Bert Koenders veut justifier son salaire

Samedi 23 Juin 2012 - 08:04


Bert Koenders veut justifier son salaire
Bert Koenders est le représentant spécial du secrétaire général de l’Onu en Côte d’Ivoire. Ce monsieur qui assure le service après vente du succès guerrier de Yongi Choi, nous semble moins agité que son prédécesseur Coréen. Cela va de soi. Il est censé gérer l’après Gbagbo qui, dans leur entendement, équivaut à une fin de mission tranquille. Ce matin, dans ma pérégrination sur le web, je suis tombé sur un texte qui rend compte du réveil subit du diplomate. Comme s’il venait d’arriver à Abidjan, ce qui par ailleurs n’est pas faux, Koenders s’inquiète de la teneur du langage des hommes politiques. Dans un communiqué rendu public, il relève que « L’Onuci est préoccupée par le retour d’une nouvelle vague de dérives de langage et de propos virulents de certains acteurs politiques» et que «L’Onuci a reçu le mandat de surveiller le comportement des médias et les propos incitant à la violence et de faire un rapport tous les mois, au comité des sanctions du Conseil de sécurité, de ses observations en la matière » Si nous partons de l’idée que c’est l’Onu qui fait cette interpellation, ce n’est pas trop tôt et c’est surprenant, parce que c’est la radio de cette organisation internationale qui tend ses microphones aux va-t-en guerre dans la crise ivoirienne. Quant à Koenders, il devrait savoir qu’en Côte d’Ivoire, il n’est pas le premier et ne sera pas certainement le dernier à demander aux Ivoiriens de pratiquer le « bon ton ». Il n’est certes pas mauvais pour un diplomate de prévenir les crises en demandant aux politiques de tempérer le niveau du ton dans leurs adresses sauf que dans le fond, cette démarche de bons offices ressemble bien a du saupoudrage dans une crise dont on contrôle toutes les ficelles. Les hommes politiques ne sont pas nerveux ou insultants pour le plaisir de l’être. Et nulle part, on n’a vu quelqu’un passer de vie à trépas pour avoir été insulté. Dans un cadre politique bien structuré, les politiques ne tiennent pas des propos incendiaires. Et des propos, quand ils ne sont qu’incendiaires, ne produisent pas en fait un incendie. Aussi Koenders devrait-il savoir que le problème est ailleurs. Les niveaux de tons des hommes politiques ne sont que la conséquence du dysfonctionnement de notre Etat. Nous avions naïvement pensé que l’ONUCI s’était implantée en Cote d’Ivoire pour aider notre pays divisé par une rébellion sauvage à sortir de la crise et consolider notre démocratie parce qu’en réalité dans une démocratie on n’interpelle pas les hommes politiques sur le ton de leur langage, ils savent qu’ils le payent cash. Nous étions loin de penser qu’elle viendrait soutenir la rébellion, bombarder nos institutions et soutenir un régime dictatorial. En revanche si Koenders ne veut faire que des interpellations oiseuses pour justifier son salaire, qu’il prenne toutes les déclarations du secrétaire général du parti au pouvoir depuis qu’il est là. Il comprendra que ce sont les mêmes qui incendient qui tiennent les propos incendiaires.

Joseph Marat





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !