Claude Koudou: " Le pouvoir ivoirien est dictatorial et ne mérite pas de diriger la Côte d’Ivoire."

Lundi 23 Septembre 2013 - 06:32


Claude Koudou
Claude Koudou
Déclaration sur la situation en Côte d’Ivoire

Depuis plus de deux ans, la Côte d’Ivoire vit une situation chaotique. Les souffrances des populations, mises dans un état de dénuement total – du fait des forfaits commis par les dozos et autres supplétifs complices de monsieur Ouattara – se sont amplifiées à cause d’une politique locale délétère.
La mort de Basile Mahan Gahé, enregistrée le lundi 16 septembre dans des conditions que nous savons est d’autant plus scandaleuse que plusieurs «  Mahan Gahé  » subissent les affres du pouvoir de monsieur Ouattara qui fait de la terreur un allié pour asseoir son régime.
Nous constatons avec amertume que plutôt que de faire de l’exercice de la démocratie son cheval de bataille, monsieur Ouattara banalise l’effusion du sang dans un pays naguère Havre de paix.
Par ses discours de défiance et sa propension à prôner la violence – «  je rendrai ce pays ingouvernable …  » –, monsieur Ouattara a par la semence de la haine, réussi à diviser un pays de plus d’une soixantaine d’ethnies. Les populations qui vivaient en bonne intelligence grâce à un brassage exemplaire, se regardent aujourd’hui en chiens de faïence.
Ne pouvant accéder à la magistrature suprême en Côte d’Ivoire, Ouattara a choisi de monter une rébellion qui a mis une dizaine d’années pour avoir raison de Laurent Gbagbo, d’autant plus que les médias-mensonges et des parrains internationaux ont ouvertement apporté leurs contributions.
Dans un pays comme la Côte d’Ivoire, quelques principes élémentaires peuvent contribuer à la normalisation de la situation  :
La libre circulation des personnes et des biens  ;
La liberté d’expression et de réunion  ;
Les droits de l’opposition  (financement de partis politiques  ; liberté de manifestations  ; …)  ;
La sécurité des personnes quelles qu’elles soient …
Nous avons noté par ailleurs que la mort de Mahan Gahé n’a pas ému l’exécutif ivoirien qui n’a pas trouvé utile de produire un communiqué, ne serait-ce que pour soutenir la famille éplorée. Le scandale gravit un cran lorsque les auteurs des tortures et sévisses sur la personne de Mahan Gahé sont identifiés.
Il convient de rappeler à l’opinion nationale et internationale que le pouvoir de monsieur Ouattara a été installé par les armes et les bombes au prétexte de la promotion de la démocratie.
Il faut donc dénoncer ce pouvoir parce qu’il est bourreau de son propre peuple. 
Nous constatons objectivement que  :
Ouattara ne se soucie pas de l’exercice de la démocratie  ;
Au contraire, il a travaillé farouchement à attenter à l’existence d’une opposition  ;
Il ne respecte pas la Constitution  – plusieurs Ivoiriens en exil et aucune garantie pour leur retour – ;
Il pille les richesses du pays avec un clan recruté sans souci d’efficacité et de compétences  ;
Il détient plusieurs prisonniers politiques dans ses geôles  ;
Il promeut le «  rattrapage  » ethnique comme mode de gouvernance…
Des preuves étant montrées fréquemment – également par des ONG – que monsieur Ouattara viole constamment les droits de l’Homme, le pouvoir ivoirien est dictatorial et ne mérite pas de diriger la Côte d’Ivoire.
Instamment, pour qu’une vraie réconciliation – fondement d’une paix viable – puisse voir le jour, nous demandons la libération de tous les prisonniers et la mise en présence des acteurs clés de la crise. Nous pensons que des discussions ivoiriennes qui en découleraient, pourront sauver ce pays.

Fait à Paris le 21 septembre 2013
Claude Koudou,
Analyste politique, Enseignant-Ecrivain, Directeur de la Collection «  Afrique Liberté  » chez les Editions L’Harmattan




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !