Cent mille (100.000) mort!!!: Le pari d’Alassane et Dominique Ouattara sur la Côte d’Ivoire

Jeudi 11 Octobre 2012 - 04:00


Cent mille (100.000) mort!!!: Le pari d’Alassane et Dominique Ouattara sur la Côte d’Ivoire
Aujourd’hui, en Côte d’Ivoire, à moins d’être totalement envoûté par les marabouts et autres mystiques convoyés, selon certains milieux, à grand renfort d’argent dans le pays par les comploteurs contre les Ivoiriens, on se trouve totalement désabusé par le comportement de Dramane Alassane Ouattara, le président de « la communauté internationale » dans ce pays. Ce qu’on voit moins, c’est la part très active de Dominique F. Nouvian, sa complice de femme, dans le drame ivoirien. Imposé au Président Houphouët, lorsqu’il perdit la guerre du cacao, vers la fin des années 1980, Alassane D. Ouattara s’est appliqué à désorganiser toute l’économie ivoirienne, par des mesures iniques, dont l’impopularité avait, entre autres objectifs, le dessein de braquer le peuple ivoirien contre le vieux président, dont les tuteurs d’antan avaient décidé de la perte. Houphouët, affaibli par l’âge et la maladie, a pu voir venir le coup, mais il n’avait plus les moyens humains de faire front à la farouche adversité de ses amis d’antan qui, ne voulant rien négliger dans le noyautage du vieux président, lui collèrent une femme intraitable dans le jeu de destruction : Dominique F. Nouvian ! Cette femme, Israélienne, Française, puis Ivoirienne depuis les années 1980, devait mettre la main sur les biens du Veux, autrement dit, contrôler le patrimoine du pays, la différenciation entre les biens personnels d’Houphouët et ceux du pays étant plutôt ardue à établir.
Ainsi démarrèrent, de façon pratique, les intrigues pour la prise de la Côte d’Ivoire: au plan technique ou objectif, Alassane Dramane Ouattara et au plan affectif ou sentimental, Dominique F. Nouvian. Deux armes, deux personnages, dont l’existence est une suite d’intrigues sulfureuses, des individus qui ne roulent que pour le gain, quoi qu’il en coûte. Voici le décor dans lequel mourut le vieux Félix Houphouët-Boigny, une mort qui ne manquerait pas, par ailleurs, d’avoir des secrets à livrer… Mais, continuons la description de ce couple dangereux, en disant que les personnages de Dramane et Dominique Ouattara ont eu le jeu facile en Côte d’Ivoire: ils n’ont pas vraiment de lien avec ce pays. Alassane D. Ouattara, ce n’est un secret pour personne, est un vrai Burkinabé. La Cour Suprême de notre pays l’a convaincu de « nationalité douteuse » et depuis, il procède par coups de force pour se prévaloir de ce pays, en contournant la loi, qu’il ne respecte d’ailleurs en rien, appelant aux meurtres, faisant des coups d’Etat et autres transgressions à l’ordre public. Tout cela avec l’aide de l’occident qui, pour l’avoir utilisé au FMI, reconnaît en cet homme le parfait larbin pour ses intérêts. A ce jour, Alassane Dramana Ouattara ou Alassane Ouattara n’a pas encore apporté la preuve du contraire de l’arrêt de la haute Cour de juridiction de notre pays, qui l’accusa de fraude sur la nationalité. Finalement, le seul lien légal de Dramane Alassane Ouattara avec la Côte d’Ivoire, c’est sa complice de femme, naturalisée Ivoirienne, il y a quelques années, Dominique F. Nouvian ; Alassane (Dramane) Ouattara n’ayant jamais été ivoirien que par des falsifications de toutes sortes. Et ce sont encore des falsifications qui lui ont donné de se prévaloir d’être le président de ce pays, sans en être citoyen !
Sa complice de femme a eu la nationalité ivoirienne mais elle est la parfaite réplique de Ouattara, en ce qui concerne le fait d’être capable du pire pour un objectif. Et comme généralement la prise de la nationalité d’un pays n’est pas liée à un amour particulier qu’on porterait à ce pays ou à ses ressortissants, on ne saurait lui prêter d’aimer particulièrement les Ivoiriens, en même temps qu’on n’irait pas lui en vouloir de ne pas les aimer spécialement. Seulement, la cupidité et l’avidité de cette femme sont si fortes qu’elle aurait dit devant ses amis une chose qui, sans surprendre choque quelque peu. Madame Dominique F. Nouvian Ouattara aurait déclaré devant ses amis, en parlant de la Côte d’Ivoire:« MÊME S’IL DOIT Y AVOIR 100.000 MORTS, NOUS PRENDRONS CE PAYS ! »
Celui qui a entendu cette femme prononcer cette phrase terrible serait un Français qui s’appellerait Jules Perrin. Nous ne connaissons pas personnellement cet homme ; mais il s’est exprimé sur le Net, il y a quelques années. Il affirme avoir été un proche des Ouattara, parce que, dit-il, il croyait en l’homme. L’ayant approché de près, il réalisa qu’il s’était lourdement trompé. Cette phrase de Madame Ouattara fait partie d’une série de choses qui l’auraient fait s’éloigner de ce couple dangereux. « MÊME S’IL DOIT Y AVOIR 100.000 MORTS NOUS PRENDRONS CE PAYS ». Le « nous », qui prendra le pays, désigne très probablement cette dame, son mari et leurs complices extérieurs. Nous avons dit qu’une telle déclaration de la part d’une telle femme ne surprend pas : mais elle choque… Quand on sait un peu quelle femme elle est, on ne peut être surpris : elle est capable du pire ! Mais on est choqué, parce que, la croyant intelligente, et avec la connaissance qu’elle doit avoir des Ivoiriens, non pas ceux qui lui mangent aujourd’hui dans la main, mais bien d’autres, qu’elle n’a pas manqué de connaître, dans ses pérégrinations de femme au physique attirant, n’ayant pas grande chose à envier aux putains de luxe que, loin des tropiques on appelle les call girls, elle devrait savoir qu’on ne peut pas occasionner autant de dégâts dans un pays et en devenir maître… Jusqu’à 100.000 morts, pour « prendre » la Côte d’Ivoire !
Ont-ils déjà réussi à faire assassiner 100.000 personnes ? Atteindront-ils ce nombre? Dieu seul peut répondre à cette question ! Mais, dans tous les cas, ils n’auront pas pour autant la réalité du pouvoir dans ce pays. On sait que les personnes de leur nature ne vivent que d’apparence, de faux, badigeonné de semblant de vérité ! Ils se glorifieront donc de ce pouvoir de pacotille ! Et nous, nous avons espoir que la parenthèse de leur immixtion douloureuse dans la vie des Ivoiriens se fermera vite, bien vite ! Qu’ils jouissent, Dramane et Dominique Ouattara, avec leurs suiveurs, pendant qu’ils le peuvent, des biens et des honneurs immérités. Pendant ce temps, la majorité des Ivoiriens vivent comme un vilain cauchemar et n’attendent que de se réveiller, pour panser leurs plaies, et recommencer à penser à l’avenir. Ils se réveilleront ! Par la grâce de Notre Père qui est dans les Cieux !
Que DIEU nous protège.
NDA ADJOUA SUZANNE
Enseignante
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !