Campagne constitutionnelle : Pourquoi deux poids, deux mesures ?

CIVOX.NET
Samedi 22 Octobre 2016 - 22:38


Et voilà la confirmation de la démonstration de force pour un peuple qu'on prétend aimer. Pour une sensibilisation controversée du vote d'un référendum, le pays est en ébullition et le pouvoir ivoirien ne semble écouter personne. Le même samedi, il y a le camp de l'opposition et le pouvoir qui se permet d'utiliser les médias d'état pour la retransmission en directe de sa campagne, pour brimer et réprimander celle de l'opposition. Quand on sait qu'un tel projet coûte de l'argent. Le RHDP a donné de la voix et le score est d'ores et déjà connu:" 96%", pourquoi tant de cris, de frustrations et d'humiliations? Est ce ça la démocratie?
Dans tous les pays du monde, la fonction du président de la république, est une fonction très protégée, ce qui n'est pas le cas en Côte d'Ivoire. M. Ouattara a dit sur la RTI que, désormais, tout ivoirien peut être candidat. Je ne vais pas commenter la constitution, mais juste porter mon regard sur la diversité des opinions sur ce projet.
Voilà que les ivoiriens ont un exilé politique encombrant à qui, on donne tout. M. Blaise Compaoré dont des rumeurs font état, de son implication d'un coup d'état déjoué dans son pays le Burkina Faso et que M. Ouattara veut coûte que coûte faire voter notre loi, pour l'impliquer dans de couvertures. Sans me traiter de xénophobe, demain, un libanais naturalisé peut à coût d'argent devenir président de la république de ce pays? C'est une parenthèse.
Si c'est pour éviter des poursuites judiciaires à la fin de son mandat que M. Ouattara, s'entremêle les pieds, je ne pense pas, qu'il puisse échapper à ces juridictions. Car dans le discours de M. Bédié, il exige des comptes à tous les fauteurs de trouble, coups d'état, rébellion armée. Dans cette nouvelle constitution, nulle part, je ne trouve, des mesures pour le retour rassurant de nos frères exilés, encore moins, les prisonniers militaires et politiques. Ce sont aussi des citoyens.
Le jeudi 20 dernier. Que n'avions-nous pas vu? Il paraitrait que le préfet d'Abidjan, se serait entretenu pendant longtemps avec le groupe des leaders de l'opposition ivoirienne. Pendant des heures, tout ce que M. Abdramane Sangaré et ses amis ont proposé comme itinéraire, heure, aucune de leurs doléances, n'a été exaucée et ils se sont quittés en queue de poisson. La marche de l'opposition a été donc maintenue. Pour un pays qui se dit démocratique, à supposer que l'opposition ait maintenu sa ma marche, le pouvoir n'a pas le droit de la brimer, humilier, frustrer des personnes respectables et responsables, pendant que la leur aujourd'hui, a été retransmise en directe sur nos médias. C'est de l'injustice pure et dure et ce n'est pas évident, que nous partions dans un concert de cohésion, d'union, de respect. Pourquoi ce que le pouvoir trouve juste pour lui, offre le contraire pour les autres? A quel moment, les ivoiriens s'assiéront autour d'une table pour se parler?
Pendant qu'à Yopougon à la place CP1, il y a du monde qui réveille Gbagbo Laurent, dans des chants nostalgiques, au stade Houphouet Boigny, la pluie vient enlever toutes les tentes mises à cet effet, même si M. Ouattara met sur le compte que, quand Nzuéba, c'est à dire Bédié se déplace, il y a toujours des pluies de bénédiction, mais à la place CP1, le monde se marchait sur les pieds.
Le score de ce scrutin est connu, 96%, pourquoi se donner autant de peine? Le poste de vice-président, la création du Sénat, la reconnaissance des efforts de nos illuminés chefs et rois, tout ça, c'est beau. Mais faut-il cette loi, pour dispenser de l'éducation de qualité à nos frères et sœurs, équipés nos hôpitaux, donner du travail à la jeunesse? Tout ça, sent du souffre. Donc, si le 30 octobre prochain, le vote n'est pas à l'espérance du pouvoir, le pays s'arrêtera? Ce n'est qu'en Côte d'Ivoire seulement qu'on force à faire le bonheur des citoyens. La tension est trop lourde et quand il y a deux poids deux mesures, j'ai peur pour la suite.
                                                                                                          Joël ETTIEN
                                                       Président du Renouveau du PDCI France
                                                       Membre du comité de crise du PDCI RDA France




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !