Bilan-résumé de 13 ans d'échec de l'ONU en Côte d'Ivoire. Par GRADDH-AFRIQUE

Mardi 4 Juillet 2017 - 04:04


Dr BOGA Sako Gervais, Président de GRADDH-AFRIQUE
Dr BOGA Sako Gervais, Président de GRADDH-AFRIQUE
COMMUNIQUE  :
 
Le vendredi 30 Juin 2017, l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) a signé son départ définitif de la Côte d’Ivoire, après avoir «  assisté  » ce pays et ses populations depuis 2004, à cause de la rébellion armée qui est née dans la nuit du 18 au 19 septembre 2002 et qui contrôlait environ 60% du territoire national à partir de Bouaké jusque dans le Nord et à l’Ouest du pays.
Au regard de la principale motivation du Chef de l’Etat ivoirien de l’époque, le Président Laurent GBAGBO, qui a sollicité l’ONU et ses Casques bleus en vue d’aider l’Etat de Côte d’Ivoire à recouvrer la totalité de son territoire, à désarmer, à démobiliser et à réinsérer (DDR) les rebelles dans l’Armée nationale, afin de permettre l’organisation d’une élection présidentielle démocratique crédible  ;
GRADDH-AFRIQUE fait le constat de l’échec de l’ONU en Côte d’Ivoire, à travers un Bilan négatif à tous les niveaux.
 1. AU LIEU D’UNIFIER LE TERRITOIRE IVOIRIEN, l’ONU a plutôt consacré la division de la Côte d’Ivoire en deux grands espaces Nord et Sud toujours antagonistes de part et d’autre de «  la zone tampon  » ou «  zone de confiance  » instauré au plus fort de la crise. Et au moment où l’ONUCI part, la psychose demeure dans les esprits des habitants de chacun des deux espaces, avec plus de hantise pour ceux du Sud.
 
 2. AU LIEU D’AIDER A BATIR UNE ARMEE REPUBLICAINE EN CI, l’ONU a plutôt contribué à désagréger et à diviser en profondeur l’Armée ivoirienne, puisque les Casques bleus et les soldats français ont finalement été les meilleurs alliés et les soutiens des rebelles pro-Ouattara contre les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) qui étaient demeurées loyales à la République et à ses institutions. L’ONU a ‘’aidé’’ hier les rebelles à violer l’embargo et à mieux s’armer contre les FDS  ; laissant aujourd’hui le pays et ses habitants exposés à des mutineries récurrentes avec des caches d’armes jonchant le pays.
LE PIRE est que, non seulement l’ONU a échoué dans sa mission de réunifier la Côte d’Ivoire et de désarmer les rebelles  ; mais en plus, l’ONU a très gravement compromis la paix dans ce pays, en ayant même été à l’origine (du moins en grande partie) de la crise postélectorale de 2010 et de la guerre qui s’en est suivie.
 
 3. AU LIEU DE CERTIFIER L’ELECTION PRESIDENTIELLE DE 2010, simplement et de façon impartiale, l’ONU s’est plutôt révélée partisane du candidat de l’opposition Alassane OUATTARA, contre le Président sortant Laurent GBAGBO.
Sans doute parce que l’ex-Chef de l’Etat GBAGBO avait été tenu pour responsable par le Conseil de Sécurité des échecs des Résolutions 1633(2005) et 1721(2006) qui n’ont pas permis d’organiser l’élection  ; alors que le scrutin fut possible grâce à l’Accord politique de Ouagadougou consécutif au «  Dialogue direct  »  : une humiliation pour l’ONU qu’elle continue de faire payer à M. Laurent GBAGBO en le maintenant à la CPI.
 
 4. AU LIEU DE «  PROTEGER LES CIVILS  », comme le stipulait la Résolution 1975(2011), l’ONU a plutôt cautionné l’usage de la force armée préconisée par la France de SARKOZY  ; alors que cette organisation qui prône la Paix et le respect des Droits de l’Homme aurait pu sauver des vies humaines en décidant de recompter les voix ou de faire reprendre le scrutin du 28 novembre 2010.
 5. AU LIEU D’AIDER LES IVOIRIENS A SE RECONCILIER, après la grave crise postélectorale de 2010-2011, l’ONU s’en va ce 30 Juin 2017  en laissant une Côte d’Ivoire plus profondément DIVISEE qu’avant sa venue dans le pays en 2004, entre pro-Gbagbo et pro-Ouattara  :
-L’ONU a exigé le transfèrement du Président GBAGBO à la CPI, alors qu’elle demeure silencieuse face aux criminels-présumés du camp Ouattara  ;
-L’ONU et sa CPI ne défendent que les victimes du camp Ouattara, alors que toutes les autres victimes des rebelles pro-Ouattara, notamment les populations de Duekoue,  réclament aussi justice ;
-L’ONU part de la Côte d’Ivoire ce 30 Juin 2017, alors que le pays compte encore près de cinquante mille (50  000) exilés du fait de la crise de 2010 qui sont éparpillés dans les pays limitrophes, Liberia, Ghana, Bénin, Togo ou en Europe.
GRADDH-AFRIQUE (Groupe de Réflexion et d’Actions pour la Démocratie et les Droits de l’Homme en Afrique  ; et membre de la coalition de l’opposition ivoirienne E.D.S.) s’interroge donc pour finir   et interroge l’ONU ou toute la Communauté internationale :
Avec les mutineries qui se succèdent dans le pays depuis Janvier 2017, ainsi que les caches d’armes qui se découvrent dans plusieurs sites à travers le pays, sans négliger les ambitions présidentielles du chef déclaré des rebelles, ce moment du départ de l’ONUCI n’expose-t-il pas la Côte d’Ivoire à des tentatives de Coups d’Etat  ? 
 
Fait à Paris, le 02 Juillet 2017
 
Pour GRADDH-AFRIQUE
Le Président
Dr BOGA Sako Gervais
-Enseignant-Chercheur à l’Université de CI  ;
-Ex-Membre de la Commission Nationale des Droits de l’Homme de Côte d’Ivoire (CNDHCI)  ;
-Président de la Fondation Ivoirienne pour la Démocratie, les Droits de l’Homme et la vie Politique (FIDHOP)  ;
-Ecrivain-Essayiste. 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact




20 ANS DE MUSIQUE ES FILLES DE SAIOUA