Changer la Côte d’Ivoire passe par notre propre changement

Vendredi 5 Juin 2015 - 05:40


Comme beaucoup d’Ivoiriens, je me me suis réjoui de la création de la Coalition nationale pour le changement (CNC). J’ai accueilli avec joie l’avènement de cette plateforme non seulement parce que ceux qui en ont eu l’idée veulent nous débarrasser de Dramane Ouattara, l’homme qui a introduit la violence et les assassinats dans notre pays mais parce qu’ils nous promettent un changement. Bien qu’ayant lu et relu la charte de la CNC, je n’y ai pas vu ce que ses signataires entendent par changement. Certes, dans l’article 3 qui porte sur les objectifs de la CNC, il est question de “repenser la Côte d’Ivoire” mais il faut admettre que l’expression est vague. Le verbe “repenser” signifie-t-il ici que les fondateurs de la CNC veulent une Côte d’Ivoire totalement différente de celle que nous avons connue jusqu’ici? Si oui, comment devrait être cette nouvelle Côte d’Ivoire? Quels comportements devraient en être bannis? Qu’est-ce qu’on ne devrait plus y faire? Aucune de ces questions ne trouve de réponse dans la Charte. Il faut espérer que, dans les jours ou semaines à venir, ceux qui ont apposé leur signature au bas de la charte le 15 mai 2015 éclaireront la lanterne des Ivoiriens qui ont besoin de savoir où la CNC veut les conduire.
Cela est d’autant plus important que nous sommes nombreux à désirer, non pas un simple replâtrage, mais un changement profond. Il y a replâtrage lorsque X succède à Y sans que ne prennent fin les mauvaises habitudes. Je suis désolé d’affirmer que, de 1993 à 2015, notre pays n’a eu droit qu’à des replâtrages. En effet, Bédié est venu après Houphouët, Guei après Bédié, Gbagbo après Guei, Dramane après Gbagbo mais il n’y a jamais eu d’opération “mani pulite” (mains propres) pour enquêter sur certaines grosses fortunes et récupérer éventuellement l’argent de l’État volé et placé en Suisse, en France, à Monaco ou ailleurs par des fonctionnaires dont le salaire ne peut justifier un tel enrichessement. C’est la quatrième fois que le régime change de main et le président de la République, les ministres, PCA, PDG et autres dignitaires continuent de se soigner (avec leurs familles) et de scolariser leur progéniture à l’étranger pendant que les populations pour le bien-être desquelles les politiciens sont censés œuvrer sont quotidiennement aux prises avec la faim, le dénuement, la misère et la mort précoce. Quoique la rue ait imposé le multipartisme au PDCI en avril 1990, ce qui devrait signifier libération de la pensée et de la parole, la plupart des formations politiques n’ont rien de démocratique car, outre le fait que l’alternance à la tête du parti y est aussi rare que les larmes d’un chien, il est difficile d’y être en désaccord avec le chef qui n’apprécie et ne promeut que les griots, larbins et flagorneurs. Un autre mal auquel aucun régime ne s’est sérieusement attaqué est la “promotion canapé” où: la femme est embauchée non pas grâce à ses compétences et diplômes mais parce qu’elle aura accepté de coucher avec l’employeur. Je citerai aussi le présidentialisme qui n’a jamais cessé de faire du chef de l’État un monarque par qui tout doit passer et que l’on doit remercier pour le don d’une ambulance, la construction d’une école, d’un pont ou d’un dispensaire. On pourrait évoquer encore l’argent et les privilèges que l’État n’a jamais arrêté d’accorder aux anciens présidents d’institutions, anciens Premiers ministres et anciens ministres ou le fait qu’aucun parlement ou aucun gouvernement n’a proposé à ce jour la réduction des émoluments des députés et ministers en signe de solidarité avec le petit peuple dont le pouvoir d’achat se rétrécit comme peau de chagrin année après année.
Pourquoi ces anomalies perdurent-elles alors que notre pays a été dirigé par trois partis politiques (PDCI, FPI et RDR) se réclamant de deux idéologies diamétralement opposées (sur le papier, au moins)? À mon avis, c’est parce que, ceux qui ont tenu les rênes de notre pays au cours des 50 dernières années, qu’ils soient de droite ou de gauche, percevaient et (et peut-être perçoivent encore) la politique comme un moyen permettant d’avoir accès à beaucoup d’argent, aux honneurs et à toutes sortes d’avantages matériels. La politique, vue sous cet angle, donne un pouvoir énorme à ceux et celles qui se trouvent au sommet de l’État. On comprend dès lors pourquoi certains, pour conquérir ou conserver le pouvoir, n’hésitent pas à tuer, à se prostituer et à entrer dans des sociétés secrètes. Il va sans dire que de telles pratiques ne peuvent que donner une mauvaise image de la politique et faire croire au petit peuple que faire la politique revient à se salir les mains. Or, au départ, la politique n’est pas cela. Jean-Paul II la définissait comme “le souci du bien commun” (Centesimus annus, 1991). C’est cette politique adossée à des valeurs que menèrent des gens comme Baudoin (roi belge), le Tanzanien Julius Nyerere, le Botswanais Quett Ketumile Masire ou le Sud-Africain elson Mandela. Ce dernier a cette phrase que j’aime beaucoup: “Diriger un pays, la finalité ou le but, ce n’est pas de se faire plein d’argent pour sa vie et son clan, mais c’est de changer la vie du peuple et faire avancer les choses dans le pays afin que tout le monde soit content.”  (cf. “Un long chemin vers la liberté”) Pour moi, la politique consiste d’abord en cela: changer la vie du peuple, permettre à tous d’avancer et de vivre mieux. Nous pouvons avoir une belle constitution, des institutions fortes mais, si les personnes chargées d’animer ces institutions ne changent pas, le changement profond et durable souhaité par le peuple ne sera jamais au rendez-vous.
Vouloir le changement ne suffit donc pas. “Sois le changement que tu veux voir dans le monde”, conseillait naguère Gandhi. C’est chacun de nous qui doit faire le ménage en lui-même, changer sa manière d’être s’il veut voir le changement en Côte d’Ivoire. Je croyais que les tueries et bombardements que notre pays a connus en 2010-2011 feraient de nous des hommes et des femmes nouveaux, que cette grave crise nous rendrait plus humbles, plus soucieux du bien commun, plus solidaires aussi. Mais, face au poignant témoignage de Jean-Yves Dibopieu (la misère de certains Ivoiriens dans les camps de réfugiés au Ghana et au Togo qui laisse de marbre “ceux qui sont régulièrement entre deux avions, vivent dans un luxe insolent, habitent dans des châteaux dans des quartiers où même des cadres ghanéens ne peuvent avoir accès”), quand j’apprends que “ sa femme et ses enfants qui sont restés six mois à Accra avant de rentrer au pays n’ont jamais reçu ni visite, ni soutien, ni même salutation téléphonique de la part d’aucun de nos cadres là-bas”, je me demande quelles leçons nous avons tirées de notre malheur. Cette méchanceté et cette arrogance que Dibopieu a vues au Ghana existent aussi parmi les exilés ivoiriens du Maroc, de Mauritanie, d’Europe et d’Amérique du Nord. Ces comportements ne sont pas une fatalité. Nous pouvons nous en défaire. Il y a une autre façon de vivre. Nous pouvons nous changer. C’est alors que le changement adviendra dans notre pays.
En résumé, j’ose espérer que le changement que veut incarner la CNC ne se limitera pas à chasser Dramane et le RHDP. Si c’était le cas, si Mamadou Koulibaly et ses camarades devaient garder intacts le présidentialisme, la promotion canapé, les rentes viagères des anciens grands serviteurs de l’État, la ruée des gens au pouvoir vers l’étranger pour les soins et l’école de leurs enfants, etc., alors la CNC aurait trompé les Ivoiriens qui n’auraient plus d’autre choix que de prendre eux-mêmes leur destin en main.



Jean-Claude Djereke
Cerclecad, Ottawa (Canada)


-




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !