a, quant à lui, interpellé les manifestants sur leur devoir de solidarité envers le peuple malien et les autres peuples d’Afrique. «Les évènements qui ont frappé la Côte d’Ivoire sont en train de se répandre à une vitesse exponentielle dans les autres pays. (…) Nous devons être à l’écoute de ce qui se passe au Mali, nous devons être à l’écoute de ce qui se passe en Guinée-Bissau, parce que ce qui se passe là-bas est la matérialisation d’un long plan et d’un programme qui vise à une recolonisation de l’Afrique, dans le cadre d’une guerre internationale entre les grandes puissances, entre le bloc occidental, le bloc latino-américain et le bloc asiatique, pour le contrôle et la captation des ressources africaines. Si vous pensez que vous êtes seuls dans ce combat, alors vous n’aurez pas compris le combat de Laurent Gbagbo, puisqu’il est celui-là même qui a aidé la plupart des pays africains à assurer leur autonomie quand ils étaient dans la difficulté. C’est vrai que nous avons été abandonnés. Mais nous avons un devoir de solidarité à l’égard du peuple malien (..) et de tous les pays africains qui souffrent…». C’est sur ses mots de Maître Séri Zokou que la manifestation a pris fin, agrémentée par une prestation musicale, remarquable et fortement appréciée de l’artiste Nahounou Paulin. Etaient également présents des leaders de partis politiques et d'autres mouvements de la résistance patriotique. Il s'agit notamment du Président du COPACI, Blaise Pascal Logbo, Brigitte Kuyo, Représentante FPI-France, Willy Bla, Porte-parole du Cri panafricain, Pacôme Zégbé, responsable du CRD, Anne Gnizako, Présidente des 3000 Femmes pour la Côte d'Ivoire, Topo Léontine, Présidente des Femmes patriotes, etc... Guy Labertit, ami socialiste de Gbagbo, et l'universitaire Albert Bourgi n'ont pas manqué ce moment de commémoration.


 





ZEKA TOGUI.


Commémoration à Paris du Coup-d’État du 11 avril 2011: Cris d’accusations et d’indignation de la diaspora ivoirienne fortement mobilisée.
Historique:

Le 11 avril 2011 a été l’aboutissement d’un long processus de déstabilisation et d’assujettissement de la Côte d’Ivoire. Un processus qui a débuté le 19 septembre 2002. Ce jour là, une horde d’assaillants a tenté de renverser le président Laurent Gbagbo. Après l’échec de leur tentative, les rebelles ont mis en exécution leur plan B. C’est donc conformément à ce plan, qu’il ont consacré la partition du pays, avec le soutien de la Communauté dite internationale. D’accords en accords, de résolutions en résolutions, sans pouvoir obtenir le désarmement effectif des rebelles, l’élection présidentielle a finalement eu lieu en 2010. Le 28 novembre 2010, date du second tour de la présidentielle, le non désarmement des rebelles a eu pour conséquence un scrutin anti-démocratique dans la partie nord du pays, qu’ils occupent. Violences, viols, assassinats, séquestrations, intimidations, bourrages d’urnes et falsifications des résultats ont marqué le scrutin dans le nord du pays. Le Conseil constitutionnel, après jugement du contentieux électorale, a régulière désigné Laurent vainqueur de l’élection. Cette victoire a été rejeté par la Communauté dite internationale. Son certificateur des élections, Young-Jin Choi, ex-représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en Côte d’Ivoire, a proclamé la victoire d’Alassane Dramane Ouattara. Ce fut un mépris et une négation de la souveraineté de la Côte d’Ivoire par l'ONU en général et les États-Unis et la France en particulier, avec le soutien de certains chefs d’États africains, leurs collabos. Alors que le président Laurent Gbagbo dans une démarche démocratique, rationnelle, et civilisée, demandait le recomptage des voix pour connaître le vrai vainqueur de l’élection, la «Communauté internationale» lui opposa une fin de non recevoir, a opté pour la barbarie et pour la cruauté de la guerre. Elle a livré la guerre à la Côte d’Ivoire. Le 11 avril, jour du coup d’État contre le président Gbagbo, restera à jamais l’une des dates marquantes de cette guerre.





 






ZEKA TOGUI.









 









 






1.Posté par boukman le 18/04/2012 16:33
http://www.kamayiti.com/videos/kamayiti/634-les-ivoiriens-commemorent-les-tragedies-du-11-avril-2011

la communauté africaine et ivoirienne ont commémorées dans la douleur les événements passés du 11 avril 2011. résultant l'arrestation du Président Laurent Gbagbo, son épouse Simone et les cadres du pays, grâce au déploiement de l'armée française sur le terrain. Les jours à venir seront d'autant d'obstacle à franchir pour libérer la cote d'ivoire car le 18 juin prochain le Pr. Gbagbo devra répondre aux accusations portées à son encontre devant le TPI.

http://www.kamayiti.com/videos/kamayiti/634-les-ivoiriens-commemorent-les-tragedies-du-11-avril-2011

Nouveau commentaire :

Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !