Budget 2015 Le gouvernement entre malhonnêteté et orgueil

Mardi 7 Octobre 2014 - 06:03


Le gouvernement a adopté le budget de l’etat pour l’année 2015. il s’équilibre en ressources et en emplois à 5.014,3 milliards fCfA. on parle de symbole pour avoir franchi la barre de 5.000 milliards fCfA pour le budget d’un pays en voie de développement. malheureusement, on ne gouverne pas avec des symboles, mais avec des valeurs. et dans la gestion d’un pays, deux valeurs sont fondamentales : l’honnêteté et la modestie. Le budget 2015 présenté par le gouvernement a ceci de malhonnête qu’il a été établi sur la base de deux  faits «inappropriés». d’une part, une fausse estimation de 10% de taux de croissance (le fameux deux chiffres auquel le Kablan duncan tient absolument !), alors que juste la veille, la mission du fmi soutenait sans ambages  que le taux de croissance se situait «autour de 8% en 2015». Ceteris paribus, il aurait été raisonna- ble pour le gouvernement de maintenir le budget au niveau de 2014. Le taux de croissance s’étant établi à 8% en 2014, c’est donc de la sorcellerie politique que de procé- der à un relèvement du budget de 13,8% (une hausse de 606,8 milliards fCfA !). d’autre part, le budget 2015 s’inscrit dans le moule des élections générales de 2015. Pour se montrer intéressant, le gouvernement entend – coûte que coûte -  réaliser toutes les promesses faites à tous ceux qui voulaient y croire.  notamment le million d’emplois en cinq ans, la construction de nouveaux services de santé et d’éducation, la construction d’infra- structures économiques de base, l’accès au logement aux économiquement faibles, la revalorisation du statut des fonctionnaires. dans tous ces domaines, des manifestations de colère sont venus rappeler au chef de l‘etat ses promesses de campagne. Comment alors réaliser et satisfaire en une année toutes ces promesses  qu’on n’a pas pu étaler sur cinq ans ? réponse : faire parler les chiffres. Le gouvernement manque cruellement de modestie. Surtout au chapitre des ressources intérieures. depuis 2011, le solde budgétaire de la Côte d’ivoire enregistre des déficits de l’ordre de 3% du Pib. Cela signifie que l’etat de Côte d’ivoire dé- pense plus qu’il n’engrange.
Les différentes missions du fmi n’ont de cesse d’interpeller le gouvernement sur la question de la faiblesse des ressources intérieures. mais, par orgueil, le gouvernement a toujours présenté les régies financières comme les principales pourvoyeuses de fonds. Cette année, la Côte d’ivoire essaye de s’en tirer principalement grâce aux exportations du cacao. C’est dire que même la trop grande pression fiscale exercée sur les entreprises privées ne suffit pas à mobiliser les ressources intérieures. d’où le recours systématique au marché financier pour soulager un tant soit peu les caisses de l’etat dans les faits, pour le budget 2015, le gouvernement prévoit 80,3% de ressources intérieures (soit 4026,4 milliards fCfA dont 2754,9 milliards fCfA de recettes fiscales). Les prévisions sont basées sur la création d’entreprises dans les sacoches au guichet unique du Cepici. or, en économie,  ceteris paribus, une fiscalité n’est sincère que lorsqu’il s’agit d’entreprises en activité. Ce qui biaise déjà les estimations. mais dans ce pays de propagande et de communication, les mots n’ont plus de sens et n’ont d’utilité que de cacher les véritables maux. Les deux termes choisis pour qualifier ce budget décrivent justement à la perfection tout ce qu’il manque justement cruellement à ce gouvernement. malheureusement, ce budget va passer facilement, à l’assemblée nationale, au nom de la «discipline du parti»


J-S LIa.

Source Notre Voie n° 4831 du lundi 6 octobre 2014





Dans la même rubrique :
< >

Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !