Charles Konan Banny, Président de la CDVR, l'un des problèmes de la crise ivoirienne

Mardi 11 Février 2014 - 10:38


Le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, vient de reconduire M. Charles Konan Banny à la tête de la commission, dialogue, vérité et réconciliation (CDVR) pour une durée d’un an.
        L’on se demande quel est le deal qui existe entre ces deux personnes, au point de faire souffrir les ivoiriens. Comment comprendre que Banny ait échoué lamentablement dans sa pseudo-tentative de réconciliation post crise et qu’il puisse bénéficier encore de la confiance de celui là-même qui est le problème de la Côte-d’Ivoire  ? Nous sommes confrontés à une équation à deux inconnues. L’un, le problème et l’autre, la pièce de rechange de la France. Ce duo monopolise la scène politique ivoirienne et nous fait tourner en bourrique. Il est difficile d’être joueur et arbitre à la fois. C’est à ce jeu que se livre Charles Konan Banny. Tantôt il s’attaque à Alassane Ouattara et ses rattrapeurs, tantôt c’est le tour de Laurent Gbagbo et ses refondateurs. Il joue à l’équilibriste en faisant croire qu’il a des solutions pour réconcilier les ivoiriens. Il n’en est rien. Ce sont des manœuvres dilatoires pour se positionner et gagner la confiance de la fameuse France, le pays européen champion des déstabilisations des pays africains. C’est la France qui l’impose à Ouattara comme elle l’a fait au temps de Gbagbo. Comme on le constate, Banny est le ver dans le fruit. Il faut s’en méfier. Il a crié sur tous les toits que Ouattara l’empêche de travailler. Lorsqu’il fait les buttes pour semer, ce dernier passe par derrière pour les détruire. Que cherche encore Banny après ce constat, si ce n’est maintenir la Côte-d’Ivoire dans cette situation chaotique au profit de ses parrains tapis dans l’ombre  ? Le pays est à la croisée des chemins avec ces personnages sans scrupules.
        La fin de la crise n’arrange pas ces trois acteurs que sont la France, Ouattara et Banny. Chacun tire un dividende dans la tragédie que vit la Côte-d’Ivoire.
        Nous sommes surpris que Banny parle de réconciliation vraie et sincère, de paix et de l’union. Il va plus loin demander aux acteurs de violations commises à reconnaître avec courage leurs actes et à manifester de la compassion vis-à-vis des victimes. Mais de quoi parle ce Monsieur  ? Il se moque éperdument des ivoiriens. Il oublie qu’il est un acteur vivant  de la crise survenue en Côte-d’Ivoire depuis 2002. A –t-il fait lui son mea culpa  ? Monsieur Banny arrêtez d’être cynique. Vous savez réellement ce qui se passe dans ce pays. Comme le dirait de façon prosaïque l’autre  :’’le mal de ventre n’est pas visible, mais les maux dieu ça se voit’’.
        M. Banny nourrit depuis longtemps l’ambition de devenir président de la République non pas par la voie démocratique, mais par un coup de pouce de la France. Souvenez- vous, dans la période de la rébellion de 2002, un club de soutien à Banny a vu le jour. Malheureusement, le charisme de Blé Goudé n’a pas permis à ce club de s’implanter durablement. Dans sa volonté d’en découdre avec le président Laurent Gbagbo et de le dépouiller de ses pouvoirs, la France lui a imposé Charles Konan Banny comme premier ministre. Sous son règne en tant que premier ministre, la communauté internationale avec à sa tête la France a inventé le GTI (groupe de travail international) pour dissoudre les institutions ivoiriennes. Ayant échoué, Banny et son parrain la France ont fait venir des déchets toxiques pour tuer les ivoiriens et accuser le président Laurent Gbagbo. M. Banny a-t-il avoué ses crimes  ? A-t-il eu de la compassion pour les victimes  ? Qu’il médite ce bout de phrase de la prière que Jésus a enseigné à ses disciples  :  «  Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés  »
        Charles Konan Banny a toujours travaillé pour les intérêts français. La preuve, il a rabroué le Pr Mamadou Koulibaly sur instruction de la France lorsqu’en son temps ce dernier avait parlé de Franc CFA flottant.
        Au regard de tous ces actes répréhensibles, M. Charles Konan Banny est hors jeu. Il ne peut pas être un artisan de paix. Nourri au poison de la haine contre Laurent Gbagbo et ses partisans, Banny ne peut dévoiler un nouvel agenda capable de ramener la paix et la cohésion sociale. On l’utilisera pour distraire les ivoiriens afin que Ouattara pousse des racines et qu’il se fasse accepter.

           G. OURA KOUAKOU
            ourandrin@yahoo.fr





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !