Candidature à la présidence du FPI: Le Baroud d'honneur d'Affi N'Guessan. Le sens d'un duel.

Jeudi 13 Novembre 2014 - 11:25


Le duel Affi-Gbagbo sera inévitable au prochain Congrès du Front populaire ivoirien devant se tenir du 11 au 14 décembre prochain. Nous assisterons à un affrontement de David contre Goliath (Référence biblique: 1 Samuel 17, Verset 1 à 54), à la seule  différence que dans ce contexte démocratique, David, en l'occurence Affi N'Guessan, aura bien du mal à vaincre le géant Goliath. Conscient de la rudesse du combat dans lequel il ose faire preuve d'outrecuidance en décidant de se froter au rocher, Affi s'est engagé à jouer son va-tout. Il ne lésine pas sur les moyens. Ses parains du régime Ouattara l'aident dans ce sens. Il est déjà en campagne depuis quelques jours. Des journaux bleus ont été mis à contribution, à la Une desquels l'on a pu voir un spot de campagne du candidat Affi N'Guessan. Mais tous les journaux bleus ne sont pas logés à la même enseigne, notamment ceux du Groupe Olympe dirigé par Ousmane Sy Savané. Engagé dans ce baroud d'honneur contre Gbagbo, Affi mène aussi un combat contre d'autres journaux bleus qui ne le soutiennent pas dans son aventure politique. Il vient de traduire en justice le quotidien Pro-Gbagbo,  LG Infos. En plus de la communication, il faut aussi noter qu'il a des hommes engagés avec lui et pour  lui dans cette joute démocratique contre Laurent Gbagbo. Affi s'active depuis longtemps dans ce sens en négaciant avec le régime pour le retour d'exil de ses partisans. Déjà, certains "grosses têtes", dont il avait négocié le retour d'exil, font partie de son staff de camapagne. Il s'agit de Marcel Gossio et de Voho Sahi, respectivement directeur de campagne et Porte-Parole du candidat Affi N'Guessan, rapporte la Une de ce jour du quotidien Le patriote , proche du RDR (Rassemblement des Républicains), parti d'Alassane Ouattara. Rien de surprenant: depuis quelques temps ce quotidien est visiblement en camapagne pour le candidat Affi. Cela donne évidemment à réfléchir sur les accointances supposées ou réelles entre Affi N'Guessan et le régime Ouattara. Dans cette logique de se faire entourer de ses hommes de confiance, Affi avait négocié le retour d'exil de Konaté Navigué, président de  la  JFPI. Ce retour d'exil visait évidemment à écarter son intérimaire Koua Justin dont le courage devenait agassant pour un Affi soucieux de présenter au régime Ouattara et à la Communauté internationale un FPI très poli et très docile. La suite nous la connaissons. Konaté Navigué a choisi le camp Affi dans ce duel qui oppose ce dernier à Laurent Gbagbo. Affi continue de négocier sans difficulté le retour d'exil de ses soutiens. Après le groupe d'exilés rentré lundi dernier (10 novembre 2014), d'autres groupes d'exilés suivront. L'on pourrait ainsi voir Ahoua Don Mello, Damana Pickass, Gnamien Messou et bien d'autres rentrer d'exil avant le Congrès du FPI. Tous ou presque tous soutiendront Affi N'Guessan par amitié, gratitude ou pur tribalisme. Car au sein même du parti il se murmure de plus en plus en privé comme en public que le FPI ne doit pas continuer d'être un Parti de Bété, ethnie du président Laurent Gbagbo. Tout se passe comme si Affi, Agni de Bongouanou, ne dirige pas le parti de Laurent Gbagbo depuis plus de 10 ans. Mais la réalité  au sein du FPI contredit bien cette posture tribaliste . La posture tribaliste a toujours été le refuge de ceux qui sont à court d'arguments politiques. Parlant d'arguments politiques de sa candidature, Affi semble bien en avoir. Comme pour plaire ou distraire les partisans de Laurent Gbagbo, il avance un argument en faveur de sa libération. Affi est pourtant opposé à Gbagbo. et joue les donneurs de leçon. Affi "partisan" de Gbagbo dit: "Je suis candidat pour la libération de Gbagbo" (Une du quotidien "Notre Voie" de ce jeudi 13 novembre 2014.) Affi donneur de leçon et opposant à Gbagbo dit: " On ne mène pas la lutte depuis la prison" (Une du quotidien "Le patriote" de ce jeudi 13 novembre 2014). La vérité est que depuis sa sortie de prison, Affi N'Guessan a plutôt travaillé pour son positionnement personnel que pour la libération de Gbagbo. Pour tenter de camouffler cette réalité il  a créé un poste nominal de Vice Présidence en charge de la coordination des actions pour la libération du Président Laurent GBAGBO. Un poste de coordination distant de tout engagement sérieux dans l'action véritable sur le terrain et sur le plan diplomatique. Gbagbo le sait bien , dont la candidature constitue en soi un désavoeu de la gestion du FPI par Affi. Si Affi était dans la vérité en faisant croire qu'il est candidat pour la libération de Gbagbo, ce dernier ne se serait pas opposé à lui dans cette course pour le contrôle du FPI. Affi n'est plus un homme de confiance pour Gbagbo. Et cela les militants l'ont bien compris qui attendent un renouveau du parti avec à sa tête Laurent Gbagbo, même à titre honorifique, qui naturellement confiera la direction effective du parti à un vice-président nommé par lui et capable de mener le vrai combat digne d'un parti de gauche.
La défaite programmée d'Affi  dans ce duel sera loin de signifier sa mort politique. L'homme a dans son sac un plan B qu'il pourrait mettre à exécution avec quelques uns de ses partisans. Ce plan n'est rien d'autre que la création d'une nouvelle formation politique dont il sera naturellement le leader  incontesté. Cette scission à l'horizon fragilisera t-elle le FPI? Rien est sûr , si l'on se réfère sort de Mamadou Koulibaly fondateur  du LIDER (Liberté et Démocratie pour la République).


Zéka Togui

 
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !