CPI: Procès Gbagbo et Blé Goudé: Faut-il continuer ou arrêter?

Vendredi 20 Mai 2016 - 08:00


Depuis le 28 Janvier 2016, début du procès de la  Cour Pénale Internationale  (CPI) contre le Président GBAGBO et le ministre BLE GOUDE, on est en droit de se demander s'il faut continuer ou arrêter cette mise en scène grotesque et dramatique.

Comment comprendre que la seule question qui vaille son pesant d'or soit éludée par la CPI ?

Il s'agit de qui a gagné l'élection présidentielle de 2010 en Côte d'Ivoire (C.I.) ? Pourquoi l'ONU refusa-t-elle de recompter les voix comme ce furent les cas aux USA en 2000, en Haïti en 2010, et, bien plus tard, dans d'autres pays ?

Voici une organisation, censée promouvoir et préservée la paix dans tous les pays, qui s'est acharnée, par le biais de la France de Sarkozy, à coups de bombes et missiles à tuer plusieurs milliers d'ivoiriens donnant ainsi raison au Président français DE GAULLE qui avait qualifié de « machin » cet instrument au service des impérialistes.

C'est cette ONU qui a tenté d'éliminer physiquement le Président réélu GBAGBO et qui a imposé par la violence, la barbarie et le terrorisme d'état français, leur poulain dans ce riche pays d'Eburnie.

Cette question là ne sera jamais éludée, quelque soit la durée volontairement entretenue et voulue par la France et  les autres impérialistes occidentaux qui ont déporté le Président GBAGBO et le Ministre BLE GOUDE à cause de leur aura, leur génie politique et non pour de soi-disant crimes car les crimes commis en CI sont du fait de la France et de ses suppôts rebelles aujourd'hui au pouvoir.

C'est aussi et surtout la carrure internationale de GBAGBO, sa capacité à mobiliser les peuples ivoiriens et africains  qui lui valent l'animosité de la France. En témoigne la tuerie de ses propres soldats à Bouaké en 2004 dans le but d'accuser le Président GBAGBO pour l'évincer du pouvoir et installer leur homme de main. De même, le silence des autorités françaises devant les crimes contre des ivoiriens et surtout des citoyens français est assez évocateur du rôle macabre de la France dans ce qui fait l'objet de ce procès honteux de GBAGBO et BLE GOUDE à la Haye. Si non, comment comprendre que depuis plus de 4 ans, la CPI s'échine, désespérément d'ailleurs, à trouver des preuves contre le Président réélu en 2010 et le Ministre BLE GOUDE ?

En outre, on se pose la question de savoir pourquoi depuis le 28 Janvier dernier les témoins de la CPI sont devenus subitement hostile (Sam l'africain) ou amnésiques. Pourquoi la CPI accepte-t-elle que des témoins soient enfermés dans l'ex QG de campagne du poulain des impérialistes occidentaux pour répéter les témoignages à eux soufflés par les bras séculiers du Rassemblement Des Rattrapeurs (RDR). C'est dans ce même local que  le tristement célèbre Youssouf Bakayoko,  l'indéboulonnable président de la CEI, sous la pression de la France, des USA et de l'ONU, a pris sur lui de  fabriquer et de proclamer des résultats erronés en faveur de Dramane.

Ce procès est une honte pour les impérialistes et est une occasion pour enrichir des juristes corrompus à leur solde. Ce à quoi l'on assiste depuis l'ouverture de ce procès est une comédie de 3 des 5 pays du Conseil de sécurité de l'ONU qui se proclament Communauté Internationale.

Déjà se dessine au bout des 5 ans de procès inique, un verdict bien simple : « GBAGBO et BLE GOUDE condamnés à vie », pour permettre aux impérialistes de continuer à piller les ressources de ce pays avertissant ainsi tous ces hommes politiques africains qui seraient tentés de copier le modèle panafricaniste et souverainiste de GBAGBO.

C'est pourquoi, on peut voir des témoins encagoulés comme des terroristes, une procureure imposer des témoignages par visioconférence, des magistrats substituer à la présomption d'innocence la présomption de culpabilité et pour maintenir en prison des innocents à cause de leur popularité. Quelle injustice !

Ces voraces prédateurs internationaux ne pardonneront jamais à ces 2 panafricanistes d'avoir tenu tête pendant 10 ans à leur rébellion. C'est pourquoi l'issue de ce procès plein de contradictions et de non droit, est déjà connue.

Que la France et ses amis du mal arrêtent maintenant cette théâtralisation dramaturgique du droit car à la vérité, leur objectif unique est de condamner ces dignes ivoiriens et panafricanistes pour les éloigner définitivement du pouvoir. Car déjà à ce stade du procès, se prépare une condamnation extra judiciaire. C'est ainsi que ces impérialistes occidentaux continueront de piller allègrement les ressources de ce pays par le biais de leur thuriféraire.

Qu'ils arrêtent ce procès dans lequel plus rien ne marche pour eux, leurs témoins ne faisant plus leur affaire.

Une fois encore, la vérité rattrapera le mensonge.

Comme Jésus-Christ à Golgotha, le Président GBAGBO et le Ministre BLE GOUDE, quoiqu'innocents, seront condamnés selon la volonté de la France et de la soi-disant Communauté Internationale.

Dans tous les cas, les soutiens financiers de cette CPI et les magistrats complices rendront tous compte devant l'histoire et devant Dieu de ces crimes ignobles perpétrés en CI.

Dieu, le juste juge fera éclater sa justice et jugera chaque être humain, au temps marqué. C'est LUI qui fera sortir GBAGBO et BLE GOUDE, victorieux de la prison de la France et alliés.
Point n'est donc besoin de continuer ce procès inique, à tout point de vue.


NANWOULET G. Simone

Source: http://cameroonvoice.com/news/article-news-24501.html




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !