Colloque international d'hommage à Henriette Dagri Diabaté, une vaste imposture.

Vendredi 24 Mai 2013 - 04:00


Colloque international d'hommage à Henriette Dagri Diabaté, une vaste imposture.
Du 13 au 15 Mai 2013, l’actualité ivoirienne a été marquée par un événement majeur. En effet, à l’initiative du ministère de la culture et de la Francophonie, il fut organisé un colloque international d’hommage à la grande chancelière Henriette Dagri-Diabaté. A l’occasion, la grande chancelière fut présentée sous deux angles. L’on parla de l’historienne puis de la femme politique. Si les initiateurs du colloque avaient choisi de n’aborder que la femme dans sa dimension d’historienne, on aurait ôté le chapeau pour s’incliner devant l’éclatante œuvre scientifique de notre chancelière. Malheureusement, il fut associé à l’image de celle-ci, le triste manteau politique qu’elle porte. On se surprend même à se demander si le colloque n’avait pas été guidé par l’étoffe politique. Il est évident que si notre chancelière n’avait pas exercé de mandat politique, elle ne serait pas chancelière, membre influente de la dictature d’Abidjan. En conséquence, il n’aurait pas été possible au ministère de la culture et de la Francophonie d’initier ce colloque. On dira également que l’initiative aurait pu naitre des années avant car, elle exerça en tant que Ministre de la culture dans le gouvernement Ouattara (1990-1993), Ministre de la culture et de la francophonie sous la transition militaire (Janvier- Mai 2000), Ministre d’Etat, garde des sceaux, Ministre de la justice, sous Laurent Gbagbo (2003-2006) l’opportunité d’un colloque international n’avait-elle pas été détectée durant ces années ? Cette question aide à porter une lumière crue sur l’imposture baptisée colloque international d’hommage…Laissons donc de côté Henriette Diabaté historienne et penchons nous sur la grosse cicatrice de son parcours, c’est-à-dire, la femme politique. Mais bien avant, marquons notre étonnement face à l’attitude de ces grands intellectuels qui soit n’ont pas subodoré l‘imposture – chose invraisemblable-, soit, bien que le sachant, se sont rendus complices de la manipulation et de la falsification.

La complicité des intellectuels


En Afrique comme partout ailleurs, l’intellectuel inspire respect, admiration. Il est une référence pour la société, un éclaireur. Ses positions, dans bien des cas, font autorité. S’il en est ainsi, c’est parce qu’il a en lui, un bagage de connaissances dont il se sert pour apporter la lumière. Du haut de son savoir il a la capacité de distinguer la bonne graine de l’ivraie. Mais si avec tous ses parchemins, il ne réussit pas à voir venir vers lui le faux, soit il en est lui-même le concepteur, soit il en partage l’esprit. A quoi avons-nous assisté lors du colloque? Une foultitude d’universitaires que nous pouvons classer en trois groupes. Le 1er groupe -majoritaire- est constitué des universitaires du Rassemblement Des Républicains (RDR), parti d’Henriette Dagri Diabaté. Le second d’universitaires venus des autres pays d’Afrique, qui maitrisent certainement moins les méandres de la vie politique ivoirienne et le 3ème, un ensemble d’enseignants qui pour l’essentiel, ont fait les bancs avec la chancelière ou ont été ses étudiants ou collègues. Si l’on interroge ces groupes, ils répondront sans aucun doute qu’il s’agit d’honorer une universitaire et que le savoir transcende les positions politiques. Cependant ce n’est pas une partie de l’universitaire qui est célébré c’est plutôt l’universitaire dans sa globalité, c’est-à-dire son parcours. L’initiateur du colloque a eu la brillante idée de mettre dans un même panier, l’historienne et la femme politique. Il s’agit donc d’une double mission, poser deux couronnes. L’une pour son titre de professeur titulaire d’histoire et l’autre pour son haut combat politique (sic)! Quel est cet intellectuel qui aurait pris son courage à deux mains, lors des panels, pour déchirer le laid cocon dans lequel est enfermé le rôle politique de la grande chancelière ? Aucun. C’est à ce niveau que se situe la complicité des intellectuels qui ont accepté d’accompagner le faux jusqu’aux portes de chaque ivoirien. Et ce n’est pas tout. La complicité, c’est aussi la création d’un prix portant le nom de la grande chancelière. Il s’agit du prix de l’éducation et de la culture. Ce prix est tout un message et l’on devine déjà toute la littérature laudatrice qui l’accompagnera. Elle alliera déformation et malformation. Mais cela n’affranchira pas ce prix de la cicatrice du parcours de Dame Henriette Dagri-Diabaté. Un prix a une histoire, une philosophie, une morale et un enseignement à dégager. Le récent prix imposé sous l’œil complice de ces intellectuels ivoiriens, se détachera-t-il du rôle politique de sa « marraine » ? Dira-t-il que sa « marraine » a eu un parcours sans cicatrice ? Bref. On ressent comme une admirable trahison, la déformation de notre jeune histoire, par des intellectuels démissionnaires.

La femme politique qui n’est pas Jeanne d’Arc


Saisir la grande chancelière dans sa dimension politique, c’est s’attendre à jouer sur deux tableaux. Le 1er tableau la présente comme la militante du Pdci-Rda et le 2nd, comme une militante du Rassemblement des Républicains (RDR). Intéressons-nous au deuxième tableau. Pour mieux le comprendre il importe de suivre la logique des intervenants. En effet, selon eux, la grande chancelière, a par son engagement politique, délivré la Côte d’Ivoire. Elle est donc selon Affoussiata Bamba « la Jeanne d’Arc du Rdr et même du 21ème siècle ». Pour le prof Penda M’Bow « on n’a pas à aller chercher Jeanne d’Arc pour parler d’Henriette Dagri Diabaté… » Autrement dit, elle est déjà jeanne d’Arc ou elle la supplante. L’image parfaite de la grande chancelière découle plus de sa fonction d’enseignante que de son rôle politique. En tant qu’enseignante, il serait hasardeux de la comparer à jeanne d’Arc d’autant que celle-ci n’était –selon les versions officielles- qu’une petite analphabète. Parler de son courage, de son intelligence, on pourrait comparer plusieurs femmes ivoiriennes à jeanne d’Arc partant d’Henriette Diabaté à Irié Lou Colette en passant par le Prof Jacqueline Lohoues-Oble (1ère femme agrégée de droit privé en Afrique). Au regard de ces exemples, on déduit que la comparaison faite ne vise que le terrain politique. Mais là encore, nous sommes saisis d’effroi. On sait que Jeanne d’Arc avait reçu la «divine mission » de libérer le royaume de France de l’envahisseur anglais. Elle réussit, à la tête des troupes, à libérer Orléans –qui était au bout de la reddition- à marcher sur Reims et légitimer le roi Charles VII. Bien qu’ayant été arrêtée, le courage qu’elle insuffla aux troupes, permit à celles-ci de multiplier les conquêtes, alliant négociations et victoires. Bref, Jeanne d’Arc a combattu contre l’occupation anglaise, par patriotisme. Quid de la grande chancelière ?
A la tête de son parti le Rdr, elle a transformé ce parti en l’aile politique de la rébellion armée pro-Ouattara qui a attaqué la Côte d’Ivoire en septembre 2002. Il s’agit d’une attaque contre les institutions de la République. Contrairement à Jeanne d’Arc qui se battit pour tenir la France débout, la grande chancelière et son parti se sont ingéniés à affaisser la Côte d’Ivoire durant près de 10 années. La sauvegarde des institutions n’était guère une priorité. Pour être la « Jeanne d’Arc du 21è siècle » il aurait fallu que notre chancelière se tienne courageusement devant les troupes du Rdr pour dénoncer et combattre auprès des autorités constitutionnelles. Au contraire, ceux des membres du Rdr qui ont dénoncé l’attitude traitresse de leur parti, ont été ostracisés. Aujourd’hui, le Député Mamadou Ben Soumahoro est en exil, Thierry Légré, ancien Président du Cercle Alassane Dramane Ouattara (CADO) est aussi en exil. Le Ministre Jean Jacques Béchio après avoir été sauvagement battu par les hommes de Ouattara a séjourné dans ses goulags du nord. Les cadres du Mpci, sont des cadres du Rdr : Affoussiata Bamba qui considère la chancelière comme la jeanne d’arc du 21ème siècle, fut porte-parole du mouvement rebelle avant de devenir Député Rdr puis Ministre de la communication (porte-parole adjointe du gouvernement). Quelle Coïncidence ! Idem pour Soro Guillaume et tous les Ministres et députés du Mpci. Jeanne d’Arc s’est-elle alliée aux anglais pour combattre la France ? Comment Jeanne d’Arc peut-elle être l’égérie de la chancelière quand tout les oppose –dans la forme comme dans le fond- La grande chancelière n’a mené aucun combat de libération de la Côte d’Ivoire. Bien au contraire, elle a fait emprisonner la Côte d’Ivoire dans les fers de la domination française, de la dictature et de la promotion des contre-valeurs. Quand par son soutien visible ou invisible, des rebelles et mercenaires burkinabè mettent en coupe réglée un pays et se hissent au pouvoir, il est totalement abject de louer « la bravoure » de notre chancelière. Le colloque a eu le mérite de taire cette cicatrice du parcours de la chancelière pour ainsi la présenter comme celle dont le courage est en passe de faire de notre pays, un pays étrangement émergent. Voici une fausse histoire qui est entrain d’être écrite par les vainqueurs de la guerre. Une histoire contre la mémoire collective. Une laide histoire !
« La femme n’est pas une lame qui déchire la société…», disait Henriette Dagri Diabaté. Pourtant, la société ivoirienne a été déchirée grâce à la complicité d’une historienne célébrée par son parti sous le couvert d’un colloque international. C’est de l’imposture pure et simple. Si la promotion d’une société des valeurs se marie avec le maquillage de l’histoire, autant conclure que la Côte d’Ivoire est mal partie.

Alain Bouikalo




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !