C’est dans la dignité qu’il faut reconquérir le pouvoir!

Samedi 1 Mars 2014 - 23:32


Tabouret royal des Akan : Un symobole du pouvoir
Tabouret royal des Akan : Un symobole du pouvoir
Le jeudi 27 février, au journal de 13h, la Rti 1, a présenté Ouattara, à l’ambassade de Côte d’Ivoire en France, pour rassurer les Ivoiriens sur la santé du chef de l’Etat ivoirien. Cette opération, même médiatique, a réussi à faire voir celui que les médias ivoiriens se sont empressés d’enterrer. Même, appuyé sur une canne, Ouattara a été vu «débout»et vivant. Les rumeurs alarmantes sur son état de santé peuvent certes se poursuivre, car se mettre débout et tenir un discours politique ne sauraient consti- tuer un gage de bonne santé. Mais il le fallait pour rassurer les Ivoiriens effarouchés à l’idée d’une nouvelle aventure ensanglantée. Le décès d’un chef d’Etat en Afrique donne toujours lieu à des «folies». Il fallait aussi rassurer la fameuse «communauté internationale» de la capacité du brave-tchê à tenir le gouvernail. Les combattants de la liberté de notre pays, en tout cas ceux qui se proclament comme tels, dans ces moments de doute et de questionnement, n’ont pas observé l’attitude qui devait être la leur. Nous avons été surpris de les voir attendre que cette communauté internationale joue un rôle en cas de véri- table vacance de pouvoir. Dans cette cohue, où la passion embrume la raison, de nombreux avis ont été pondus de part et d’autre pour dessiner les différents scénarii et autres schémas susceptibles de sortir notre pays de l’impasse. Et chaque fois, un rôle a été attri- bué à la communauté internationale. Des grands esprits, ou du moins ceux qui, ont considéré comme tels, de part et d’autres, se sont mis à rêver et à souhaiter que la France et les Etats-Unis interviennent en vue d’une transition. Des noms de civils et de militaires ont été avancés. Des débats passionnés ont été menés pour trouver celui qui pourrait tenir les rênes du pays, si le chef d’Etat actuel devait céder le fauteuil pour cause de maladie invalidante. Et de voir et lire de hautes personnalités exprimer vivement leur préférence pour tel homme ou pour tel autre. Ah, que la soif du pouvoir est aveuglante et stérilisante ! Il est quand même révoltant de vouloir faire jouer un rôle à Hollande et Obama pendant la maladie de Ouattara ! Or donc, les Ivoiriens, de tout bord, aiment bien que les puissants de ce monde décident et choisissent pour eux. Or donc, les discours de protestation contre les ingérences extérieures ne sont que vaines démagogies ! Pourquoi sont-ce la France et les Usa qui doivent concevoir le schéma qui pourrait nous épargner d’une déflagration ? Pourquoi Hollande et Obama devaient pondre le meilleur scénario pour nous ? Ainsi donc, nous sommes tous conditionnés à dépendre de ces «éternels maîtres»? Où est donc passé notre farouche désir d’être indépendants ? Où est donc passée notre ardente volonté de décider et de choisir par nous-mêmes et pour nous- mêmes ? Ce n’était donc que théorie et poudres aux yeux tous ces discours pompeux sur l’auto-détermination, la souveraineté, la République, la liber- té ? N’importe quoi ! La France et les Usa auraient discuté et échangé pour qu’un militaire prenne les rênes du pouvoir en vue d’une transition qui aboutirait à une élection. Le pays du Coq Gaulois aurait préféré Ouassénan Koné pendant que le pays de l’Oncle Sam, Konan Boniface. Au Pdci, l’on a prié tous les dieux pour que le Sieur Ouassénan soit l’heureux oint des grandes puissances. Les hommes et femmes proches de Laurent Gbagbo, eux, ont souhaité vivement que le choix soit porté sur le second cité. Konan Boniface, l’inimitable stratège de guerre, qui a démontré sa fidélité au Président Laurent Gbagbo et sa détermination à défendre la République, pour des rêveurs pro Gbagbo, ce serait celui qui allait faire l’affaire. Leur affaire. S’il prenait le pouvoir, eh bien, ce serait, indirectement à eux que ce pouvoir serait remis. Ô honte ! Ce que tous les débatteurs, aveuglés et frappés de cécité, ont perdu de vue est que ce choix serait le fait de Hollande et Obama et non de la Côte d’Ivoire. Si nous sommes encore dans la logique que des mains extérieures, furent-elles hyper puissantes, doivent décider à notre place, alors pourquoi nous sommes-nous battus depuis 1990 pour plus de liber- tés ? Si nous attendons encore que l’empereur Hollande nous impose un schéma conçu par ses fins limiers, alors quel sens donné à notre combat contre la France impérialiste et méprisante de Chirac et Sarkozy ? La maladie de Ouattara a permis aux observateurs attentifs de constater le degré de nationalisme des uns et des autres. Mieux, elle a révélé la sincérité de l’engagement de chacun des Ivoiriens dans ce difficile combat de l’indépendance vraie. Nous aimons bien Konan Boniface, et ne doutons en aucun cas de son amour pour ce pays. Mais le bombarder comme chef de l’Etat par Obama n’est point à l’honneur de la Côte d’Ivoire. Il serait, lui qui a été formé par l’Amérique, le pion de la Maison-Blanche. Quelle que soit sa bonne volonté, il porterait la marque indélébile de la dépendance et de la subordination. Mais enfin, que s’est-il passé pour que, brusquement, l’on perde de vue le sens de la lutte pour les libertés ? Le vrai défi pour notre pays est de se battre pour sortir de l’état de sujétion dans lequel Ouattara l’a précipité. Depuis les événements douloureux de 2011, la Côte d’Ivoire a reculé au niveau des acquis démocratiques. Rien de ce qui est fait ici en matière de programmation ou même d’investissements ne relève du génie ivoirien. Nous n’existons plus. Nous suivons la feuille de route que la France nous impose. Si nous sommes vraiment déterminés à sortir notre pays de cette situation humiliante, nous n’avons pas le droit de rêver qu’un schéma infantilisant nous soit imposé de l’extérieur. Depuis la fin des années 1980, des Ivoiriens ont choisi de se battre pour faire de leur pays, une véritable Nation, fière, unie, forte et prospère. Ce rêve n’est possible qu’avec des hommes de vision, d'honneur et de dignité. C’est ce combat plein de noblesse et de grandeur que Laurent Gbagbo a mené toute sa vie ; et c’est pour cette raison qu’il a été pris en otage et mis dans les fers. Notre devoir, c’est de continuer la lutte en suivant les sillons qu’il a tracés. Notre mission, c’est d’arroser la graine qu’il a semée. Alors d’où vient cet aveuglement, cette attirance pour le mirage, cette soif pour la facilité ? Nous ne devons pas attendre une quelconque maladie de Ouattara pour prendre le pouvoir. Nous devons reprendre le pouvoir parce que c’est ce qu’il y a de mieux pour la Côte d’Ivoire. Alors, nul n’est besoin d’un quelconque trépas du locataire du palais pour y pénétrer. Il faut réfléchir pour mettre en place, de manière démocratique, les conditions de la prise du pouvoir dans les règles de l’art. Il faut cogiter et fécon- der des discours mobilisateurs et fédérateurs pour arracher ce pouvoir, par les urnes. Chaque jour, le régime de Ouattara ouvre des failles et commet des bourdes grossières. Nous devons nous  engouffrer dans ces failles. Nous devons exploiter ces bordes. Politiquement. Intelligemment. Nous devons faire éclater son incompétence qui saute aux yeux. Il faut, par notre travail de militants de gauche, par notre détermination, notre sincérité dans la lutte, notre intransigeance, démontrer aux Ivoiriens que l’épisode Ouattara est une gigantesque erreur, une inadmissible parenthèse qu’il faut refermer. Nous avons les hommes et les femmes qu’il faut. Nous avons l’endurance et l’intelligence qu’il faut. Ce qui nous reste, c’est de ne jamais nous laisser griser par le champ des sirènes. Il faut que Ouattara vive pour que nous le terrassions et déboulonnions dans les règles de l’art pour reprendre le pou- voir. Il faut que Ouattara vienne terminer son mandat. Il faut que, lors des élections de 2015, la communauté internationale découvre qu’en misant sur Ouattara, elle a fait un mauvais casting. Gardons le cap ! Gardons de la hauteur ! La Côte d’Ivoire compte sur nous.

Par Kouadja Kpli
Source: LG Infos  N ° 674 D U SAMEDI 1 E R & DIMANCHE 2 MARS 2 0 1 4




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !