Brutalités à l’égard des personnels de la santé: Les médecins en colère

Mardi 4 Mars 2014 - 07:03


Raymonde Goudou Coffie, Ministre de la santé, interpellée
Raymonde Goudou Coffie, Ministre de la santé, interpellée
Lors de la longue crise militaro-politique que la Côte d’Ivoire a subie (2002-2011) le corps médical en général et les médecins en particulier ont été  l’objet de violences selon l’Ordre des médecins de Côte d’Ivoire. « Nous avons été interpellés face à des situations où nous n’avons pas pu agir », a indiqué Dr. Aka kroo Florent, président de l’Ordre des médecins de Côte d’Ivoire dans son discours. Le livre blanc intitulé « Droits et Devoirs des médecins face à des actes de violence en période de crise et de conflits armés » a été rédigé par l’Ordre des médecins et le comité international de la croix rouge (Cicr). Il compte 94 pages et comprend trois grandes parties : une partie sur les actes de violence dans l’exercice de la profession en période de paix, une autre sur les actes de violence en période de crise et de conflits armés et une dernière qui fait des recommandations. Selon le président de l’Ordre des médecins, la « première obligation du médecin, c’est le respect des patients et des conventions internationales » en matière de droit de l’homme et de droit humanitaire.  Pour sa part, M. Georges Comninos, chef de la délégation régionale du Cicr, a soutenu qu’ « aujourd’hui, que ce soit sous forme d’actes ou de menaces, la violence exercée à l’encontre du personnel de santé, des structures médicales et des patients est l’un des problèmes humanitaires les plus graves ». Et qu’une étude conduite par le Cicr dans 22 pays affectés par la violence armée a confirmé « ce phénomène inquiétant ». Georges Comninos a pointé du doigt la responsabilité des combattants étatiques ou non dans la commission de ces violences contre le personnel de santé. Il a aussi noté la responsabilité des familles des patients dans cette violence. « Les parents ont tendance à se faire justice », reconnait de son côté Raymonde Goudou Coffie, ministre de la santé et de la lutte contre le sida présente à la cérémonie de présentation de ce livre blanc. La ministre a profité de cette occasion pour dire qu’elle « n’est pas indifférente aux violences faites aux personnels de santé dans l’exercice de leur métier ». Allusion faite aux critiques du personnel de santé qui l’accuse de ne rien faire quand il est agressé. La solution qu’elle propose face à ces agressions, c’est « l’amélioration du circuit du patient et du plateau technique (matériel médical) ».
Coulibaly Zié Oumar

Source: Notre Voie N°4656 du lundi 3 mars 2014




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !